HistoireduMonde
.net

Socrate

Naissance : 469 avant J.-C.
Décès : 399 av. J.-C. (Athènes)
Principaux intérêts : Éthique
Idées remarquables : Maïeutique, ironie socratique
Influencé par : Anaxagore de Clazomènes - Prodicos
A influencé : Platon, les socratiques et tous les philosophes occidentaux

Socrate est un philosophe de la Grèce antique (Ve siècle av. J.-C.), considéré comme le père de la philosophie occidentale et l’un des inventeurs de la philosophie morale. N’ayant laissé aucune œuvre écrite, sa philosophie nous est parvenue par l’intermédiaire de témoignages indirects (en particulier par les écrits de son disciple Platon).

Socrate naquit en 470 avant J.-C. (troisième année de la 77e olympiade), sans doute au mois de mai (6 du mois thargélion), près d’Athènes, dans le dème d’Alopèce, dème qui faisait partie de la tribu d’Antiochide.

Son père, Sophronisque, était sculpteur, et sa mère, Phénarète, sage-femme. Socrate avait un frère, Patroclès, fils du premier mari de sa mère.

Nous ne savons que peu de choses de sa jeunesse. Qu’il fût esclave semble n’être qu’une hypothèse. Il reçut sans doute une éducation classique, que la loi athénienne obligeait un père à donner à son fils : gymnastique, musique (art du chant, de la danse[1], apprentissage de la lyre [2] et grammaire, ce qui implique l’étude d’Homère, d’Hésiode et d’autres poètes). Diogène Laërce (II, 42) cite le début d’un péan et d’une fable attribués à Socrate :

« Apollon Délien, salut, et Artémis, enfants illustres.
Ésope dit une fois aux habitants de la ville de Corinthe
de ne pas juger la vertu à l’aune de la sagesse d’un verdict populaire. »

Socrate semble ne pas s’être contenté de cette éducation. D’après Maxime de Tyr, Socrate s’adressa à toutes sortes de maîtres dès sa jeunesse. Chose peut-être remarquable en ce temps, parmi ses maîtres, Socrate place plusieurs femmes : Aspasie, compagne de Périclès, célèbre tant par sa beauté que par son esprit, Diotime, prêtresse de Mantinée, qui enseigna à Socrate la science de l’amour, mais cette femme est peut-être un personnage inventé par Platon. Selon le même auteur, Socrate se serait instruit tout au long de sa vie : il dit être le disciple de Prodicos de Céos, et il fréquente les sophistes (Protagoras, Hippias d’Élis, Polos). Il aurait appris la musique auprès de Connus ou de Damon, la poésie avec Evénus, l’agriculture auprès d’Ischomaque et la géométrie avec Théodore. Il aurait été le disciple du physicien Aechelaus. Il disait ne rien comprendre à Héraclite.

Ces renseignements doivent cependant être considérés avec prudence car les témoignages, sur ces points comme sur d’autres, ne concordent pas toujours. On a notamment souligné le ton ironique de Socrate lorsqu’il prétend être le disciple de quelqu’un .

Selon plusieurs témoignages, il est possible que Socrate ait exercé d’abord le métier de sculpteur. On lui attribue à tort ou à raison une statue des Grâces qui se trouvait devant l’Acropole. D’après d’autres témoignages, il aurait été banquier. Selon Démétrius de Byzance, c’est Criton qui lui permit de vivre dans un certain loisir pour se consacrer à la philosophie. Il semble avoir disposé ainsi d’une fortune assez confortable. En revanche, d’après Platon, Socrate aurait vécu dans une grande pauvreté, et cette affirmation est confirmée par Xénophon. Ce point est également confirmé par les surnoms dont l’affublent les comiques (cf. Eupolis ou Aristophane) : le gueux, le mendiant, le va-nu-pieds, etc. Il a également été présenté comme un clochard, sale, se faisant battre par des individus exaspérés par sa manie de la discussion.

Il semble qu’il se soit intéressé d’abord à la philosophie de la nature et aux spéculations de nature physique. Cet intérêt aurait été suscité par la rupture qu’entretenaient les philosophes pré-socratiques avec le surnaturel et le monde des dieux qui prévalaient jusqu’alors. Mais il semble qu’il ait ensuite été déçu par les explications purement causales d’Anaxagore et il s’éloigne rapidement de ces physiciens, déplorant leur explication matérialiste et le côté limité de leurs méditations basées uniquement sur la nature . L’Apologie de Socrate affirme qu’il ne s’est jamais intéressé à de telles recherches, mais dans son désir de justification, il est possible que Platon ait omis certains aspects de la jeunesse de Socrate, qui lui étaient peut-être même inconnus. Il semble aussi s’être particulièrement intéressé à l’art de distinguer le sens des mots enseigné par Prodicos, bien qu’il s’y réfère quelquefois avec ironie. Il eut de nombreux disciples : Xénophon, Platon et Alcibiade, son préféré, qu’il sauva à Potidée, une des rares fois où il sortit d’Athènes. Il sauva Xénophon, à Délion, contre les Perses.

Sous la tyrannie des Trente qui dura huit mois, il lui fut interdit d’enseigner. Durant cette période, on lui intima de procéder à l’arrestation d’un citoyen qu’il considérait comme innocent. Il refusa de se soumettre à cet acte inique. Il échappa par chance aux purges des Trente, dont le but était d’éviter toute sédition.

Socrate se maria au moins une fois, avec Xanthippe, qui passe pour une femme particulièrement acariâtre et dont il eut un fils, Lamproclès. Il fit peut-être un second mariage, avec Myrtho, la fille d’Aristide, qui lui aurait donné deux autres fils.

Vivant pauvrement, n’exerçant aucun métier, il parcourait les rues d’Athènes vêtu plus que simplement et sans chaussures, dialoguant avec tous, en cherchant à les rendre plus sages par la connaissance de leur ignorance : « Je sais que je ne sais rien ». Il prétend avoir reçu pour mission d’éduquer ses contemporains : c’est Apollon « qui lui avait assigné pour tâche de vivre en philosophant, en se scrutant lui-même et les autres ».

Et, en effet, la Pythie de Delphes avait répondu à Chéréphon que nul n’était plus sage que Socrate. Cette mission divine s’exprime également par le démon de Socrate, un signe divinatoire, une sorte de voix intérieure qui lui révèle les actes dont il faut s’abstenir.

Il enseigne, ou plus exactement questionne, gratuitement - contrairement aux sophistes, qui enseignent la rhétorique moyennant une forte rétribution. Cette mission fait de lui à ses yeux le seul citoyen véritable, c’est-à-dire le seul qui s’interroge sérieusement sur la vie politique. Il s’oppose en cela au caractère démagogique de la démocratie athénienne qu’il veut secouer par son action. Sa manie du questionnement ne cesse pas du matin au soir, car il est « attaché aux Athéniens par la volonté des dieux pour les stimuler comme un taon stimulerait un cheval ».

Les dix dernières années de la vie de Socrate nous sont presque totalement inconnues.

Le procès de Socrate

Plusieurs aristocrates affirmèrent voir en lui un esprit pervertissant les valeurs morales traditionnelles et donc un danger pour l’ordre social. En 399 av. J.-C., Socrate se vit accusé par Anytos, un membre éminent du parti démocratique, ainsi que deux de ses amis, des deux crimes suivants :

* ne pas reconnaître les dieux de la cité et introduire des divinités nouvelles ;
* corrompre la jeunesse.

Il fut reconnu coupable avec huit voix d’écart seulement. Comme peine alternative à celle demandée par ses accusateurs (la mort), il avait proposé d’être hébergé et nourri au Prytanée pour le reste de ses jours (cf. Platon, Apologie de Socrate, ). En effet, pour inciter les parties à la plus grande modération, les juges devaient non pas déterminer leur propre sentence, mais choisir celle qui, des deux parties, leur paraissait le plus raisonnable. Socrate avait donc la possibilité de proposer une peine qui pût être acceptée par les juges.

Mais Socrate se vit condamné par 281 voix contre 278 à boire un poison mortel, la ciguë. Ayant pendant son emprisonnement l’occasion de s’enfuir, il refusa de le faire au motif que le respect des lois de la cité était plus important que sa propre personne (cf. Platon, Criton). Un esprit analogue animera bien plus tard Régulus.

La mort de Socrate

Socrate est mort le 7 mai 399 av. J.-C., condamné à boire la ciguë, après avoir été accusé d’impiété et de corruption de la jeunesse, comme le rapporte Xénophon dans les Mémorables :

« Je me suis souvent demandé par quels arguments les accusateurs de Socrate ont persuadé les Athéniens qu’il méritait la mort comme criminel d’État. L’accusation portée contre lui était à peu près ainsi conçue : “Socrate est coupable de ne pas reconnaître les dieux reconnus par l’État et d’introduire des divinités nouvelles ; il est coupable aussi de corrompre les jeunes gens.” »

Il passa les jours qui précédèrent sa mort à dialoguer avec ses amis, comme en témoigne l’écriture du Criton par Platon. Son dernier jour nous est raconté dans le Phédon : il s’agit d’un dialogue sur l’immortalité de l’âme, dont la morale est que le sage doit espérer en un séjour divin après la mort. Il affirma avant sa mort croire aux dieux athéniens comme n’y croit aucun de ses accusateurs, et recommanda à Criton, son vieil ami « nous devons un coq à Esculape ». Esculape étant le dieu de la médecine, il est possible que cette dernière parole signifie (dans le contexte de la philosophie platonnicienne) "il faut remercier le dieu d’avoir donné aux Hommes la capacité de prendre soin d’eux-mêmes" (sur cette capacité, cf. Platon, Premier Alcibiade). Nietzsche a donné une autre interprétation de cette parole : "Criton, la vie est une maladie" (cf. Généalogie de la morale) ; voyant en Socrate un philosophe niant le caractère dionysiaque de la vie.

Le reste d’Athènes, par la suite, prit très mal la condamnation de Socrate. Les Athéniens qui avaient participé à sa condamnation furent bannis de la cité et une statue fut érigée pour perpétuer son souvenir. Les récits de Platon et de Xénophon sur le sujet se sont montrés plus durables que celle-ci.

Dans sa Lettre 7, Platon constate la mort injuste de Socrate et déclare que « « les maux ne cesseront pas pour les humains avant que les authentiques philosophes n’arrivent au pouvoir ou que les chefs des cités, par une grâce divine, ne se mettent à philosopher véritablement » ».

Son caractère

Socrate était physiquement très laid : chauve, le nez épaté, il ressemblait à un satyre ou à un silène (cf. Le Banquet). Un tel visage était moralement scandaleux, car la laideur était considérée par les physionomistes de l’époque comme l’indice de l’intempérance et du vice :

« [...] Ne savons-nous pas le jugement que porta un jour de Socrate le physionomiste Zopyre, qui faisait profession de connaître le tempérament et le caractère des hommes à la seule inspection du corps, des yeux, du visage, du front ? Il déclara que Socrate était un sot et un niais, parce qu’il n’avait pas la gorge concave, parce que tous ses organes étaient fermés et bouchés ; il ajouta même que Socrate était adonné aux femmes ; ce qui, nous dit-on, fit rire Alcibiade aux éclats. »

Si cette observation nous renseigne sur les préjugés qui avaient cours en Grèce sur l’apparence physique, elle nous donne aussi de précieux renseignements sur le caractère de Socrate grâce sa réponse rapportée par Cicéron :

« Zopyre, qui se donnait pour un habile physionomiste, l’ayant examiné devant une nombreuse compagnie, fit le dénombrement des vices qu’il découvrait en lui et chacun se prit à rire, car on ne voyait rien de tout cela dans Socrate. Il sauva l’honneur de Zopyre en déclarant que véritablement il était porté à tous ces vices, mais qu’il s’en était guéri avec le secours de la raison. »

Son caractère violent est confirmé par un des témoignages les plus directs que nous possédions, celui de Spintharos : son fils rédigea les souvenirs de celui-ci sur Socrate dont il était le contemporain :

« Nul n’était plus persuasif grâce à sa parole, au caractère qui paraissait sur sa physionomie et, pour tout dire, à tout ce que sa personne avait de particulier, mais seulement tant qu’il n’était pas en colère ; lorsque cette passion le brûlait, sa laideur était épouvantable ; nul mot, nul acte dont il s’abstînt alors. »

Selon Émile Bréhier (Histoire de la philosophie), cette nature violente qu’il a maîtrisée explique sans doute la fascination qu’il exerça sur des hommes aussi ardents qu’Alcibiade et Platon.

sources wikipedia

Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?

Vous inscrire sur ce site

L'espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Retour en haut de page

Qui sommes nous ? - Du coté technique - Nous contacter
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Développement de sites internet de qualité / YLMedia - Infographie - Site web sur mesure
Passionnés de voyages, l'agence des beaux voyages - Sites internet médicaux - ovh