Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Jean-Baptiste Colbert

, par

Homme de Mazarin, Jean-Baptiste Colbert (29 août 1619, Reims - 6 septembre 1683, Paris) entre à la mort de son protecteur au service du roi de France Louis XIV. Dénonçant ses pratiques aux finances, il contribue à la disgrâce de Fouquet et prend sa place. Remarquable gestionnaire, il développe le commerce et l’industrie par d’importantes interventions de l’État. Son nom reste attaché à une telle politique : le colbertisme.

Ses débuts

Fils aîné de Nicolas Colbert et Mariane Pussort, Jean-Baptiste Colbert appartient à une famille de marchands et banquiers champenois se disant descendante de nobles écossais (mais il n’y en a aucune preuve et il était de pratique courante à l’époque chez les roturiers de se faire valoir en s’inventant une ascendance noble). Sa jeunesse est mal connue. Il a fait ses études dans un collège jésuite. En 1634, il a travaillé chez un banquier de Saint Etienne, Mascranny, puis chez un notaire parisien, père de Jean Chapelain.

Il est ensuite au service de son cousin Jean-Baptiste Colbert de Saint-Pouange, premier commis du département de la guerre sous Louis XIII.

En 1640, à l’âge de 21 ans, son père utilise ses relations et sa fortune pour lui acheter la charge de commissaire ordinaire des guerres, commis du Secrétaire d’État à la guerre, François Sublet de Noyers. Cette fonction l’obligea à inspecter les troupes, ce qui lui donna une certaine notoriété.

En 1645, Saint-Pouange le recommande à Michel Le Tellier, son beau-frère, alors secrétaire d’État à la Guerre, qui l’engage comme secrétaire privé puis le fait nommer conseiller du roi en 1649. En 1661, Colbert est nommé au conseil d’En-haut et devient contròleur général des finances. En 1651, Le Tellier le présente à son tour au cardinal Mazarin qui lui confie la gestion de sa fortune, l’une des plus importantes du royaume.

Chargé ensuite de veiller à la gestion des Finances de l’État, il rédige dés octobre 1659 un mémoire sur les malversations de Nicolas Fouquet, le surintendant des finances. Il y indique que moins de 50 % des impôts collectés arrivent jusqu’au roi.

Cassant et peu disert, vêtu de noir, au service de l’État dès 5 heures du matin, il n’était guère aimé de la Cour qui lui reprochait sa roture, sa vulgarité ainsi que son caractère froid et distant. Mme de Sévigné le surnommait « Le Nord ».

Avant la mort de Mazarin, le 9 mars 1661, le cardinal suggère au roi de prendre Colbert à son service. En septembre 1661, Celui-ci parvient enfin à obtenir la disgrâce de Fouquet, qui est arrêté à Nantes le 5 septembre 1661 par d’Artagnan. Colbert lui succède à la tête de l’administration des finances, d’abord comme intendant puis, en tant que contrôleur général, en 1665.

En plus de cette charge qui reste sa fonction essentielle, il est également secrétaire d’État à la Maison du Roi. Convaincu de l’importance essentielle du commerce dans l’économie, il obtient la création d’un secrétariat d’État à la marine en 1669 dont il est le premier titulaire. Comme surintendant des bâtiments, arts et manufactures, il dirige également la production artistique destinée à l’aménagement des palais royaux, dont Versailles. Il est élu en 1667 à l’Académie française.

Le clan Colbert

Le 13 décembre 1648, Colbert épouse Marie Charron, fille d’un membre du conseil royal. Sa dot fut de 100 000 livres. Ensemble, ils eurent quatre enfants :

* Jeanne Marie Colbert
* Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay
* Jules Armand Colbert, marquis de Blainville
* Anne Marie Colbert

Après avoir débuté au sein du clan Le Tellier, Colbert devient lui aussi adepte du népotisme et décide de créer son propre clan en plaçant tous ses proches à des postes clés tel son frère Charles Colbert de Croissy ou son cousin germain, Colbert de Terron. De fait, il devient un rival du clan Le Tellier et tout particulièrement du secrétaire d’État à la guerre, François Michel Le Tellier de Louvois.

En 1657, il achète la baronnie de Seignelay dans l’Yonne, puis en 1670, la baronnie de Sceaux dans le sud de Paris. Il fait du domaine de Sceaux l’un des plus beaux de France gràce à André Le Nôtre qui dessine les jardins et à Charles Le Brun qui est chargé de toute la décoration tant des bâtiments que du parc.

Politique de Colbert

Sa politique est de donner son indépendance économique et financière à la France, doter celle-ci d’une balance commerciale excédentaire et accroître le produit des impôts. Il met un terme aux déprédations, et liquide les dettes de l’État.

En 1663, il fonde l’Académie des inscriptions et belles-lettres. En 1664, il est nommé surintendant des Bâtiments et manufactures. Il décide de copier les productions des États voisins pour se rendre indépendant de leurs fournitures. Il n’hésite pas à débaucher des ouvriers étrangers pour initier ces manufactures. Il utilisa fréquemment l’octroi de monopoles. Il rétablit les anciennes manufactures, en introduisit de nouvelles, favorisant par exemple la production de glaces et de tapis.

En mars 1667, Gabriel Nicolas de la Reynie est nommé par Colbert au poste de lieutenant de police. Il devient ainsi le premier « flic » de France, imposant son autorité à la maréchaussée et aux hommes du guet. La même année, Colbert est élu à l’Académie française.

Il encouragea le commerce, protégea les sciences, les lettres et les arts, et favorisa également la recherche en créant l’Académie des sciences (1666), l’Observatoire de Paris (1667) où Huygens et Cassini furent appelés, l’Académie d’Architecture (1671).

En 1668, il est nommé secrétaire d’État à la Maison du roi et en 1669, il devient secrétaire d’État au Commerce et à la Marine. Il construit une flotte de guerre de 276 bâtiments. En 1681 la France, victorieuse sur mer comme sur terre, comptait 176 bâtiments de guerre, tandis que, quelques années auparavant, elle en avait à peine une cinquantaine.

Il développa les infrastructures favorisant les échanges commerciaux : canaux, routes royales. Il fit planter la forêt de Tronçais pour la construction navale. Il fit réparer les grandes routes, en ouvrit plusieurs, et joignit les deux mers par le canal du Languedoc.

Il fit paver et éclairer Paris, embellit cette ville de quais, de places publiques, de portes triomphales (Portes St-Denis et St-Martin) ; on lui doit aussi la colonnade du Louvre et le jardin des Tuileries.

Avec son fils, Jean-Baptiste Colbert, Marquis de Seignelay, il fait venir des villes hanséatiques des artisans, constructeurs, cordiers, pour installer des chantiers ou arsenaux de construction navale dans les ports principaux du royaume. S’il veut assurer le recrutement des équipages, il n’a pas recours, comme l’Angleterre l’a adoptée, à la presse, ou enrôlement forcé des matelots de la marine marchande, mais à un nouveau procédé appelé l’inscription maritime. Par contre pour les galères il demande aux juges de condamner autant que possible y compris lorsque le délit est d’être un marginal (délit de "vagabondage").

Il institua des compagnies commerciales : Compagnie des Indes Orientales (Océan indien), Compagnie des Indes Occidentales (Amériques), Compagnie du Levant (Méditerranée et Empire ottoman) et Compagnie du Sénégal (Afrique) et est l’instigateur du commerce triangulaire des esclaves. Il est aussi à l’origine de la création de comptoirs : Pondichéry (1670) et de ce qui fut le début du peuplement en Nouvelle-France (Québec).

Il s’oppose au secrétaire à la Guerre, Louvois, jugé trop dépensier des fonds publics. Celui-ci intrigue contre lui auprès de Louis XIV à tel point que Colbert était sur le point d’être disgracié quand il meurt le 6 septembre 1683, rue des Petits Champs, laissant Claude Le Peletier lui succéder au poste de contrôleur général des finances.

Tout en faisant d’une manière si brillante les affaires de l’État, Colbert avait amassé une fortune considérable, qui s’élevait à environ dix millions ; aussi à sa mort, le peuple, croyant voir dans cette fortune un signe de déprédation, insulta son cercueil ; enterré à Saint-Eustache, il y resterait ses jambes ; le reste fut transféré dans les catacombes en 1787.
Tombeau de Colbert à l’église Saint-Eustache, Paris 1er par Antoine Coysevox
Tombeau de Colbert à l’église Saint-Eustache, Paris 1er par Antoine Coysevox

Sa devise : « Pro rege, saepe, pro patria semper » (« Pour le roi souvent, pour la patrie toujours »).

Il laisse une image d’excellent gestionnaire même si ses résultats restent finalement assez médiocres principalement en raison des grandes dépenses guerrières de Louis XIV.

Son nom donna le terme de colbertisme qui souligne la part plus importante d’intervention de l’État dans l’économie en comparaison avec les autres pays d’Occident.

Controverses sur sa politique économique

Le bilan réel de la politique économique de Colbert aurait été moins brillant que son mythe le laisse entendre [1] :

* Il est faux de dire qu’il est le créateur de l’industrie de la France, car celle ci existait déjà avant lui ;
* la plupart des manufactures qu’il a créées ont périclité et certaines ont dû être repêchées à grand frais par la suite ;
* le développement ultérieur de l’industrie de la draperie ne lui doit rien ;
* les compagnies de commerce, avec en particulier celles des Indes orientales étaient à sa mort en quasi-faillite, il fallut y réinjecter de l’argent mais les pertes continuèrent à s’accumuler ;
* à sa mort les finances de l’État étaient davantage obérées qu’au moment de la disgrâce de Fouquet ;
* les seuls moyens qu’il avait pour faire face aux exigences budgétaires étaient ceux du Surintendant ;
* il n’avait comme tâche, dans la gestion des fonds royaux, que de répartir la taille dont le montant était fixé par le Roi.


sources wikipedia

Messages et commentaires

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.