Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Richelieu

, par

JPEG - 57.6 ko

Armand Jean du Plessis de Richelieu, cardinal, duc et pair de France, ministre de Louis XIII. Né à Paris le 9 septembre 1585, il meurt le 4 décembre 1642.

Il entre en politique et devint secrétaire d’État en 1616 puis cardinal en 1622 et principal ministre de Louis XIII en 1624. Il resta en fonctions jusqu’à sa mort, en 1642 ; le cardinal Jules Mazarin lui succéda.

Le cardinal de Richelieu a été souvent désigné comme Premier ministre. Aussi est-il parfois considéré comme le premier des Premiers ministres que le monde ait connu. Son action englobe aussi bien des dimensions culturelles et religieuses qu’administratives, coloniales, politiques et diplomatiques.

Réputé pour son habileté voire son caractère jugé retors, souvent critiqué pour sa fermeté intransigeante, il fit du concept moderne de raison d’État la clé de voûte de ses méthodes de gouvernement et de sa vision diplomatique et politique. En lutte à l’intérieur contre la noblesse et les protestants, et à l’extérieur contre les Habsbourg, réprimant sévèrement aussi bien les duels meurtriers ou les conspirations nobiliaires que les révoltes antifiscales paysannes, il est considéré comme un fondateur essentiel de l’État moderne en France.

Jeunesse

Richelieu était le quatrième d’une famille de cinq enfants et le deuxième de trois garçons. Sa famille, bien qu’elle n’appartînt qu’à la petite noblesse du Poitou, possédait un certain éclat : son père, François du Plessis, seigneur de Richelieu, était un soldat et un courtisan qui tint la charge de Grand Prévôt de France ; sa mère, Suzanne de La Porte, était la fille d’un fameux juriste. Quand il n’avait que cinq ans, son père, capitaine des gardes d’Henri IV, mourut au combat dans les Guerres de Religion, laissant une famille endettée ; la générosité royale permit cependant à la famille de ne pas connaître de difficultés financières. À l’âge de neuf ans, le jeune Richelieu fut envoyé à Paris, au Collège de Navarre, pour étudier la philosophie. Ensuite, il commença à recevoir une formation pour suivre une carrière militaire et marcher sur les traces de son père.

Pour récompenser son père de sa participation aux Guerres de Religion, le roi Henri III avait donné l’évêché de Luçon à sa famille qui en touchait ainsi pour son usage privé la plus grande partie des revenus, ce qui mécontentait les gens d’Église qui auraient désiré que ces fonds fussent utilisés pour l’Eglise.

Investiture canonique

Destiné à une carrière militaire, Richelieu se trouve dans l’obligation en 1605 de se tourner vers une carrière religieuse, son frère Alphonse-Louis du Plessis ayant refusé l’évêché de Luçon pour devenir moine en rentrant à la Grande Chartreuse, sa famille refusant de perdre ce qu’elle considérait comme une véritable source de profit. Cette perspective de devenir évêque ne lui déplaît nullement car il est frêle et maladif et des études universitaires l’attirent davantage.

Il commence ses études de théologie en 1605, pour être nommé évêque de Luçon le 18 décembre 1606 par le roi Henri IV. Il reçut le 14 avril 1607 l’investiture canonique par le pape à Rome, obtenant ainsi la dispense d’âge lui permettant d’être évêque à 22 ans au lieu de 23, avant d’arriver à Luçon le 15 décembre 1609.

Peu après son installation dans son diocèse, il montre son caractère de réformateur catholique en étant le premier évêque en France à mettre en œuvre les réformes institutionnelles que le Concile de Trente avait prescrites entre 1545 et 1563.

C’est vers cette époque que Richelieu devint l’ami de François Leclerc du Tremblay (plus connu sous le nom de « Père Joseph »), un moine capucin, qui devait devenir son confident le plus proche. Son intimité avec Richelieu (qu’on appelait « Son Éminence ») et la couleur grise de son froc valut au Père Joseph le surnom d’« Éminence grise ». Par la suite, Richelieu l’employa souvent comme agent à l’occasion de tractations diplomatiques.

En 1614, il se fait élire député du clergé poitevin aux États généraux devant se tenir à Paris. Il se fait alors élire porte-parole de l’assemblée. En présence de la régente Marie de Médicis, il y fait l’éloge du gouvernement dans son discours de clôture le 23 février 1615. Ses Etats généraux furent les derniers avant ceux plus connus de 1789.

Il est nommé par Marie de Médicis en novembre 1615 Grand Aumônier auprès de la future reine Anne d’Autriche. Ce poste lui permet de siéger au Conseil du Roi en 1616 pendant cinq mois comme secrétaire d’État pour l’Intérieur et la Guerre.

L’ascension politique

Richelieu a commencé par servir le parti adverse de Louis XIII, sous l’autorité de Concino Concini, maréchal d’Ancre et de la reine mère, dont il fut d’abord le courtisan et le favori avant d’en devenir l’ennemi irréconciliable.

En 1617, l’assassinat de Concini, dont Louis XIII et le duc de Luynes sont les instigateurs, entraine la mise à l’écart de celle-ci de l’entourage du roi. Richelieu se trouvant alors du mauvais côté doit suivre la reine mère, alors en disgrâce, à Blois puis il fut confiné dans son évêché.

Chargé de négocier un accommodement entre la mère et le fils, il réussit à rapprocher Louis XIII et Marie de Médicis, acquérant une réputation de fin négociateur et fit conclure les traités d’Angoulême (1620) et d’Angers (1621) : le chapeau de cardinal lui fut donné en récompense le 5 septembre 1622. Il sera intronisé à Lyon le 12 décembre de cette même année.

Le 29 avril 1624, il entra au Conseil du Roi avec la protection de la reine mère, Marie de Médicis, et presque malgré Louis XIII qui se méfiait de lui.

La politique de Richelieu

Arrivé au pouvoir, il reprit implacablement à son compte les trois grands objectifs d’Henri IV :

* détruire la puissance politique du protestantisme en France,
* abattre l’orgueil et l’esprit factieux de la noblesse,
* et abaisser la maison d’Autriche.

Se noua alors entre le jeune roi et Richelieu une grande confiance.

Soumission politique et militaire des protestants

Dirigeant d’abord ses efforts contre les protestants, il leur enleva en 1628, leur dernière place de sureté, La Rochelle et anéantit leur puissance par la paix d’Alès et l’édit de Nîmes (1629), qui leur enlevaient leurs privilèges politiques.

Suprématie du pouvoir royal contre les Grands

Il cherche à consolider le pouvoir royal et à écraser les factions intérieures. En abaissant la puissance de la noblesse, il transforma la France en un État fortement centralisé.

Pour lutter contre les Grands, Richelieu eut à déjouer, mais aussi à fomenter, mille cabales, intrigues et complots. Il avait beaucoup d’ennemis, dont le plus important après Marie de Médicis était Gaston d’Orléans, le frère du roi. Ne pouvant réussir auprès du roi, les Grands cherchèrent un appui à l’étranger et suscitèrent plusieurs révoltes. On tenta à plusieurs reprises d’assassiner le cardinal.

Pour soumettre les Grands du royaume et leur faire respecter les décisions royales qu’ils ont pris l’habitude au mieux d’ignorer, il n’hésitera pas à faire exécuter des nobles tels que Montmorency-Boutteville, ou encore les conspirateurs Chalais ou Cinq-Mars. Sous Richelieu, le caractère absolutiste de la monarchie s’accrut considérablement. Au Conseil du Roi les Grands disparurent, remplacés par des officiers et magistrats de petite naissance. Richelieu interdit les duels et fit raser plus de 2 000 châteaux forts qui n’étaient plus utiles à la défense du royaume. Dans les provinces, les assemblées indépendantes furent remplacées ou surveillées par les agents de la couronne. En province, le pouvoir royal contrôla de près les gouverneurs.

Abaissement de la Maison d’Autriche

Son objectif en politique étrangère était d’abord de contrer la puissance de la Maison d’Autriche. Dans le même temps, il replaçait sous la domination française la vallée de la Valteline, un nœud de communications essentiel en Europe, que l’Espagne lui disputait (1626), assurait au duc de Nevers le duché de Mantoue et le Montferrat en forçant le pas de Suze (1629), s’emparait des États du duc de Savoie (1630) et se préparait à combattre l’Autriche. Prenant part dans ce but à la guerre de Trente Ans, il ne craignit pas de soutenir les princes protestants allemands et s’unit à Gustave II Adolphe, roi de Suède, dans ses efforts contre les Habsbourg.

Autres œuvres

Richelieu est aussi célèbre pour le soutien qu’il apporte aux arts ; le fait le plus connu est la fondation de l’Académie française, société responsable des questions concernant la langue française. Il reste fameux aussi pour la couleur rouge de sa cape de cardinal, qu’on disait accordée à son caractère sanguinaire. Tout le monde connaît le vers par lequel se termine Marion Delorme :

Regardez tous ! Voilà l’homme rouge qui passe.

Il s’occupa de l’administration intérieure aussi bien que de la direction politique, rétablit l’ordre dans les finances, réforma la législation, créa une marine en 1626 en se donnant le titre de « Grand Maitre et Surintendant de la Navigation », donna une grande extension aux établissements coloniaux, fit occuper la Nouvelle-France, les Petites-Antilles, Saint-Domingue, la Guyane, le Sénégal, etc.

Pour soutenir Samuel de Champlain et conserver le poste de Québec, il fonda la Compagnie des Cent-Associés et par le Traité de Saint-Germain-en-Laye rendit le Canada à l’autorité française de Champlain, après que la colonie eut été prise par les frères Kirkes en 1629. Ce succès permit à la colonie de se développer par la suite et de devenir le centre de la culture francophone en Amérique du Nord.

En 1631, au faîte de sa puissance, il obtint du roi l’autorisation de construire un château et un bourg qui reçut son nom : Richelieu. Celui-ci est considéré aujourd’hui comme l’un des chefs d’œuvre de l’urbanisme occidental du XVIIe siècle.

Ce ministre fut l’un des plus importants qui aient gouverné la France ; il eut de grandes vues et en poursuivit l’exécution avec une persévérance, une fermeté inébranlables, mais on l’accusa de s’être montré implacable et d’avoir quelquefois exercé des vengeances personnelles sous le prétexte des intérêts de l’État.

Octroi de la première charte 1636.

Impopularité à sa mort

Ses grandes réformes le rendirent tellement impopulaire que, à l’annonce de sa mort le 4 décembre 1642, le peuple alluma des feux de joie pour fêter l’événement. En mourant, il recommanda au roi son successeur Mazarin. Il possédait, à son décès, 20 millions de livres (une des fortunes les plus importantes de l’époque et, dit-on, la plus importante de tous les temps en France, après celle de Mazarin), et en légua un million et demi au roi, qui mourut quelques mois après lui.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.