Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Louis XV de France

, par

Naissance 15 février 1710
Château de Versailles
Décès 10 mai 1774

Titre Roi de France
(1715 - 1774)

Couronnement 25 octobre 1722
en la cathédrale de Reims

Prédécesseur Louis XIV
Successeur Louis XVI
C
Fils de Louis, duc de Bourgogne
et de
Marie-Adélaïde de Savoie
Conjoint Marie Leszczyńska
Enfants Louise Élisabeth (1727-1759)
Anne Henriette (1727-1752)
Marie Louise (1728-1733)
Louis (1729-1765)
Philippe Louis (1730-1733)
Marie Adélaïde (1732-1800)
Victoire (1733-1799)
Sophie (1734-1782)
Thérèse (1736-1744)
Louise (1737-1787)
De ses très nombreuses maîtresses
Louis XV eut de nombreux enfants
Maîtresses

maîtresses

Louis XV dit le Bien-Aimé, né le 15 février 1710 et mort le 10 mai 1774, fut Roi de France de 1715 à 1774.

Enfance

Fils de France

Louis XV naquit le 15 février 1710 à Versailles. Fils de Louis, duc de Bourgogne et de Marie-Adélaïde de Savoie, petit-fils du Grand Dauphin, arrière-petit-fils de Louis XIV, il fut titré à sa naissance duc d’Anjou. Conformément à la coutume, il fut élevé jusqu’à ses 7 ans par une femme, la gouvernante des Enfants de France, depuis 1704 la duchesse de Ventadour.

Le 14 avril 1711, il perdit son grand-père, puis en février 1712, ses deux parents. En mars de la même année, les deux enfants du couple défunt contractèrent la même maladie, une forme de rougeole. Les médecins s’acharnèrent sur le frère aîné, anciennement duc de Bretagne, qui mourut le 8 mars. Le duc d’Anjou fut sauvé par sa gouvernante qui l’arracha aux médecins et refusa énergiquement qu’on le saignât. À 2 ans, le duc d’Anjou devint le nouveau dauphin.

En 1714, il reçut un instituteur, l’abbé Perot. Celui-ci lui apprit à lire et à écrire, ainsi que des rudiments d’histoire et de géographie et, bien sûr, un enseignement religieux empreint de sulpicisme. En 1715, le jeune prince reçut également un maître à danser, puis un maître à écrire. C’est Mme de Maintenon qui se trouvait derrière toutes ces nominations. Elle surveilla dans l’ombre l’éducation du prince. En février 1715, il participa à sa première cérémonie, la réception d’un ambassadeur de Perse à Versailles. À 5 ans, on le jugeait bel enfant, doué d’une intelligence vive et d’une bonne mémoire, gai et farceur. Il était particulièrement attiré par l’histoire et la géographie. Rescapé d’une famille décimée, il trouva en Madame de Ventadour sa seule source d’affection, l’appelant « Maman Ventadour », voire « maman » tout court.

Le 1er septembre 1715, Louis XIV mourut, non sans lui avoir donné ses derniers conseils, principalement contre la guerre, « la ruine des peuples ». Le duc d’Anjou se retrouva roi à cinq ans, sous le nom de Louis XV. Le lendemain, le duc d’Orléans, neveu du feu roi, fut nommé régent.

La régence du duc d’Orléans

Les 3 et 4 septembre 1715, Louis XV accomplit ses premiers actes de roi d’abord en se rendant à la messe de requiem célébrée pour le feu roi, à la chapelle de Versailles, ensuite en recevant l’assemblée du clergé venue célébrer son avènement. Le 12, il enchaîna sur un lit de justice, l’une des cérémonies les plus solennelles de la monarchie, le 14, sur les harangues du Grand Conseil, de l’Université de Paris et de l’Académie française, les jours suivants, sur les réceptions d’ambassadeurs venus présenter leurs condoléances, etc. Malgré son jeune âge, il dut se plier à la mécanique du gouvernement et de la cour et jouer son rôle de représentation.

Il continua d’être élevé par Madame de Ventadour, qui lui donna comme compagnons de jeux le fils d’un savetier parisien, et un jeune Iroquois. En 1717, ayant atteint l’âge de raison, il quitta ses lisères (sorte de laisse utilisée pour guider les enfants en bas âge) et les mains des femmes. Son éducation fut désormais confiée à un gouverneur, le duc de Villeroy, et un précepteur, André Hercule de Fleury, évêque de Fréjus. On lui apprit désormais le latin, les mathématiques, la cartographie, le dessin, des rudiments d’astronomie, mais aussi à chasser. L’éducation manuelle ne fut pas non plus négligée : en 1717, il apprit un peu de typographie, et en 1721, il s’initia à tourner le bois. Depuis 1719, il avait des maîtres de musique. Contrairement à Louis XIV, il n’avait que peu d’affinités pour la musique, et chantait faux.

Dès 1721, on songea à le marier. Philippe V, son oncle, roi d’Espagne, propose sa fille, l’infante Marie Anne Victoire, à peine âgée de 3 ans - Louis XV lui-même n’en ayant que 11. Néanmoins, le Régent accepta, et le 9 janvier 1722, les deux fiancés se rencontrèrent sur la Bidassoa, comme l’avaient fait Louis XIV et Marie-Thérèse d’Autriche en 1660. Celle qu’on appelait désormais l’« Infante-Reine » s’installa au château de Versailles. En août 1722, Louis XV reçut la confirmation. Villeroy, qui tentait de protéger le roi du Régent, fut congédié peu après et remplacé par le duc de Charost. Ce fut désormais à lui qu’il incomba de donner au roi des notions de finance et de stratégie militaire.

Le règne

Le ministère du duc de Bourbon

Le 25 octobre 1722, le roi entrant dans sa treizième année, âge de la majorité (depuis une ordonnance de 1374 de Charles V), il fut couronné et sacré à Reims. C’est la fin de la Régence, mais le duc d’Orléans resta le plus important personnage du royaume après le roi. Le cardinal Dubois fut confirmé dans sa fonction de premier ministre, mais il mourut en août 1723. Le duc d’Orléans le suivit peu de temps après. C’est alors le duc de Bourbon qui le remplaça auprès du jeune roi. Pour se distraire, comme l’avaient fait presque tous les membres de sa famille, Louis XV se jeta à corps perdu dans la chasse. Le 3 novembre 1724, la chasse royale de la Saint-Hubert rassembla ainsi une centaine de sonneurs de trompe, plus de 900 chiens et un millier de chevaux.

Le roi devenant adulte, et apte à procréer, se posa la question de l’héritier du trône. L’Infante-reine n’avait alors que six ans. En 1725, on prit la décision de la renvoyer en Espagne, et de chercher une nouvelle fiancée. Cent noms de Princesses européennes furent présentés et l’on en retint que huit. Ce fut, faute de mieux, et à la grande déception de la cour, Marie Leszczyńska, la fille du roi détrôné de Pologne Stanislas Leszczyński. Le mariage fut célébré le 5 septembre 1725 à Fontainebleau. Les deux jeunes mariés paraissaient alors très attachés l’un à l’autre, et le mariage fut consommé la nuit même.

Dès la rentrée de la cour à Versailles, Louis XV décida de se débarrasser du duc de Bourbon, qui était extrêmement impopulaire. Mgr de Fleury partit alors de la cour, bien décidé à être rappelé. En effet, quelques jours plus tard, Louis XV le fit rappeler, et exila le duc de Bourbon sur ses terres, à Chantilly. Le 16 juin 1726, Louis XV prit Fleury comme Premier ministre.

Le ministère du cardinal de Fleury

De 1726 jusqu’à sa mort en 1743, le cardinal dirigea la France avec l’accord du roi. C’est la période la plus pacifique et prospère du règne de Louis XV, malgré quelques troubles avec le parlement de Paris et les jansénistes. Après les pertes humaines et financières subies à la fin du règne de Louis XIV, le gouvernement de Fleury a souvent été qualifié de « réparateur ». Il est difficile de déterminer avec exactitude le degré d’intervention du roi dans les décisions de Fleury, mais il est certain que Louis XV a soutenu son ancien précepteur contre les intrigues de la cour et les conspirations de ses ministres.

Avec l’aide des contrôleurs généraux des finances Michel Robert Le Peletier des Forts (1726-1730) et surtout Philibert Orry (1730-1745), Fleury parvint à stabiliser la monnaie française (1726) et finit par équilibrer le budget du royaume en 1738. L’expansion économique était au cœur des préoccupations du gouvernement. Les voies de communications furent améliorées, avec l’achèvement en 1738 du canal de Saint-Quentin, reliant l’Oise à la Somme, étendu ultérieurement vers l’Escaut et les Pays-Bas, et principalement la construction systématique d’un réseau routier sur l’ensemble du territoire national. Le corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées construisit un ensemble de routes modernes, partant de Paris selon le schéma en étoile qui forme encore l’ossature des routes nationales actuelles. Au milieu du XVIIIe siècle, la France s’était dotée de l’infrastructure routière la plus moderne et la plus étendue du monde. Le commerce fut également stimulé par le Bureau et le Conseil du Commerce. Le commerce maritime extérieur de la France grimpa de 80 à 308 millions de livres entre 1716 et 1748. Cependant, les lois rigides édictées auparavant par Colbert ne permirent pas à l’industrie de profiter pleinement de ce progrès économique.

Le pouvoir de la monarchie absolue s’exerça lors de la répression des oppositions jansénistes et gallicanes. L’agitation causée par des illuminés du cimetière Saint-Médard à Paris (les Convulsionnaires de Saint-Médard un groupe de jansénistes qui prétendait que des miracles survenaient dans le cimetière) cessa en 1732. Sur un autre front, après l’exil de 139 parlementaires en province, le parlement de Paris dut enregistrer la bulle papale Unigenitus et fut dorénavant interdit de s’occuper des affaires religieuses.

En ce qui concerne les affaires étrangères, Fleury a recherché la paix à tout prix, en pratiquant une politique d’alliance avec la Grande-Bretagne tout en se réconciliant avec l’Espagne. En septembre 1729, après sa troisième grossesse, la reine donna finalement naissance à un garçon, Louis de France, qui devint aussitôt dauphin. Cette arrivée d’un héritier mâle, qui assurait la pérennité de la dynastie, fut accueillie avec une immense joie et célébrée dans toutes les sphères de la société française, et également dans la plupart des cours européennes. Le couple royal était à l’époque très uni, se manifestait un amour réciproque et le jeune roi était extrêmement populaire. La naissance d’un garçon écartait également le risque d’une crise de succession et le probable affrontement avec l’Espagne qui en aurait résulté.

En 1733, malgré la politique pacifiste de Fleury, le roi, convaincu par son secrétaire d’État aux Affaires étrangères Germain Louis Chauvelin (1727-1737), intervint finalement dans la guerre de Succession de Pologne, pour tenter de ramener son beau-père Stanislas Leszczynski sur le trône de Pologne. L’intervention sans conviction de la France ne permit pas de renverser le cours de la guerre, et Stanislas ne retrouva pas son trône. Parallèlement, la France décidait de récupérer le duché de Lorraine, le duc François III étant pressenti pour épouser la fille de l’Empereur du Saint-Empire : Charles VI, ce qui aurait amené la puissance autrichienne aux portes du royaume de France. Les troupes françaises occupèrent rapidement la Lorraine et la paix revint dès 1735. Par le traité de Vienne (novembre 1738), Stanislas obtint le duché de Lorraine en compensation de la perte de son trône polonais (avec l’objectif que le duché soit intégré au royaume de France à sa mort par le biais de sa fille), tandis que l’ancien duc Francois III devenait héritier du grand duché de Toscane. Cette guerre peu coûteuse, comparativement aux ponctions humaines et financières exorbitantes des campagnes de Louis XIV, fut un franc succès pour la diplomatie française. L’annexion de la Lorraine, effective en 1766 à la mort de Stanislas, constitue la dernière expansion territoriale du royaume de France sur le continent avant la Révolution.

Peu après ce résultat, la médiation française dans le conflit entre le Saint-Empire et l’Empire ottoman aboutit au traité de Belgrade (septembre 1739), qui mit fin à la guerre avec un avantage pour les Ottomans, alliés traditionnels des Français contre les Habsbourgs depuis le début du XVIe siècle. En conséquence, l’Empire ottoman renouvela les capitulations françaises, qui affirmèrent la suprématie commerciale du royaume au Moyen-Orient. Après tous ces succès, le prestige de Louis XV, arbitre de l’Europe, atteignit son sommet.

En 1740, la mort de l’empereur Charles VI et l’avènement de sa fille Marie Thérèse déclencha la guerre de Succession d’Autriche. Le vieux cardinal de Fleury n’avait plus la force de s’y opposer et le roi succomba à la pression du parti anti-autrichien de la cour : il entra en guerre en 1741 en s’alliant à la Prusse. Ce conflit devait durer sept longues années. La France était de nouveau entrée dans un cycle guerrier typique du règne de Louis XIV. Fleury mourut avant la fin de la guerre, en janvier 1743. Le roi, suivant finalement l’exemple de son prédécesseur, décida alors de gouverner sans premier ministre.

Premiers signes d’impopularité

À la mort du cardinal de Fleury en 1743, le roi avait 33 ans. Il avait connu des années heureuses avec sa reine polonaise, qui l’adulait et lui était entièrement dévouée. Un enfant était né presque chaque année. Cependant, la reine finit par se fatiguer de ces grossesses à répétition, autant que le roi se lassait de l’amour inconditionnel de son épouse. De plus, la plupart de leurs enfants étaient de sexe féminin, ce qui finit par indisposer le roi. Sur leurs dix enfants, il n’eurent que deux garçons, et un seul survécut, le dauphin. En 1734, pour la première fois, la reine se plaignit à son père des infidélités du roi. Le roi tomba amoureux de Madame de Mailly, puis de sa jeune sœur Madame de Vintimille, puis à sa mort d’une autre de leurs sœurs, Madame de Châteauroux. La reine se réfugia alors dans la religion et les œuvres de charité.

Un an après la mort de Fleury se produisit un événement qui allait marquer la personnalité du roi et la suite de la vie politique française. Louis XV était parti diriger ses armées engagées sur le front de l’est dans la guerre de succession autrichienne. En août 1744, à Metz, il tomba gravement malade et ses médecins pronostiquèrent une mort imminente. Le peuple, qui adorait son roi, lui donna le surnom de « Bien-Aimé », et les prières se multiplièrent à travers le pays pour son salut. Sa maîtresse, Madame de Châteauroux, qui l’avait accompagné, dut le quitter tandis que la reine arrivait en hâte.

Sous la pression du parti dévot, Monseigneur de Fitz-James, premier aumônier du roi, refusa de lui donner l’absolution sans une confession publique de ses pêchés, dans laquelle le roi apparaissait comme une personne immorale, indigne de porter le titre de Roi Très Chrétien. Colporté dans tous le pays par le clergé, la confession royale ternit le prestige de la monarchie. Le roi échappa à la mort, mais sa culpabilité le poussa encore davantage vers l’adultère.

La marquise de Pompadour

Madame de Pompadour, rencontrée en 1745 dans un bal masqué donné à l’occasion du mariage du dauphin, devint la maîtresse la plus célèbre de son règne, et la plus honorable. Fille d’un agent financier, elle était assez belle, cultivée, intelligente et sincèrement attachée au roi, mais présentait l’inconvénient d’être roturière, d’origine bourgeoise, ce que la cour et le peuple ne pardonna pas à Louis XV. Les maîtresses de Louis XIV, choisies dans les hautes sphères de l’aristocratie, avaient été généralement bien acceptées, d’autant qu’elles n’exerçaient aucune influence sur le gouvernement, à l’exception de Madame de Maintenon. Le fait que le roi se compromette avec une roturière fit scandale. On vit bientôt apparaître des chansons et des pamphlets injurieux appelés « poissonades » (le nom de famille de la marquise de Pompadour étant Poisson), qui la brocardaient comme dans l’exemple suivant :

« Fille de sangsue et sangsue elle même
Poisson d’une arrogance extrême
Etale en ce château sans crainte et sans effroi
La substance du peuple et la honte du Roi »

Malgré ces critiques, la marquise de Pompadour eut une influence indéniable sur l’épanouissement artistique français durant le règne de Louis XV. Véritable mécène, la Marquise amassa une imposante collection de meubles et d’objets d’art dans ses diverses propriétés. Elle fut responsable du développement de la manufacture de porcelaine de Sèvres, et ses commandes assurèrent leur subsistance à de nombreux artistes et artisans. Elle joua également un rôle important en architecture, étant à l’origine de la construction de la place Louis XV (aujourd’hui place de la Concorde), et de l’École militaire de Paris, réalisées par Ange-Jacques Gabriel, un de ses protégés. La Marquise défendit également le projet de l’Encyclopédie contre les attaques de l’Église. À sa manière, elle fut représentative de l’évolution des mentalités lors de ce siècle des Lumières, bien qu’elle ne parvienne pas complètement à convertir le roi à ses vues. L’étalage de tout ce luxe dans ses propriétés lui valut bien des reproches, bien que sa famille, très riche, fournît également une aide financière au gouvernement et sauvât la monarchie de la banqueroute.

La marquise de Pompadour était officiellement logée au troisième niveau du château de Versailles, au dessus des appartements du roi. Elle y organisait des soupers intimes avec des invités choisis, où le roi oubliait les obligations de la cour qui l’ennuyaient. De santé fragile, et supposée frigide, la Marquise devint à partir de 1750 une simple amie et confidente, après avoir été amante. Elle parvint cependant à conserver ses relations privilégiées avec le roi, jusqu’à sa mort, ce qui est exceptionnel dans les annales des maîtresses royales.

Après 1750, Louis XV s’engagea dans une série d’histoires sentimentales et sexuelles de courte durée, la plus connue étant celle avec Marie-Louise O’Murphy. Un pavillon dans le parc aux cerfs de Versailles servait à abriter ces amours éphémères. La légende populaire a exagéré les événements qui s’y sont passés, contribuant à assombrir la réputation du souverain. Cette image de roi accaparé par ses conquêtes féminines ne le quittera plus et entachera sa mémoire, bien qu’il n’ait été guère différent de François Ier ou de Henri IV de ce point de vue.

Première tentative de réforme

Toutes ces histoires amoureuses n’empêchaient pas Louis XV de travailler, mais il lui manquait l’inépuisable énergie de son arrière grand-père. Pendant les 17 années du gouvernement de Fleury, il avait formé son jugement mais n’avait pu forger sa volonté. Décidé à diriger seul le royaume, il s’évertuait à suivre les instructions de son aïeul : « Écoutez, consultez votre Conseil, mais décidez ». Cependant, il n’avait pas assez confiance en lui pour appliquer efficacement ce précepte. Sa correspondance politique révèle sa profonde connaissance des affaires publiques et la justesse de son raisonnement. Il éprouvait en revanche des diffultés à décider, et quand il y était obligé, se montrait alors brutal.

Amical et compréhensif avec ses ministres, du moins en apparence, sa disgrâce tombait soudainement, sans prévenir, sur ceux qu’il estimait l’avoir desservi. Sa direction était souple, les ministres ayant une grande indépendance, mais il leur était difficile de savoir si leurs actions convenaient au souverain. La plupart du travail gouvernemental s’effectuait dans des comités auxquels le roi ne participait pas, ce dernier siégeant dans le Conseil d’en haut, créé par Louis XIV, chargé des secrets d’État concernant la religion , la diplomatie et la guerre. Divers partis s’affrontaient, celui des dévôts, dirigé par le comte d’Argenson, secrétaire d’État à la guerre, opposé à celui du parti philosophique emmené par Jean-Baptiste de Machault d’Arnouville, contrôleur général des finances, et soutenu par la marquise de Pompadour, qui agissait comme un ministre sans portefeuille. Appuyée par de puissants financiers (Pâris-Duverney, Montmartel...) elle obtint du roi la nomination de certains ministres (Bernis, secrétaire d’État aux affaires étrangères en 1757) autant que leur révocation (Orry, contrôleur général des finances en 1745 ; Maurepas, secrétaire d’État à la marine en 1749). Sur son conseil, le roi approuva la politique de justice fiscale de Machault d’Arnouville. Afin de combler le déficit du royaume, qui s’élevait à 100 millions de livres en 1745, Machault d’Arnouville créa un impôt prélevant un vingtième des revenus, qui concernait également les priviligiés (édit de Marly, 1749). Cette brèche dans le statut privilégié de la noblesse et du clergé, normalement dispensé d’impôt, était une première dans l’histoire de France, bien qu’elle ait été déjà envisagée par des esprits visionnaires comme Vauban au temps de Louis XIV. Cette nouvelle taxe fut accueillie avec hostilité par les états provinciaux qui avaient encore le pouvoir de décider de leur politique fiscale. Le clergé et le parlement s’opposèrent également violemment au nouvel impôt. Pressé par son entourage et par la cour, Louis XV abandonna la partie et en exempta le clergé en 1751. Finalement, le « vingtième » finit par se fondre dans une augmentation de la taille, qui ne touchait pas les classes privilégiées. Ce fut la première défaite de la « guerre de l’impôt » engagée contre les privilégiés.

À la suite de cette tentative de réforme, le parlement de Paris, s’emparant du prétexte de la querelle entre le clergé et les jansénistes, adressa des remontrances au roi (avril 1753). Le parlement, constitué d’aristocrates privilégiés et de roturiers anoblis, s’y proclamait le « défenseur naturel des lois fondamentales du royaume » contre l’arbitraire de la monarchie.

Politique extérieure

À l’étranger, la politique du roi devenait incohérente. Cette période était dominée par la Guerre de succession d’Autriche (1740-1748) qui avait débuté sous le gouvernement de Fleury. Cette guerre opposait les Français et les Prussiens contre les Autrichiens, les Britanniques et les Hollandais. La dernière partie de la guerre fut marquée par une série de victoires françaises : bataille de Fontenoy (1745), bataille de Rocourt (1746), bataille de Lawfeld (1747). En particulier, la bataille de Fontenoy, remportée par le maréchal de Saxe, est considérée comme une des plus éclatantes victoires des Français contre les Britanniques. À la suite de cet épisode, la France occupait tout le territoire de l’actuelle Belgique (à cette époque la région la plus prospère d’Europe), et Louis XV n’était pas loin de réaliser le vieux rêve français d’établir la frontière septentrionale du pays le long du Rhin.

Cependant, avec le traité d’Aix-la-Chapelle en 1748, la France rendit toutes ses conquêtes à l’Autriche, à la stupéfaction du peuple et à la surprise des puissances européennes. Louis XV, qui n’avait pas le tempérament belliqueux de son prédecesseur, se satisfaisait d’un royaume hexagonal, qu’il appelait son pré carré. Il préférait cultiver son pré carré plutôt que de chercher à l’étendre. Louis déclara qu’il avait conclu la paix « en roi et non en marchand ». Son geste fut salué en Europe, dont il devint l’arbitre. Cependant, en France sa popularité en pâtit largement. Le peuple avait pardonné à Louis XIV ses impôts, ses maîtresses et ses dépenses somptuaires, tant qu’il était victorieux à la guerre. De la même façon, pour Louis XV, l’incident de Metz (1744) comptait peu aux yeux de la population en regard des victoires de la guerre de succession autrichienne. Mais la nouvelle de l’abandon du sud des Pays-Bas à l’Autriche fut accueillie avec incrédulité et amertume. Les Parisiens utilisèrent alors l’expression « bête comme la paix ». On peut à ce titre considérer que 1748 fut marquée par la première manifestation d’une opinion publique française, portée par un nationalisme émergent que le monarque n’avait pas compris. Après cette année, sa popularité ne cessa de décroître.

Retournement d’alliances

De plus, en 1756, le roi opéra un retournement d’alliance impromptu en rupture avec l’alliance franco-prussienne traditionnelle. Un nouveau conflit européen était en préparation, la paix d’Aix-la-Chapelle ne constituant qu’une sorte de trêve. Les Britanniques et les Français se battaient déjà en Amérique du Nord, sans déclaration de guerre. En 1755, les Britanniques s’emparèrent de 300 navires marchands français violant des traités internationaux. Quelques mois plus tard, le 16 janvier 1756, le Royaume-Uni et la Prusse signèrent un traité de « neutralité ». À Paris et Versailles, le parti philosophique et la marquise de Pompadour furent déçus de cette trahison du roi Frédéric II de Prusse, qui était auparavant considéré comme un souverain éclairé, ami des philosophes. Frédéric II avait même accueilli Voltaire à Potsdam quand ce dernier s’était retrouvé en disgrâce suite aux manœuvres du parti dévôt. Mais il semble que Frédéric II était animé par des motifs politiques dans le but de consolider la puissance prussienne. Il avait déjà abandonné ses alliés français en signant un traité séparé avec l’Autriche en 1745. La marquise de Pompadour n’appréciait pas Frédéric II, qui la tenait dans le plus grand mépris, allant jusqu’à appeler un de ses chiens « Pompadour ». Pendant la même période, les responsables français commencèrent à percevoir le déclin relatif de l’Empire autrichien, qui ne représentait plus le même danger qu’au début de la dynastie Habsbourg, aux XVIe et XVIIe siècles, alors qu’ils contrôlaient l’Espagne et la plus grande partie de l’Europe. La Prusse apparaissait maintenant comme la puissance émergente la plus menaçante. C’est dans ce contexte que la marquise de Pompadour et le parti philosophique convainquirent le roi de l’intérêt de ce retournement d’alliances. Par le traité de Versailles signé le 1er avril 1756, le roi, contre l’avis de ses ministres, s’allia avec l’Autriche en mettant fin à deux siècles de conflit avec les Habsbourgs.

À la fin du mois d’août 1756, Frédéric II envahit la Saxe sans déclaration de guerre et vainquit facilement les armées saxonnes et autrichiennes, mal préparées. Le sort réservé à la famille électrice de Saxe fut particulièrement brutal, l’électrice Marie Joseph succombant à des mauvais traitements. Ces exactions choquèrent l’Europe et particulièrement la France. La femme du dauphin, fille de l’électeur et de l’électrice de Saxe, fit une fausse couche en apprenant la nouvelle. Louis XV se trouva contraint d’entrer en guerre. Entre-temps, la Grande-Bretagne avait déjà déclaré la guerre à la France le 18 mai 1756. Ce sera la guerre de Sept Ans (1756-1763), qui aura des conséquences importantes en Grande-Bretagne et en France.

Tentative d’assassinat

A l’intérieur du royaume, le mécontentement s’amplifiait, alimenté par le train de vie de la cour et ce qui était perçu comme une incompétence du roi à gouverner. En se replaçant dans une perspective historique, il apparaît que Louis XV n’était pas incompétent, bien qu’il manquât certainement de volonté. D’autre part, les dépenses de la cour n’étaient pas spécialement élevées, comparées à celles des précédents monarques français, ou encore d’autres cours européennes, comme celle de Russie qui dépensait des sommes astronomiques pour construire les palais de Saint-Pétersbourg. Pourtant, telle était la perception qu’en avait le peuple de France, également influencé par la campagne violente à l’encontre de la marquise de Pompadour.

Peut-être est-ce ce contexte qui poussa Robert François Damiens à essayer de tuer le roi. Le 5 janvier 1757, Damiens entra au palais de Versailles, parmi les milliers de personnes qui essayaient d’obtenir des audiences royales. Vers 18 heures, le roi revenait de visiter sa fille et s’apprêtait à entrer dans son carrosse pour retourner au Trianon, quand Damiens franchit la haie de gardes et le frappa avec un canif. Louis XV portait d’épais vêtements d’hiver et la lame ne pénétra que d’un centimètre, entre les 4e et 5e côtes. Cependant, on craignait un éventuel empoisonnement. On tortura à plusieurs reprises Damiens, pour savoir s’il avait des complices, mais il apparaît que cet homme, serviteur de membres du parlement de Paris, était un déséquilibré qui avait surtout entendu beaucoup de discours critiques à l’encontre du roi.

Louis XV était plutôt enclin à pardonner, mais il s’agissait de la première tentative de meurtre d’un monarque français depuis l’assassinat d’Henri IV par Ravaillac en 1610, et il dut accepter un procès pour régicide. Jugé par le parlement de Paris, Damiens fut exécuté le 28 mars 1757 sur la place de Grève, dans des conditions effroyables. La main qui avait tenu le canif fut brûlée avec du soufre, on lui entailla ensuite les membres et la poitrine avant d’y introduire du plomb fondu, ses quatre membres furent arrachés par des chevaux (écartèlement) et son tronc finalement jeté aux flammes. Une foule immense assista à ce spectacle, les balcons des maisons de la place de Grève furent loués jusqu’à 100 livres (plus de 500 euros actuels) aux femmes de l’aristocratie.

Le roi était déjà si impopulaire que l’élan de sympathie provoqué par cette tentative de meurtre disparut rapidement avec l’exécution de Damiens, dont l’inhumanité fut durement condamnée par le parti philosophique. Louis XV lui-même n’y était pas pour grand-chose, les détails de cette horrible mise à mort ayant été élaborés par le parlement de Paris, peut-être avec le souci de se réconcilier avec le monarque. Mais plus que tout, le peuple ne pardonnait pas au roi de ne pas s’être séparé de la Pompadour. L’ambassadeur d’Autriche écrivait à Vienne : « le mécontentement public est général. Toutes les conversations tournent autour du poison et de la mort. Le long de la galerie des glaces apparaissent des affiches menaçant la vie du roi ».

Louis XV, qui avait conservé un calme royal le jour de la tentative d’assassinat, parut profondément affecté et déprimé dans les semaines qui suivirent. Toutes les tentatives de réformes furent abandonnées. Sur la proposition de la marquise de Pompadour, il renvoya deux de ses ministres les plus décriés, le comte d’Argenson (secrétaire d’État à la guerre) et Machault d’Arnouville (Garde des Sceaux et précédemment contrôleur général des finances), et introduisit Choiseul dans le gouvernement.

La fin de la guerre

L’ascension de Choiseul, sous l’influence de la marquise de Pompadour, marque une certaine victoire du parti philosophique. Fait pair de France, le nouvel homme fort du gouvernement autorise la publication de l’Encyclopédie et contribue à la dissolution des jésuites. Il réforme la structure de la marine et de l’armée et essaye d’étendre les colonies françaises dans les antilles.

Avec le désastre de Rossbach et les nombreuses défaites dans les colonies, Choiseul, successivement à la tête de la diplomatie et du ministère de la guerre et de la marine, cherche à arrêter rapidement la guerre. Le traité de Paris (1763), reconnaît une importante défaite française, avec la perte du Canada et de l’Inde au profit des Britanniques.

Dissolution des jésuites

L’opposition aux jésuites était autant alimentée par les jansénistes, les gallicans que les philosophes et encylopédistes. Après la faillite de l’établissement jésuite de la Martinique, dirigée par le père Antoine La Valette, le parlement, saisi par les créanciers, confirma en appel le 8 mai 1761 un jugement ordonnant le paiement des dettes sous peine de saisie des biens des jésuites.

Il s’ensuivit toute une série d’actions qui allaient aboutir à leur disparition. Sous la direction de l’abbé Chauvin, le 17 avril 1762, la constitution de l’ordre fut épluchée par le parlement, on mit en exergue des écrits de théologiens jésuites, afin de les accuser d’enseigner toutes sortes d’erreurs et de considérations immorales. Le 6 août, un arrêt ordonnait la dissolution de l’ordre, mais un délai de huit mois leur fut accordé par Louis XV. Après avoir refusé un compromis, ils furent contraint de fermer leurs collèges le 1er avril 1763, puis, le 9 mars 1764, ils durent renoncer à leurs vœux sous peine de bannissement. À la fin novembre 1764, Louis XV signa un acte de dissolution de l’ordre dans tout le royaume.

Fin de règne

La fin du règne de Louis XV fut marquée par l’arrivée de Madame du Barry, sa nouvelle favorite, officiellement présentée à la cour en 1769. Le ministre Choiseul montra ouvertement son hostilité pour la maîtresse royale. Le roi, convaincu de l’incapacité de Choiseul à faire face à la fronde du parlement, finit par le renvoyer en 1770. Il fut remplacé de fait par René Nicolas de Maupeou, devenu Garde des Sceaux de France en 1768, qui s’appliqua à restaurer l’autorité royale. Les membres du parlement s’étant mis en grève, Maupeou les fit arrêter par des mousquetaires en exigeant qu’ils reprennent leur service. Devant leur refus ils furent exilés. Il entreprit alors une réforme structurelle fondamentale. La justice, jusqu’alors administrée par des magistrats dont la charge était héréditaire, devint une institution publique, avec des fonctionnaires payés par l’État.

Le 26 avril 1774 se déclarèrent les symptômes de la petite vérole, alors que Louis XV était au Petit Trianon.

Le parlement de Paris envoya le dimanche 1er mai 1774, Nicolas Félix Vandive, conseiller notaire secrétaire Maison et Couronne de France, greffier au Grand Conseil, pour s’enquérir de la santé du roi, comme nous l’apprend en son fameux journal le libraire parisien Siméon-Prosper Hardy : « la nouvelle cour du Parlement n’avoit pas manqué, suivant l’usage ordinaire, de députer le nommé Vandive, l’un des premiers principaux commis au greffe de la Grand Chambre et de ses notaires secrétaires, pour aller à Versailles savoir des nouvelles de la santé du Roi. Mais ce secrétaire ne pouvoit rendre compte de sa mission à l’inamovible compagnie que le mardi suivant, attendue la vacance accoutumée du lundi 2 mai ».

Il mourut de ces suites (septicémie aggravée de complications pulmonaires) le 10 mai 1774, à 15 heures 30, à Versailles, dans l’indifférence du peuple et la réjouissance d’une partie de la cour. Il laissa le trône à son petit-fils, le futur Louis XVI.

Enfants légitimes

Marie Leszczyńska donna à Louis XV dix enfants, dont trois moururent en bas-âge :

1. 14 août 1727 : Louise Élisabeth (1727-1759) et Anne Henriette (1727-1752), jumelles, surnommées respectivement Madame (en tant que fille aînée du roi) ou Madame Première (puis Madame Infante) et Madame Seconde (puis Madame Henriette)
2. 28 juillet 1728 : Marie Louise, Madame Troisième (puis Madame Louise) (†19 février 1733)
3. 4 septembre 1729 : Louis, dauphin († 20 décembre 1765)
4. 30 août 1730 : Philippe Louis, duc d’Anjou (†7 avril 1733)
5. 23 mars 1732 : Marie Adélaïde, Madame Quatrième (puis Madame Troisième, puis Madame Adélaïde) (†27 février 1800)
6. 11 mai 1733 : Victoire Louise Marie Thérèse, Madame Quatrième (puis Madame Victoire) (†7 juin 1799)
7. 27 juillet 1734 : Sophie Philippe Élisabeth Justine, Madame Cinquième (puis Madame Sophie) (†3 mars 1782)
8. 16 mai 1736 : Thérèse Félicité, Madame Sixième (puis Madame Thérèse) (†28 septembre 1744)
9. 15 juillet 1737 : Louise Marie, Madame Septième (puis Madame Louise), en religion sœur Marie-Thérèse de Saint-Augustin († 23 décembre 1787).

Favorites, maîtresses et enfants adultérins

Louis XV, comme Louis XIV, eut également un certain nombre d’enfants adultérins de nombreuses maîtresses. Ses quatre premières maîtresses furent quatre sœurs, quatre des cinq filles de Louis III de Mailly, Marquis de Nesle et de Mailly, Prince d’Orange.

Tous ses enfants adultérins, autres que Louis de Vintimille, naquirent de jeunes filles non mariées, appelées les « petites maîtresses ». Hanté par les mauvais souvenirs liés aux bâtards de son arrière-grand-père, Louis XV se refusa toujours à les légitimer. Il subvint à leur éducation et s’arrangea pour leur donner une place honorable dans la société, mais ne les rencontra jamais à la cour.

Seuls furent légitimés Louis de Vintimille et l’Abbé de Bourbon.

Ses maîtresses et favorites furent :

* Louise-Julie de Mailly-Nesle, comtesse de Mailly (1710-1751), épouse en 1726 son cousin Louis-Alexandre, comte de Mailly. Elle devient maîtresse en 1733, favorite en 1736, et est supplantée en 1739 par sa sœur Pauline. Elle rentre en grâce en 1741, mais est renvoyée de la cour en 1742 à la demande de sa sœur Marie-Anne ;
* Pauline Félicité de Mailly-Nesle, comtesse de Vintimille (1712-1741), maîtresse de Louis XV elle épouse en 1739 Jean-Baptiste, Comte de Vintimille (1720-1777). Elle est mère de :
o Charles de Vintimille (1741-1814) dit le Demi-Louis car il ressemblait beaucoup à Louis XV, Marquis du Luc, , Madame de Pompadour tenait assuré qu’il était de naissance royale que souffrant de n’avoir pas d’enfants avec le roi et désirer de porter des petits enfants en commun, elle nourrit en 1751 de le marier à sa fille Alexandrine ; Il épousera (1764) Adélaïde de Castellane (1747-1770), dont postérité ;
* Diane Adélaïde de Mailly-Nesle, duchesse de Lauraguais (1713-1760) ;
* Marie-Anne de Mailly-Nesle, marquise de La Tournelle, duchesse de Châteauroux (1717-1744).
* Hortense de Mailly-Nesle, marquise de Flavacourt, fut aussi pendant un temps soupsonnée de liaison intime avec le roi, mais cette hypothèse fut rapidement écartée au profit de ses quatre sœurs.
* Marquise de Pompadour de son vrai nom Jeanne Antoinette Poisson, (1721-1764), fille d’un financier véreux exilé en 1725. Elle épouse en 1741 Charles-Guillaume Le Normant d’Étiolles et a deux enfants dont Alexandrine Le Normant d’Étiolles (1744-1754) qui est élevée en princesse et anoblie Mlle de Crécy. Elle devient de 1745 à 1751 la maîtresse du roi, et est honorée en 1752 du tabouret et des prérogatives de duchesse. Elle est dame du palais de la reine en 1756, mais doit quitter Versailles quelque temps en 1757 suite à une cabale ;
* Comtesse du Barry (Jeanne Bécu 1743-guillotinée en 1793) : fille naturelle d’Anne Bécu, couturière, et de Jean-Baptiste Gomard de Vaubernier. Elle mène une vie modeste à Paris et se livre à la prostitution sous le nom de Mlle Lange. Elle devient en 1768 la maîtresse du roi auquel Jean, comte du Barry (dont elle a été la maîtresse) l’a présentée. Louis XV lui fait épouser la même année Guillaume du Barry (frère de Jean), puis la présente à la Cour en 1769. Elle avait dit un jour à Louis XV : « La France, ton café fout le camp ! » - car tel était le surnom qu’elle donnait à son royal amant -. Elle se retire en 1774 de la Cour, puis émigre en Grande-Bretagne en 1792 pour y cacher ses diamants : elle est arrêtée au retour et condamnée à mort pour avoir dissipé les trésors de l’État, conspiré contre la République et porté le deuil de Louis XVI. Avant d’être guillotinée à Paris, elle supplia : « Encore un moment, messieurs les bourreaux. » ;

* Marie-Louise O’Murphy (1737-1815) dite Mlle de Morphise, fille de Daniel O’Murphy d’origine irlandaise elle épouse : 1°) Jacques Pelet de Beaufranchet en 1755, 2°) François Nicolas Le Normand en 1759, et 3°) Louis-Philippe Dumont en 1798, député du Calvados à la Convention, dont elle divorcera la même année. Elle est la mère de :
o Agathe Louise de Saint-Antoine de Saint-André (née le 20 juin 1754 à Paris-1774) qui épousera en 1773 René-Jean-Mans de La Tour du Pin (1750-1781), Marquis de la Charce.
* Françoise de Châlus (1734-1821), duchesse de Narbonne-Lara, fille de Gabriel de Châlus, seigneur de Sansac, elle épousera en 1749 Jean-François, duc de Narbonne-Lara. Elle est la mère de :
o Philippe, duc de Narbonne-Lara (1750-1834) qui épouse en 1771 Antoinette Françoise Claudine de La Roche-Aymon, et de
o Louis, Comte de Narbonne-Lara (1755-1813) qui épousera en 1782 Marie Adélaïde de Montholon, dont postérité.
* Marguerite Catherine Haynault (1736-1823), fille de Jean-Baptiste Haynault, entrepreneur de tabac elle épouse en 1766 Blaise d’Arod, Marquis de Montmélas. Elle est la mère de :
o Agnès Louise de Montreuil (1760-1837), qui épousera en 1788 Gaspar d’Arod (1747-1815), Comte de Montmélas, dont postérité, et de
o Anne Louise de La Réale (1763-1831) qui épousera en 1780 le Comte de Geslin (1753-96).
* Lucie Madeleine d’Estaing (1743-1826), sœur naturelle de l’amiral d’Estaing, elle épousera en 1768 François, Comte de Boysseulh. Elle est la mère de :
o Agnès Lucie Auguste (1761-1822) qui épousera en 1777 Charles, Vicomte de Boysseulh (1753-1808), et de
o Aphrodite Lucie Auguste (1763-1819) qui épousera en 1784 Louis Jules, Comte de Boysseulh (1758-1792).
* Anne Couffier de Romans (1737-1808) Baronne de Meilly-Coulonge, elle est la fille d’un bourgeois, Jean Joseph Roman Coppier. Elle entretient une liaison avec le roi de 1754 à 1765, et épousera en 1772 Gabriel Guillaume de Siran, Marquis de Cavanac. Elles est la mère de :
o Louis Aimé de Bourbon (1762-1787), dit l’abbé de Bourbon le seul enfant bâtard que Louis XV légitimera en 1762.
* Louise Jeanne Tiercelin de La Colleterie (1746-1779) dite Mme de Bonneval. Elle est la mère de :
o Benoît Louis Le Duc (1764-1837), abbé.
* Irène du Buisson de Longpré ( décédée en 1767), fille de Jacques du Buisson, seigneur de Longpré, elle épousera en 1747 Charles François Filleul, conseiller du roi. Elle est la mère de :
o Julie Filleul (1751-1822), qui épousera 1°) Abel François Poisson en 1767, Marquis de Vandières, de Marigny, de Ménars, etc., frère de Madame de Pompadour ; 2°) François de La Cropte Marquis de Bourzac en 1783 dont elle divorcera en 1793.
* Catherine Éléonore Bénard (1740-1769), fille de Pierre Bénard, écuyer de la bouche du roi. Elle épouse en 1768 Joseph Starot de Saint-Germain, fermier général qui sera guillotiné en 1794. Elle est la mère de :
o Adélaïde de Saint-Germain, Comtesse de Montalivet (1769-1850) qui épousera en 1797 Jean-Pierre Bachasson, Comte de Montalivet (1766-1823), dont postérité.
* Marie Thérèse Françoise Boisselet (1731-1800), qui épouse en 1771 Louis-Claude Cadet de Gassicourt. Elle est la mère de :
o Charles Louis Cadet de Gassicourt (1769-1821), qui épouse en 1789 Madeleine Félicité Baudet (1775-1830), dont postérité.

Louis XV ne compta donc en tout que treize enfants adultérins (c’est sans doute plus que 13 enfants illégitimes) car le nombre de liaisons de Louis XV est la première des difficultés auxquelles on se heurte. la naissance royale n’est certaine que pour 8 enfants (3 garçons et 5 filles). Il faut noter que Madame de Pompadour fit toujours des fausses couches, et que les naissances d’enfants naturels cessèrent après la mort de celle-ci.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.