Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

AMX 30 (France)

, par

AMX-30, ARV, AVLB, SPAAG et variantes
Type : char de combat principal.
Équipage : 4 hommes.
Armement : un canon de 105 mm ; un canon de 20 mm ou une mitrailleuse de 12,7 mm dans l’axe de l’armement principal (voir texte) ; une mitrailleuse de 7,62 mm sur la coupole de commandement ; 2 tubes lance-pots fumigènes de chaque côté de la tourelle.
Blindage : maximum 50 mm (estimation).
Dimensions :
longueur (hors tout) : 9,48 m ;
longueur (coque) : 6,59 m ;
largeur : 3,1 m ;
hauteur (hors tout) : 2,85 m.
Poids en ordre de combat : 36 t.
Pression au sol : 0,77 kg/cm2.
Moteur : HS-110 12 cyl polycarburant refroidi par eau, développant 700 ch à 2 400 tr/mn.
Performances :
vitesse : 65 km/h ;
autonomie : 650 km ;
obstacle vertical 0,93 m ;
coupure franche : 2,9 m ;
pente 60 %.
Temps de service : introduit en 1967 dans l’armée française. Egalement employé par l’Arabie Saoudite, l’Espagne, la Grèce, l’Irak, la Libye, le Maroc, le Pérou et le Venezuela ; en commande pour le Qatar. La vente au Chili a été refusée.

Aprés la seconde guerre mondiale la france mis en production dans des délais très courts, trois véhicules de combat : le char léger AMX-13, l’auto blindée lourde 8x8 Panhard EBR et le char lourd AMX-50.

Parmi d’autres caractéristiques intéressantes, ce dernier véhicule montrait une coque et une suspension très semblables à celles du PzKpfw V Panther dont les Français utilisèrent un certain nombre au cours de l’immédiat après-guerre. L’AMX50 comportait une tourelle oscillante, également adoptée pour le char AMX-13 Les premiers AMX-50 montaient un canon de 90 mm qui allait céder la place à un 100 mm puis. enfin, à un 120 mm. Il fut un temps où l’on pensait lancer la production de I’AMX-50 mais tout le programme fut annulé car un grand nombre de M47 américains étaient disponibles aux termes du Military Aid Program (MAP)

En 1956, la France, l’Allemagne et l’Italie établirent les spécifications d’un nouveau MBT pour les années 1960. L’idée fondamentale était fort bonne : les Français et les Allemands devaient dessiner, chacun pour leur part un engin répondant aux mêmes spécifications générales ; les prototypes seraient soumis aux mêmes essais devant les mêmes experts et le meilleur char serait fabriqué dans les deux pays pour équiper les trois armées. Mais, comme beaucoup d’initiatives internationales qui allaient suivre dans ce domaine, ce programme commun pour la production de blindés se termina en queue de poisson : la France finit par construire son propre AMX-30 et l’Allemagne son Leopard

L’AMX-30 sort de l’Atelier de Construction de Roenne, entreprise gouvernementale et seul grand producteur ,de chars en France. Les premiers AMX-30 de série furent achevés en 1966 et mis en service l’année suivante. Aujourd’hui, l’engin a complètement remplacé le M47 dans l’armée française et s’est exporté dans de nombreux pays. Le chiffre total de la production à ce jour n’a pas été rendu public mats on l’estime à quelque 2 000-unités. La coque de l’AMX-30 est un assemblage d’acier coulé et corroyé tandis que la tourelle est coulée d’une seule pièce. Le chauffeur est assis à l’avant gauche, les trois autres membres de l’équipage sont installés dans la tourelle. Le chef de char et le canonnier ont leur poste dans la partie droite, le pourvoyeur dans la partie gauche. Le groupe propulseur et l’ensemble de transmission, à l’arrière de la coque, peuvent se changer en bloc et ce travail prend moins d’une heure. La suspension est du type à barres de torsion et consiste en cinq roues de route, le barbotin à l’arrière, la roue tendeuse à l’avant et cinq galets supports qui soutiennent la face interne de la chenille. L’armement principal de I’AMX30 est un canon de 105 mm de conception et de fabrication françaises qui pointe + 200 à -8°. et couvre 360° d’azimut avec commande assistée pour les deux secteurs de tir. Une mitrailleuse de 12,7 mm ou un canon de 20 mm est monté à la gauche de l’armement principal.
Cette arme se distingue par sa faculté de couvrir, indépendamment de l’armement principat un site positif de 45° maximum. pointage qui permet son emploi contre les avions volant à basse altitude et contre les hélicoptères. La coupole de commandement est surmontée d’une 7,62 mm qui peut être servie de l’intérieur. Deux tubes lance-pots fumigènes sont placés de chaque côté de la tourelle. L’emport en munitions est de 50 coups de 105 mm, 600 de 127 mm et 1 600 de 7,62 mm. Le 105 mm peut utiliser cinq types de munitions : HEAT, HE, fumigènes, éclairantes, d’entrainement L’obus HEAT est le seul projectile antichar de la dotation ; il pèse 22 kg prêt à tirer, sa vitesse initiale est de 1 000 m/sec et il perfore 360 mm de blindage sous incidence de 0°. Les autres blindés de cette classe sont dotés de deux. parfois de trois types de munitions antichars par exemple HESH, APDS et HEAT. La conception de l’obus HEAT français diffère de celle des autres projectiles a charge creuse et les Français prétendent leur munition capable de faire un sort à tout char que I’AMX-30 est susceptible de rencontrer sur le champ de bataille. Les autres HEAT sont tirés par un canon rayé qui leur imprime un mouvement de rotation rapide ; le HEAT français, par contre. comporte une charge creuse montée sur roulements à billes de sorte que l’enveloppe externe se comporte comme celle des autres projectiles HEAT mais la rotation de la charge elle-même est beaucoup plus lente. LAMX-30 peut guéer jusqu’à 2 m sans préparation.

Un schnorckel peut s’adapter par-dessus l’écoutille du pourvoyeur, ce qui porte à 4 m les possibilités du char en gué profond. Un appareillage de conduite aux infrarouges fait partie de l’équipement standard. de même qu’un projecteur IR sur la coupole de commandement un autre projecteur IR du même type à la gauche de l’armement principal et un ensemble de protection pour ambiance NBC. A l’exportation, l’AMX-30 peut être livré sans ensemble NBC ni appareillage de vision nocturne et avec une coupole beaucoup moins perfectionnée. Un modèle spécial, fabriqué pour l’Arabie Saoudite, porte la désignation d’AMX30 S et comporte un télémètre laser, des boucliers à sable et un ensemble de transmission perfectionné.
L’AMX-30 connaît aussi plusieurs modèles expérimentaux et les versions suivantes sont déjà en production ou en service. L’AMX-30D, char de dépannage. emmène quatre hommes d’équipage (chef de char. chauffeur et deux mécaniciens). Cet engin dispose d’une lame de bulldozer montée à l’avant de la coque, d’une grue (à commande hydraulique) et de deux treuils, l’un d’une puissance de 35 t, l’autre d’une puissance de 4 t.
L’armement consiste en une mitrailleuse de 7,62 mm sous coupole et en tubes lance-pots fumigènes. La version poseur de pont emporte une passerelle à travées repliables qui, ouvertes, permettent le franchissement d’excavations d’une largeur atteignant 20 m ; ce modèle est servi par un équipage de trois hommes (chef de char, responsable du pont et chauffeur).

Une autre version encore de l’AMX-30 assure le transport et le lancement du missile nucléaire tactique « Pluton », de conception française. Le missile, mis en position de tir par un mécanisme érecteur, a une portée utile maximale de 100 km. Aujourd’hui en service dans l’armée française, le « Pluton - y remplace les missiles « Honest John » fournis par l’Amérique.

Une version DCA est en production pour l’Afrique du Sud ; elle est équipée de deux canons de 30 mm jumelés et d’une conduite de tir tout-temps. Cet engin n’a pas été adopté par l’armée française car celle-ci emploie déjà le char de DCA AMX-13, équipe d une tourelle similaire. L’Arabie Saoudite a également commandé’ un système de missiles sol-air appelé "Shahine"un perfectionnement du système « Crotale aujourd’hui en set• vice dans la force aérienne française et dans nombre d’autres armées. L’ensemble « Crotale" groupe deux reit, cules AMX-30 ; le premier porte 6 missiles en position « prêts à lancer » tandis qu’un autre char monte le radar de surveillance et de poursuite.

L’armée française a aussi modifié l’AMX-30 pour en taire le vecteur du système sol-air « Roland » : 2 missiles sont en position de tir, 8 autres en réserve à l’intérieur Les possibilités du « Roland 1 » étaient limitées par les conditions météorologiques mais le « Roland 2" est un système tout-temps. Le « Roland », mis au point conjointement par te France et l’Allemagne, est désormais adopté par les États-Unis et la Norvège.


sources l’encyclopedie des blindés ed. Elsevier Séquoia 1978

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.