Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Daces

, par

Les Daces étaient un peuple indo-européen qui occupait un territoire situé entre les Carpates, le Danube et la mer Noire, les limites historiquement attestées étant à l’ouest la plaine de Pannonie, au nord les Carpates d’Ukraine et Slovaquie, à l’est au-delà de Dniestr (Tyras) et la mer Noire et au sud le Danube. De leur nom dérive le nom romain de ce territoire, la Dacie.

Appelés Gètes par les Grecs et Daces par les Romains, ils faisaient partie de la grande famille des Thraces et leur présence est attestée depuis la haute antiquité. Ils parlent un dialecte thrace (langue indo-européenne). Ils développent une civilisation agricole, connaissent l’or et l’argent, et pratiquent le commerce. Leur religion semble à base de divinations et d’initiations. Leur médecine est de type holistique. Leur calendrier est très précis.

Les Daces et les Thraces

Les Daces sont souvent confondus avec les Thraces (et avec les Goths) dans les écrits historiques. Dans cette partie du monde antique, de nombreux peuples se sont appelés Thraces. Toutefois, quelques récits parlent des Thraces et des Daces comme de deux peuples différents.

Les sources d’information sont très limitées, mais des écrits d’Hérodote affirment : "La nation des Thraces est, après celle des Indiens, la plus importante du monde. S’ils avaient un seul roi, et s’ils pouvaient s’entendre entre eux, ils seraient invincibles et, d’après moi, beaucoup plus puissants que toute autre nation". Puis : "parmi les Thraces, les Gètes (Daces) sont les plus braves et les plus droits".

Activités

Leurs principales activités sont l’agriculture et l’élevage. Les chevaux sont surtout utilisés comme animaux de trait. Des mines d’or et d’argent sont exploitées dans l’actuelle Transylvanie. Les richesses des Daces sont constituées de très importantes réserves d’or, de sel et de céréales.

Le commerce extérieur est important, au vu du nombre de monnaies étrangères trouvées dans le pays. Le commerce s’effectue surtout avec la Grèce, puis avec l’empire romain.

Dès la fin du deuxième siècle avant JC, les Daces ne se contentent plus d’utiliser les pièces venant des autres pays, mais commencent à fabriquer des pièces en or, sans doute avec l’aide des colons grecs. La plupart sont des contrefaçons parfaites des pièces romaines. D’autres, par contre, sont originales, et portent des inscriptions en alphabet grec.

Les plus nombreuses sont les fameuses pièces KOSON, ainsi nommées par l’inscription qu’elles portent, et qu’on suppose être le nom du chef des Daces dans une région, après l’assassinat de César à Rome et de Burebista en Dacie. Sur une partie des pièces, on voit un consul romain considéré comme l’adversaire avec un "R" et "KOSON" en alphabet grec. Sur le revers, on voit un vautour avec les ailes ouvertes, une serre sur un sceptre et, dans l’autre serre, une couronne. 8,41 grammes or, 18-21 mm diamètre (description de Constantin Preda).

Les Daces connaissent et utilisent un calendrier solaire sacré, qui est conservé à l’intérieur de la cité de Sarmizegetusa. Il peut être considéré parmi les plus précis de toute l’antiquité, car l’erreur de ce calendrier n’est que de 1h 15min 3 sec chaque année (8840 ans si on applique des corrections tous les 3 ans).

Ils connaissent de nombreuses plantes médicinales et utilisent la médecine holistique.

Organisation sociale

L’organisation sociale des Daces illustre la "trilogie indo-européenne" définie par Dumézil. Les Daces sont gouvernés par des dynasties de rois-prêtres (Polistes) à la tête de troupes de cavaliers aristocrates (Tarabostes) et de paysans guerriers (Comates). Les Polistes, sortes de druides, progressent en connaissaces par le biais d’initiations successives, proches de celles des orphistes et des pythagoriciens. Pour marquer leur appartenance ils se couvrent la tête d’un bonnet de feutre blanc. Les Tarabostes, propriétaires de forêts, de rivières, de gués et de moulins, ne sauraient travailler : leur destin est de transmettre et d’exercer l’art de la guerre. Ce sont souvent eux qui montent des expéditions de pillage vers les peuples et les cités voisines. Pour marquer leur appartenance ils se couvrent la tête d’un bonnet de feutre rouge (proche du bonnet des Thraces phrygiens d’Anatolie, symbole de liberté en France par rappel des révoltes phrygiennes). Ainsi tarabostesei = pileati ; ils forment la classe des cavaliers. Les Comates (coma = crinière) combattent à pied : soldats, paysans, artisans, ils portent les cheveux longs (capillati) et restent tête nue (plus tard, après la romanisation et la christianisation, ils adopteront un bonnet de laine noire). Mais tous sont des hommes libres.

A l’origine, ils vivent dans des huttes de bois regroupées en villages entourés d’une palissade, puis, à une époque tardive, ils construisent des forteresses et des tours coniques en pierre (toponymes en ...dava : Sarcidava, Cumidava, Capidava, Piroboridava, etc).

Mode de vie

Platon (Charmide) écrit qu’il a appris d’un Thrace qui vénérait Zalmoxis, une mélodie pour rendre un homme immortel. On a découvert, dans une région des Gèto-Daces (à Histria), un instrument musical, datant du IIIe siècle avant JC, formée de trois flûtes de bois. Orphée, un des plus grands poètes de l’antiquité, malgré des légendes contradictoires, semble bien provenir d’une peuplade thrace. On dit aussi que Musaios (ami d’Orphée), Thamiris et même Eumolpe sont thraces.

Les Daces ont une stratégie militaire avec des points de défense séparés des lieux de vie. La construction des points de défense profite au maximum des caractéristiques physico-géographiques de la région .Les structures militaires sont le résultat de l’union des tribus en cas de danger. Elles peuvent se focaliser sur un seul objectif, comme la construction d’un ensemble de défense. Pour la première fois, on peut parler d’une armée dace vers le IVe ou IIIe siècle, sous Dromihete, avec toutes les institutions d’un État.

On retrouve deux types d’armes : armes de lutte à distance et armes de lutte au corps à corps. La cavalerie a un rôle de harcèlement, pour essayer d’attirer l’ennemi, lui tendre des pièges, et le mettre en position défavorable. Les Daces n’utilisent pas de techniques massives avec des unités rigides et nombreuses.

Pour les luttes au corps à corps, les Daces préfèrent porter une arme spécifique, la sica, ornée des symboles sacrés. Cette arme est ensuite utilisée par une partie des gladiateurs à Rome, appelés thraces par les Romains.

Indo-européen, le parler des Thraces et des Daces appartient au groupe de langages thraco-illyriens des langues iraniennes occidentales. Il reste mal connu, seuls quelques mots supposés daces (160) se retrouvent en roumain. Pour l’écriture, on ne dispose guère que du Rohonczi Codex et de quelques écrits en grec et latin (voir les deux en traduction au même temps).

Religion

Les Daces se donnent le nom de loups ou ceux qui sont semblables aux loups. Ainsi, les Daces ont deux types de symboles de guerre : le drapeau et le dragon avec tête de loup et queue de serpent, qui vole en se gonflant.

Les Daces ont atteint un haut niveau de spiritualité, quand les Romains découvrent leur existence. Ils croient en deux mondes et en l’immortalité de l’âme, sous forme d’une continuation du "soi" après la mort dans l’autre monde : un monde où Zalmoxis les attend (Zalmoxis étant apparemment un Poliste pythagoricien, prophète du créateur unique Gabeleisos).

La présence de quelques autres divinités, pour la vie sur terre, témoigne de la nature radicalement différente de ces deux mondes. L’image ci-contre est un détail en Aleksandrovo dans le sud-est de la Bulgarie, le personnage a été identifié comme étant Zalmoxis, qui de sa hache sacrée ouvre le chemin ardu de la Connaissance.

Les Daces à Rome avant Jésus Christ

Les Daces se trouvent à Rome, avec d’autres populations de la région connue de nos jours comme les Balkans, comme les Illyriens par exemple, dès la période entre 44 avant JC (mort de Jules César) et 31 avant JC, lors de l’instauration du principat d’Auguste. Ils ont de nombreuses occupations, dont la principale est le métier de gladiateur qui leur convient bien, vu leur aptitude pour la lutte individuelle. Les gladiateurs s’entraînent dans de petites arènes nommées "ludus". On connaît quatre dénominations de ces arènes : Dacicus, Gallicus, Magnus, Matutinus. L’existence de l’arène Dacicus suggère un nombre important de Daces gladiateurs. Plus tard, lorsque la Dacie devient province romaine, les Daces se dirigent davantage vers les activités militaires, devenant membres de la garde impériale - les prétoriens et la garde à cheval - equites singulares. Les inscriptions des pierres funèbres des soldats appartenant à la garde impériale portent sans faute et avec une certaine distinction le lieu d’origine des décédés. Par exemple ; natione Tharx - pour les thraces.

Un bon exemple est celle de Lucius Avilius Dacus, sur marbre, de l’année 70 avant JC, deux siècles avant la conquête de la Dacie. Une autre inscription, découverte Via Flaminia, est dédiée à la mémoire de la reine Zia, veuve du roi des Costoboces, Dieporus, établie par ses petits enfants Natoporus et Driglisa. Il semble que Via Flaminia étaient reçus des prisonniers d’origine royale et noble. La présence dace à Rome, dans la garde impériale, se remarque dans de nombreuses inscriptions en marbre, dédiées aux empereurs : s’y trouvent également les noms des soldats, avec le lieu d’origine : Aurelius Valerius Drubeta, Antonius Bassinass Zermizegetusa, Titus Lempronius Augustus Apulum. Sur un total de 120 noms daces, 15 sont originaires de Sarmizegetusa. Parmi ceux-ci, Claudiano, centurion de la VIe cohorte. Mais aussi Iulius Secondinus, natione Dacus, prétorien appelé de nouveau au service, ayant atteint l’âge de 85 ans dans des conditions ou à cette époque on dépasse rarement l’âge de 50 ans.

La spiritualité des Daces selon Trajan

L’empereur romain Trajan a écrit :

« recevant l’empire pourrissant et faible dans toutes ses directions de cette tyrannie qui l’avait travaillée longtemps à l’intérieur et des nombreuses invasions des Gètes d’en-dehors, j’étais le seul avoir osé attaquer ces peuples de l’autre coté du Danube. J’ai conquis même ces Gètes, la plus guerrière des nations qui n’ait jamais existé, non seulement par le corps, mais aussi par ces maximes de Zalmoxis, qui vit avec eux dans une telle vénération, il les a touchés si profondément dans leur cœur. Car ne croyant pas qu’ils meurent, mais qu’ils changent seulement leur habitation... »


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.