Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Gétules

, par

Les Gétules forment un peuple de pasteurs nomades présents sur de vastes régions du nord-ouest de l’Afrique, au sud de la Numidie et de la Maurétanie, durant l’Antiquité et l’occupation romaine de l’Afrique. Strabon en fait des voisins méridionaux des Garamantes.
En l’an 6 de notre ère, ils se révoltent contre Juba II et semblent soutenir les Romains dans la guerre qui les opposent à Jugurtha. Virgile fait d’ailleurs de leur roi -légendaire ?- Iarbas et de ses hommes les représentants d’un peuple de guerriers redoutables et Strabon les qualifie de « plus puissante des nations lybiques ». La colonie de Madaure fut fondée, à en suivre Apulée, pour surveiller ces populations. . L’auteur romain Pline l’Ancien, mentionne la puissance de deux tribus gétules : les Baniurae et les Autotoles (parfois nommés Autololes ou Galaules). Les Baniurae occupent la vallée du Sébou et menace la colonie romaine de Banasa, non loin de l’actuel Sidi Kassem. Les Autololes sont originaires de la vallée de l’actuel oued Bou Regreg. Pline l’Ancien les décrit comme des barbares particulièrement dangereux et toujours prêts à piller. Salluste, dans son œuvre La Guerre de Jugurtha, les présente avec les Libyens antiques comme « rudes, grossiers, nourris de la chair des fauves, mangeant de l’herbe comme des bêtes ».
La Gétulie est connnue dans les sources latines pour son pourpre et ses fauves .

Bien que les tribus gétules ne formèrent jamais un véritable État - et que Juba II se réclama roi des Numides et des Gétules - ils contribuèrent largement aux royaumes maures et numides. Ils devainent ainsi soutenir les armées d’Hannibal et de Juba II. Pasteurs et nomades, ils organisent des razzias contre les agriculteurs installés dans leur zone d’influence. Selon l’historien Jehan Desanges, le terme « Gétules » désignerait d’ailleurs plus un mode de vie qu’un peuple précis et homogène, preuve supplémentaire de la « grande souplesse onomastique » (Yves Mondéran) des peuples berbères dans les sources romaines mais aussi que la réalité du terme n’est ni ethnique, ni politique.
À la fin de l’Antiquité, ils entrent en contact avec les Zénètes, peuples qui accentuent peut-être leur migration au Ve siècle.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.