Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Royal Marines

, par

Les Her Majesty’s Royal Marines plus connut sous le nom de Royal Marines sont la force d’infanterie de marine du Royaume-Uni, ils dépendent administrativement de la Royal Navy.

Bien que l’empire britannique se soit étendue au fil des siècles sur toutes les mers du globe, le Royaume-Uni n’aligne plus en début du XXIe siècle qu’une force d’infanterie de marine relativement réduite, constitué d’une unique brigade, connue comme la 3 Commando Brigade, et d’unités de forces spéciales alignant 6 500 éléments au total.

L’origine de la spécialité remonte à 1664 avec la création du Duke of York an Albany’s Maritime Regiment of Foot, rebaptisé ensuite plus simplement Admiral’s Regiment pour régiment du Lord grand amiral, et, enfin, Corps des Royal Marines (RM).

Embarqué sur les navires de Sa Gracieuse Majesté, les Royal Marines participèrent à toutes les plus importantes batailles et campagnes livrées par la Grande-Bretagne et puis le Royaume-Uni : Gibraltar (1704), Belle-Isle (1761), Trafalgar (1805), Soudan (1898), guerre des Boers (1899-1902), Chine (1900), etc.

Durant la Première Guerre mondiale, le corps des RM, fort de 55 000 hommes en 1918, fut engagé tant sur terre que sur mer, à Ostende, à Gallipoli et à Zeebrugge.

Regroupant 12 000 hommes au début de la Seconde Guerre mondiale, les Royal Marines livrèrent leur premier combat durant la campagne de Norvège.

Ensuite, ils participèrent au débarquement de Dieppe en 1942 et à bien d’autres opérations, en Europe et en Extrême-Orient, notamment à la campagne d’Italie, à Salerne (septembre 1943), à Anzio (janvier 1944) et à Comacchio (avril 1945), aux combats de Walcheren (septembre 1944) en Hollande et à la campagne de Birmanie (janvier 1945).

Dès 1945, le corps des Royal Marines fut engagé de nouveau dans toutes les grandes opérations et interventions extérieures britanniques de l’après-guerre, de la Palestine à la guerre d’Iraq de 2003, en passant par la Corée, Chypre, Oman, Koweït, Belize, Bornéo, Tanzanie, les Malouines et l’ex-Yougoslavie.

En 1951

Durant la guerre de Corée, les bérets verts du Commando 41, rattachés à la 1st Marine Division américaine, s’illustrèrent à Chosin en rompant l’encerclement des « volontaires » chinois de l’Armée Populaire de Libération ; en juin 1956, ceux des Commandos 40, 42 et 45 constituèrent le fer de lance du débarquement franco-britannique à Port-Saïd durant la crise de Suez. Durant les années 1960, ils apportèrent leur aide aux forces du sultanat de Brunei contre la pression Indonésienne ; à partir de 1964, il furent déployés à Oman pour combattre la rébellion des montagnes du Rafdan.

Après le retrait britannique à l’ouest de Suez, les Royal Marines furent redéployés en tant que force d’intervention rapide pour la défense du flanc nord de l’Otan (Danemark, Norvège, Islande).

Leurs capacités amphibies seront, une fois de plus, mises à l’épreuve en 1982, lors de la guerre des Malouines durant lequel furent engagés les Commandos 40, 42 et 45 qui, après avoir débarqué en Géorgie du Sud et à San Carlos, prirent d’assaut les positions argentines autour de Port Stanley.

En mai-juin 1999,

les Royal Marines, notamment ceux de l’Amphibious Ready Group alors constitué du Commando 40, ont été engagés dans le cadre de la guerre du Kosovo.

A la mi-juin 2000,

le Commando 42 débarquait au Sierra Leone pour remplacer les parachutistes qui tenaient « à bout de bras » les zones gouvernementales faces au attaque des rebelles du RVE. En 2003, ils firent partie de la première vague d’attaque durant l’opération libération de l’Iraq.

Organisation

En 2001, le corps des Royal Marines comprend deux grands commandements :

* Head Quarter (HQ) Training and Reserve Forces Royal Marines, responsables de la formation du personnel et des unités de réserve (Royal Marines Reserve).

* Head Quarter Commando Forces Royal Marines, ce dernier représente la composante opérationnelle du corps qui comprend, outre le SBS :

*
o l’état-major de la 3 Commando Brigade Royal Marines (CBRM).

*
o trois bataillons de commandos-marines, numérotés 40, 42 et 45 alignant sur le papier 798 hommes chacun, basés respectivement à Tainton, Plymouth et Arbroath.

*
o un régiment d’artillerie (29 Commando Régiment, Royal Artillerie), pièces de 105 mm Light Gun, dépendant de la British Army

*
o un régiment de soutien logistique (unité mixte Army/Marines)

*
o une batterie de défense antiaérienne (British Army)

*
o un escadron de génie militaire (59 Independant Commando Squadron, Royal Engineers),

*
o un escadron d’engins d’assaut amphibie (539th Assault Squadron, Royal Marines), il comprend une centaine d’hommes.

*
o un escadron d’hélicoptères (3rd Air Squadron, Royal Navy), sur Gazelle et AH-7 Lynx

*
o une unité spécialisée à l’origine dans le combat en montagne et en zone arctique, la Brigade Patrol Troop (BTP)

Il existe également un escadron de génie supplémentaire, le 131 Independant Commando Squadron, Royal Engineers qui, comme une des batteries du régiment d’artillerie, appartient à la Territorial Army.

Le groupe antiterroriste à vocation maritime connue sous le nom de Commachio Group comprenant de 300 à 500 éléments dépend directement, pour l’emploi, de l’amirauté, via l’état major du corps des Royal Marines.

Le 3 CBRM est susceptible de détacher des éléments au profit de la JRDF, la Joint Rapid Deployement Force créer le 1er août 1996.

Fleet Standby Rifle Troop

Il faut noter la création , en 1996, d’une nouvelle structure, la Fleet Standby Rifle Troop (FSRT), qui permet de disposer d’une force en mesure d’intervenir à travers le monde dans un très court préavis. Celle ci est constitué de plusieurs équipes d’une douzaine d’hommes, dont les effectifs sont assurés par rotations des différentes unités du corps. En alerte permanente, ces équipes peuvent intervenir dans un délai de 8 heures. Bien que ne faisant pas partie des forces spéciales britanniques, elle sont toutefois capables d’effectué des missions spéciales comme l’évacuation de ressortissants dans des pays en crise, la libération d’otages et les opérations antidrogue. Peu médiatisé, la FSRT est pourtant intervenue au moins 5 fois durant ses deux premières années d’existence : en Albanie, au Congo, en Sierra Leone, dans les îles Vierges et en Indonésie.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.