Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

T72 (urss)

, par

Équipage : 3 hommes.
Poids : 41 t.
Moteur : V-12 Diesel développant 780 ch à 3 000 tr/mn.
Dimensions
longueur avec canon, 9,24 m ;
longueur (caisse), 6,95 m ;
largeur (sans jupes), 3,60 m ;
hauteur, 2,37 m.

Performances
vitesse maximale sur route, 60 km/h ;
autonomie maximale, 480 km ;
passage à gué, 1,40 m ;
pente, 60 % ;
obstacle vertical, 0,915 m ;
coupure franche, 2,90 m.

Armement

Armement principal canon à âme lisse de 125 mm 2A46 (39 à 44 obus dont déjà 22 préchargés)
Armement secondaire mitrailleuse coaxiale PKT de 7.62 mm

mitrailleuse lourde antiaérienne NVS de 12,7 mm sur la coupole du chef de char

Le char T-72 a été présenté au public pour la première fois au cours d’une parade militaire sur la place Rouge, à Moscou, en novembre 1977, bien que sa production ait commencé en 1971. En avril 1978, un rapport américain établissait que la fabrication des T-64 et des T-72 était d’environ deux mille unités par an, et qu’en 1987 elle atteindrait un total de trente mille véhicules. De nouveaux rapports occidentaux ont conclu depuis à l’arrêt de la production du T-64 au profit de celle du T-72 et de celle du T-80, l’assemblage de ce dernier devant être entrepris dans un futur proche. Le T-72 est aussi fabriqué en Tchécoslovaquie et en Pologne, et va, selon toute vraisemblance, l’être prochainement en Inde.

Le T-72 est en service en Algérie, en Bulgarie, à Cuba, en Tchécoslovaquie, en République démocratique allemande, en Hongrie, en Inde, en Libye, en Pologne, en Roumanie, en Syrie et, bien sûr, en Union soviétique. Il fut pour la première fois utilisé en 1982, au cours des combats dans le Sud-Liban.

L’agencement du T-72 est conventionnel : le compartiment du conducteur et à l’avant, la tourelle au centre, le moteur et les transmissions à l’arrière. Un type de blindage très élaboré pourrait bien être incorporé à la coque, particulièrement sur l’arc frontal, mais les spécialistes pensent que la tourelle est faite d’un blindage d’acier corroyé classique. Le chef de char est protégé par une coupole qui peut tourner sur 360°. Sur cette coupole est montée une mitrailleuse DShK dé 12,7 mm pour la défense antiaérienne.
Un chargeur automatique ayant été incorporé, dans la partie la plus basse de la coque, l’équipage a été ramené à trois hommes. Les détails techniques concernant ce chargeur ne sont pas encore connus, mais il pourrait ressembler à un carrousel où les projectiles seraient placés dans la partie supérieure et la douille, probablement combustible, dans la partie inférieure.
Il semble que ce chargeur automatique se serait révélé peu fiable . Quarante obus peuvent être au total transportés, avec un chargement spécial de douze APFSDS, vingt-deux HE et six HEAT. Le APFSDS a une vitesse initiale de 1 615 m/s et peut percer un blindage de 300 mm à une distance de 1 000 m, tandis que le HEAT-FS a une vitesse initiale de 1 615 m/s et peut percer un blindage de 475 mm à la même distance.
Une mitrailleuse PKT de 7,62 mm est jumelée avec l’armement principal.
Le système de contrôle de tir comprend un télémètre optique, qui est monté sur la partie avant de la tourelle, devant la coupole du chef de char. Les véhicules les plus récents disposent, quant à eux, d’un télémètre laser.

La suspension est à barre de torsion, avec six larges roues de route, la roue tendeuse à l’avant et le barbotin à l’arrière, et trois galets de support, ces derniers ne soutenant que l’intérieur de la chenille. Quand le tank est en action, quatre jupes à ressorts sont ajustées sur la partie avant de la chenille et s’avancent pour protéger autant que possible le char contre une attaque de HEAT ou de ATGW.

Sur tous les chars soviétiques, d’importants réservoirs de combustible peuvent être placés à l’arrière du carénage. L’autonomie du T-72 est, grâce à cette technique, augmentée de 480 à 700 km. L’équipement standard du T-72 comprend un système NBC, un équipement de vision nocturne à infrarouge et un schnorchel pour les traversées de rivières profondes. Une lame excavatrice peut être montée sous le nez du T-72, lui permettant d’écarter les obstacles ou de préparer les positions de tir.
Bien que le T-72 représente un sérieux progrès par rapport aux chars soviétiques antérieurs — aussi bien en ce qui concerne la puissance de feu que le blindage — en cas d’affrontement direct ce char ne serait pas supérieur au Challenger britannique.


source :encyclopedie des armes Atlas 1984

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.