Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Daces

, par

La Dacie, dans l’Antiquité, est le pays des Daces - appelés aussi Gètes - une grande région d’Europe Centrale, bordée au nord par les Carpathes, au sud par le Danube, à l’ouest par le fleuve Pathissus (Tisza), en Hongrie, à l’est par le Tyras (Dniestr), frontière actuelle entre la Moldavie et l’Ukraine. Elle correspond approximativement à l’actuelle Roumanie. Vers l’ouest, elle s’étendait probablement jusqu’au Danube quand il coule du nord au sud à Waitzen (Vacz). En revanche, Ptolémée place sa frontière orientale sur le fleuve Hierasus (Siret), en Roumanie. Les habitants de cette région faisaient partie de l’ensemble Thrace. En Grèce antique, ils étaient usuellement appelés Gètes, dans l’Empire Romain Daces.

PNG - 31.3 ko
Carte de la Dacie en 82 av. JC

Culture

Les Daces avaient atteint un très haut niveau de civilisation quand les Romains apprirent leur existence. Ils croyaient en l’immortalité de l’âme, et considéraient la mort à peu près comme un changement de pays. Leur grand prêtre occupait une position éminente en tant que représentant du dieu suprême, Zamolxis, sur Terre ; il était le conseiller en chef du roi. En plus de Zalmoxis, les Daces vénéraient plusieurs dieux, comme Gebeleizis et Bendis.

Ils étaient divisés en deux classes : une aristocratie (tarabostes) et un prolétariat (comati). Seuls les aristocrates avaient le droit de se couvrir la tête et portaient un chapeau de feutre (ainsi tarabostesei = pileati) ; ils formaient une classe privilégiée, et on suppose qu’ils sont les prédécesseurs des boyars roumains. Les hommes de la seconde classe, qui comprenait l’armée, les paysans et les artisans, portaient les cheveux longs (capillati).

Ils vivaient originellement dans des huttes de bois regroupées en villages entourés par une palissade, mais, à une époque tardive, avec l’aide d’architectes romains, ils se construisirent des forteresses et des tours coniques en pierre.

Leurs principales activités étaient l’agriculture et l’élevage ; les chevaux étaient surtout utilisés comme animaux de trait. Ils exploitaient également les mines d’or et d’argent de Transylvanie. Le commerce extérieur était considérable, vu le nombre de monnaies étrangères trouvées dans le pays.

Entités politiques

Un royaume de Dacie existait au moins depuis le début du IIe siècle av. J.-C., gouverné par le roi Oroles. Des conflits, avec les Bastarnae et les Romains (de 112 à 109 av. J.-C. et en 74 av. J.-C.) contre lesquels ils avaient prêtés main-forte aux Scordisci et Dardani, ont considérablement réduit les ressources des Daces.

Sous Burebista, un contemporain de César qui a réorganisé efficacement l’armée et raffermi le moral du peuple, le royaume atteignit son expansion maximale ; les Bastarnae et les Boii furent conquis, et même des villes grecques (Olbia, Apollonia sur le Pont-Euxin) tombèrent entre leurs mains. En fait, les Daces paraissaient si menaçants que César projetait de mener une expédition contre eux, et en fut empêché par sa mort.

Vers la même époque Burebista fut également assassiné, et le royaume divisé en quatre (ou cinq) parties, chacune sous l’autorité d’un dirigeant indépendant. L’un d’eux était Cotiso, dont on dit qu’Auguste voulait épouser la fille et qu’il le fiança à sa propre fille de 5 ans, Julia. Cotiso apparaît dans Horace (« Occidit Daci Cotisonis agmen », Odes, III. 8. 18) - qui, puisque l’ode fut écrite le 1er mars 29, fait probablement référence à la campagne de Marcus Crassus (30 av. J.-C.-28 av. J.-C.), plutôt que celle de Cornelius Lentulus, qui n’était pas consul avant 18 av. J.-C.. Les Daces faisaient souvent parler d’eux sous Auguste, selon qui ils avaient fini par reconnaître la suprématie de Rome. Mais ils n’étaient pas soumis pour autant, et plus tard saisirent toutes les opportunités de franchir le Danube gelé pour ravager la province de Mésie.

La conquête romaine

De 85 à 89 après J.-C., les Daces connurent deux guerres avec les Romains, sous Duras ou Diurpaneus, et sous le grand Décébale. Après deux grave revers, les Romains, sous Tettius Iullianus, prirent l’avantage, mais furent obligés de faire la paix après la défaite de Domitien par les Marcomans. Décébale restitua les armes qu’il avait prises et une partie des prisonniers. Mais en réalité les Daces restaient indépendants, comme le montre le fait que Domitien accepta d’acheter la paix en payant un tribut annuel.

Pour mettre fin à cet arrangement humiliant, Trajan résolut de briser les Daces une fois pour toutes. Le résultat de sa première campagne (101 - 102) fut le siège de la capitale dace Sarmizegetusa, et l’occupation d’une partie du pays. La seconde (105 -106) se termina par le suicide de Décébale, la conquête du royaume entier et sa transformation en province romaine. L’histoire de cette guerre est donnée dans Dion Cassius, mais le meilleur témoignage est la célèbre colonne Trajane à Rome.

La domination romaine

La province était limitée par la Transylvanie et l’Oltenia. Elle était sous l’autorité d’un gouverneur de rang prétorien. La Légion XIII Gemina, avec de nombreux auxiliaires, avait ses quartiers dans la province. Pour remédier aux ravages causées par les guerres récentes, des colons furent installés pour cultiver la terre et exploiter les mines, et les premiers habitants revinrent peu à peu. Des forts furent construits pour protéger des incursions des peuples barbares environnants, et trois grandes routes militaires furent construites pour unir les principales villes, tandis qu’une quatrième, nommée en hommage à Trajan, traversait les Carpathes et pénétrait en Transylvanie par le col Rotetum. Les principales villes de la province étaient Colonia Ulpia Traiana Sarmizegetusa (aujourd’hui dans le comté d’Hunedoara, en Roumanie), Apulum (Alba-Iulia, comté d’Alba), Napoca (Cluj-Napoca, Cluj), et Potaissa (Turda, Cluj). Avec la religion, les Daces adoptèrent également la langue de leurs conquérants : le roumain moderne faisant partie des langues romanes.

En 129, sous Hadrien, la Dacie fut partagée en Dacie Supérieure et Dacie Inférieure, la première comprenant la Transylvanie, la seconde la petite Valachie ou Oltenia. Marc-Aurèle la redivisa en trois (tres Daciæ) : Porolissensis, d’après la ville Porolissum (près de Moigrad, comté de Salaj), Apulensis d’après Apulum et Malvensis d’après Malva (site inconnu). Les tres Daciæ formait un tout dans la mesure où elles avaient une capitale commune, Ulpia Traiana Sarmizegetusa, et une assemblée commune, qui discutait des affaires provinciales, formulait des réclamations et répartissait le fardeau des taxes ; mais sous d’autres aspects elles étaient des provinces pratiquement indépendantes les unes des autres, chacune commandée par un procurateur ordinaire, subordonné à un gouverneur de rang consulaire.

Les Romains se retirent

La mainmise romaine sur le pays restait cependant précaire. En fait, on dit qu’Hadrien, conscient des difficultés pour le garder, avait envisagé son abandon, et n’y avait renoncé que pour préserver la sécurité des nombreux colons romains. Sous Gallien (256), les Goths traversèrent les Carpathes et chassèrent les Romains de Dacie, à l’exception de quelques places fortes entre le fleuve Timis et le Danube. Aucun détail de l’événement n’est connu, mais le principal argument qui corrobore l’affirmation de Ruffius Festus : « sous l’empereur Gallien la Dacie fut perdue » est l’arrêt brutal des inscriptions romaines et des monnaies dans le pays après 256. Aurélien (270-275) retira toutes les troupes et installa les colons romains au sud du Danube, en Mésie, où il créa la province de Dacie Aurélienne. Celle-ci fut ensuite divisée en Dacie Ripuaire sur le Danube, avec pour capitale Ratiaria (Arcar en Bosnie-Herzégovine), et Dacie Méditerranéenne, avec pour capitale Sardica, (Sofia, la capitale de la Bulgarie), cette dernière à nouveau subdivisée en Dardania et Dacie Méditerranéenne.

Le contenu de cette rubrique ou de cet article est disponible selon les termes de la licence GNU Free Documentation License.
Cet article a pour source Wikipédia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.