Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

M50 Ontos (USA)

, par

Type : chasseur de chars.
Equipage : 3 hommes.
Armement : 6 canons sans recul de 106 mm ; 4 fusils de pointage .50 ; une mitrailleuse .30.
Blindage
maximum 16 mm.

Dimensions :

longueur : 3,828 m ;
largeur (hors tout) : 2,9 m ;
hauteur : 2,133 m.
Poids en ordre de combat : 8,3 t
Pression au sol : 0,33 kg/cm2.
Moteur : General Motors Model 302 â essence refroidi par eau, développant 145 ch à 3 400 tr/mn.

Performances :

vitesse sur route : 48,28 km/h ;
autonomie : 70 km ;
obstacle vertical : 0,762 m ;
coupure franche : 1,371 m ;
pente : 60%.
Temps de service : introduit en 1956 dans le Corps des fusiliers marins des Etats-Unis et retiré progressivement du service à partir de 1970.

En 1951, l’armée américaine lança l’étude d’un chasseur de chars léger et très mobile, désigné T165. Après la construction et l’essai de divers modèles, une version modifiée, le T165E2, reçut le feu vert officiel en 1955. Lorsque AllisChalmers clôtura la production en 1953, 297 exemplaires étaient sortis des chaînes pour le Corps des fusiliers marins. En 1963, 294 M50 ou ONTOS reçurent avec un nouveau moteur la désignation de M50A1.

L’engin fut employé en opérations au Vietnam et en république Dominicaine.
A partir de 1970, l’ONTOS fut retiré du service et jeté à la ferraille. Mais toute une série de véhicules allaient dériver de son châssis, notamment un transporteur léger, un porte-mortier et un engin de DCA, puis l’armée américaine se désintéressa de l’affaire et tout le programme fut annulé.

L’ONTOS était armé de six canons sans recul de 106 mm M40A1C, rangés trois par trois de chaque côté de la coque. Deux de ces pièces, presque identiques à celles dont était dotée l’infanterie, pouvaient se démonter et se mettre en batterie à terre. Les canons sans recul pointaient en azimut sur 40° de part et d’autre et en site de —10° à +20°, les mouvements en site et en azimut s’effectuant par commande manuelle. Servaient également au pointage quatre tubes d’alignement du calibre .50.

La méthode prévoyait que le canonnier aligne les canons sans recul sur l’objectif puis fasse tirer une rafale aux tubes de pointage ; si les balles touchaient l’objectif, le canonnier savait que les canons sans recul étaient correctement pointés et pouvait donc faire feu d’une seule pièce, d’une, deux ou trois paires d’armes.
Le défaut majeur était la nécessité pour l’équipage de mettre pied à terre pour recharger après six coups.
En outre, dans le cas d’une salve complète, l’ONTOS soulevait derrière lui une véritable tempête de poussière, suite au souffle des six pièces.

L’emport en munitions était de 18 obus de 106 mm et 90 coups de .50 pour le pointage. Une mitrailleuse .30, montée au sommet du véhicule, assurait la défense rapprochée, avec 1 000 coups. L’ONTOS guéait 0,60 m sans préparation ou 1,50 m à l’aide d’un kit spécial.


sources l’encyclopedie des blindés ed. Elsevier Séquoia 1978

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.