Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Desaix, Louis-Charles-Antoine des Aix, chevalier de Veygoux, dit

, par

17 août 1768 (château d’Ayat, Puy-de-Dôme) - 14 juin 1800 (Marengo)

JPEG - 8.5 ko
Portrait de Desaix

Louis Charles Antoine Desaix (17 août 1768[1] à Saint-Hilaire d’Ayat, aujourd’hui Ayat-sur-Sioule, † 14 juin 1800 à Marengo en Italie) est un général français qui s’est illustré lors des guerres révolutionnaires et sous les ordres de Bonaparte, notamment en Égypte et en Italie. Selon l’usage de l’époque, afin de se distinguer de son frère, il prit pour nom Louis Charles Antoine Desaix de Veygoux, et signa Desaix de Veygoux.

Né près de Riom, en Auvergne, d’une famille noble.

Il eut trois frères et une sœur :

* Amable, né le 10 décembre 1759 ;
* Gaspard Antoine né en 1761 et mort en bas âge ;
* Françoise Antoinette, née le 25 août 1764 ;
* Louis Amable, né le 7 juin 1773.

Une éducation militaire

À partir du 18 octobre 1776, alors qu’il n’a que huit ans, il est éduqué à l’École militaire d’Effiat, dirigée par une congrégation d’oratoriens. À quinze ans, en 1783, il est nommé sous-lieutenant dans le régiment de Bretagne.

Le choix de la République

En 1791, il quitte le régiment de Bretagne pour retourner en Auvergne où il est nommé Commissaire ordinaire des guerres à Clermont-Ferrand.

Depuis la Révolution, sa famille, noble, a peur et émigre en majorité en 1792. Il se refuse à la suivre et part servir dans l’armée du Rhin, où il est nommé aide de camp du commandant en chef Victor de Broglie contre les forces de la coalition.

Ayant montré une rare bravoure et une grande présence d’esprit à la prise des lignes de Weissembourg, il fut nommé général de brigade. Il devient le plus jeune général de l’armée française lors de sa nomination à 25 ans en 1793.

Moreau, juste appréciateur du mérite militaire, le nomma général de division dans l’armée de Rhin-et-Moselle le 2 septembre 1794 ; Desaix eut la plus grande part aux victoires de cette brillante campagne de l’an IV, qui a illustré le nom de Moreau. De brillants succès militaires en 1794 et 1795 le conduisent à sa nomination de commandant en chef par intérim de l’armée du Rhin en janvier 1796.

La campagne d’Égypte

Lorsqu’il rencontre Napoléon Bonaparte à Passenario en Italie en 1797, celui-ci lui confie l’organisation d’un convoi maritime pour la campagne d’Égypte, où il remplira la fonction d’amiral. Bonaparte s’associa Desaix pour son expédition d’Egypte, à la prise de Malte, à la prise d’Alexandrie, écrasera les mamelouks à Chébreiss (13 juillet 1798) et lors de la bataille des Pyramides(21 juillet 1798).

Il reçut l’ordre d’aller faire la conquête de la Haute-Égypte, et d’y achever la destruction des Mamelouks. Il livra divers combats à Sonaguy, à Thèbes, à Sienne à Gosseys ; partout il triompha. Son administration fut telle, qu’elle lui valut de la part des vaincus eux-mêmes, le glorieux titre de Sultan juste.

Il sut procurer aux hommes éclairés chargés de reconnaître ce pays, tous les renseignements qu’il avait recueillis en recherchant lui-même, en homme instruit, les ruines et les monuments importants. C’est dans ces circonstances que Desaix, rappelé par Kléber de la Haute-Égypte, signa, par ses ordres, avec les Turcs et les Anglais, un traité en vertu duquel il s’embarqua pour revenir en Europe. À peine était-il arrivé à Livourne, que l’amiral anglais Keith le déclara prisonnier, au mépris des conventions, et affecta de confondre Desaix avec les soldats qui raccompagnaient.

Délivré par un ordre supérieur des mains de l’amiral Keith, Desaix écrivit de Toulon au premier Consul[6] Et peu de temps après , sans même avoir revu sa famille, il partit pour l’armée d’Italie.

La bataille de Marengo

Le 5 mai 1800, de retour à Toulon, Desaix rejoint Bonaparte en Italie, où les troupes françaises sont confrontées aux Autrichiens.

Arrivé à l’armée la veille de la bataille de Marengo, il y commanda la réserve qui changea la face des affaires. Le 14 juin, les deux armées s’affrontent à bataille de Marengo. Par erreur envoyé sous l’ordre de Napoléon Bonaparte à la recherche de l’armée ennemie, Desaix désobéit et revient sur ses pas en entendant tonner des canons sur ses arrières. En effet, les troupes françaises sont attaquées puis mises en difficulté par les Autrichiens. Arrivant avec environ 10 000 hommes, Desaix prend la tête de la 9e brigade d’infanterie légère et s’élance contre les Autrichiens.

Cette action rétablit la situation et permet la victoire de l’armée française. Mais, au cours de la charge, Desaix meurt après avoir été touché par une balle en plein cœur à l’âge de 32 ans[8]. Hasard de l’Histoire, le même jour, le général Kléber, est assassiné en Égypte.

Le premier Consul fit transporter au couvent du Grand-Saint-Bernard, la dépouille mortelle de Desaix. Il fut inhumé au le 19 juin 1805 en présence de Berthier, ministre de la Guerre, représentant l’Empereur.


sources : wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.