Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Offensive Meuse-Argonne 1918

Pour les nations d’Europe lasses de la guerre, 1918 fut le tournant décisif. Après quatre longues années d’incertitudes, c’était de nouveau l’Allemagne qui paraissait sur le point de l’emporter. Les armées françaises, après l’hécatombe des trois premières années de conflit, ébranlées par les mutineries d’avril 1917, se reprenaient peu à peu sous le commandement ferme de Philippe Pétain.

Mais elles n’étaient pas encore en mesure de livrer une grande offensive générale. Les Britanniques, de leur côté, étaient épuisés et souffraient d’une grave pénurie d’effectifs après les combats de la Somme et de Passchendaele. Les Russes, après la révolution bolchévique et leur défaite militaire, avaient signé avec l’Allemagne une paix en forme de reddition.
Ainsi les Allemands avaient-ils pu ramener leurs troupes du front de l’est ; ils allaient les employer à porter un coup définitif à l’ouest avant que [es Américains arrivent en nombre suffisant pour rétablir l’équilibre.
Le général Erich Ludendorff, membre du Grand État-Major allemand et conseille’ direct du maréchal von Hindenburg, avait établi une nouvelle technique d’infiltration, consistant à lancer l’élite de ses troupes d’assaut contre les points faibles des lignes alliées pour prendre à revers leurs points d’appui.

Le 21 mars 1918, lors de l’opération portant le nom de code « MichaelAngriff », 65 divisions allemandes surprirent 26 divisions britanniques et faillirent les anéantir. D’autres attaques suivirent mettant les positions des Alliés sérieusement à mal.

A ce moment critique, Foch, nommé généralissime des armées alliées, manoeuvra rapidement pour soutenir les Britanniques. Leurs lignes résistèrent grâce à une défense acharnée, « le dos au mur » ; et Ludendorff, fut contraint de tourner ses forces contre les Français. En juillet, ses troupes réussirent une nouvelle percée, atteignant la Marne el menaçant Paris.
Mais cette attaque perdit peu à peu de sa vigueur : les Français parvinrent à rétablir la situation, et pour la première fois, des unités américaines commencèrent à arriver en force.

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.