Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Mouton, Georges, comte de Lobau

, par

21 février 1770 (Phalsbourg) - 27 novembre 1838 (Paris)

JPEG - 12.8 ko
Mouton, Georges, comte de Lobau

Elu lieutenant par les volontaires de la Meurthe, capitaine dès novembre 1792, aide de camp du général Meynier un an plus tard, Mouton quitte l’armée du Rhin en 1795 pour l’Italie et y sert à l’état-major de Joubert. Il se distingue au siège de Gênes mais n’est promu colonel qu’en 1803. Général de brigade au début de 1805 et aide de camp de Napoléon, il fait avec lui les campagnes de 1805-1807, est grièvement blessé à Friedland. Général de division peu après, il part pour l’Espagne, où il se distingue à Medina del Rio Seco (14 juillet 1808). Rappelé en novembre par l’Empereur, il reprend auprès de lui ses fonctions d’aide de camp et le suit dans la campagne contre l’Autriche, accomplit un fait d’armes à Landshut (21 avril) en franchissant le pont en flammes à la tête de ses grenadiers, charge à la baïonnette et reprend Essling avec les fusiliers de la garde (22 mai 1809), couvre la retraite sur l’île Lobau et a la main traversée par une balle. Comte de Lobau une semaine plus tard, il est à Wagram. Il suit l’Empereur en Russie et revient avec lui à Paris. Aide-major général de la garde en juillet 1813, il est fait prisonnier à la capitulation de Dresde (11 novembre 1813). Rallié à Napoléon durant les Cent-Jours, il est à nouveau son aide de camp et commet un dernier acte d’héroïsme à Waterloo, couvrant la retraite de l’armée par une défense stoïque de Plancenoit. Il est capturé le 19 juin 1815 alors qu’il essaie de rallier les traînards. Farouche républicain, Mouton n’avait accepté qu’à contrecoeur les "simagrées " du sacre. Il ne cache pas son hostilité aux Bourbons. Proscrit jusqu’à la fin de 1818, il est élu par la Meurthe en 1828 et siège à la Chambre des députés parmi les opposants libéraux. Louis-Philippe le fera maréchal le 30 juillet 1831 et pair de France le 27 juin 1833. Estimé pour sa bravoure, son sang-froid, sa loyauté, Mouton figure sur l’arc de triomphe de l’Etoile.

JPEG - 15.7 ko
Mouton

Sources : Histoire et Dictionnaire du consulat et de l’empire A Fierro A palluel guillard J Tulard ed Bouquins 1995

Messages et commentaires

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.