Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Oskar von Hutier

, par


Le général Oskar von Hutier (27 août 1857, 5 décembre 1934) fut l’un des meilleurs généraux allemands, l’un des plus innovateurs durant la Première Guerre mondiale. Il a notamment développé une tactique très utilisée par les allemands et qui fut appliqué au Sturmtruppen, les troupes d’assaut allemandes.

La tactique de Hutier

Hutier a passé la première année de la guerre en tant que commandant divisionnaire sur le front occidental. Il réussit ses actions assez bien mais c’est en 1915 qu’il se distingue , quand il a été transféré sur le front oriental. Là, il est devenu un commandant de corps attaché à la dixième armée allemande, et a fortement contribué à la conquête de grandes parties de la Russie et de la Lithuanie au cours des deux années qui suivirent sa nomination à ce nouveau poste. Il devint en 1917 général d’armée et Hutier a commencé à appliquer les leçons apprises à partir de ses trois années de guerres, avec son étude de la tactique employée par d’autres armées. Il a conçu une nouvelle stratégie pour que les Allemands puissent enfin percer sur le front français. Ces tactique devait être couronnée de succès en 1917 et 1918. Les Français nommèrent cette stratégie la « tactique de Hutier », bien que le terme généralement utilisé est aujourd’hui » la tactique d’infiltration. von Hutier avait noté que dans beaucoup de batailles précédentes, la méthode conventionnelle était de lancer une attaque, avec un barrage prolongé de toute l’artillerie suivant la ligne d’un assaut d’infanterie en masse. Cette stratégie causait de nombreuses pertes. Il a suggéré une approche alternative, maintenant appelée la tactique de Hutier ou la tactique d’infiltration, qui est composée de ces étapes de base :

1 : Un bombardement court d’artillerie, comportant des obus lourdes mélangées à de nombreux gaz, ces projectiles se concentreraient sur les lignes ennemies pour les neutraliser, mais ne les détruiraient pas.

2 : Sous un barrage de rampement, les troupes allemandes de choc (les Sturmtruppen ) avanceraient et s’infiltreraient dans les défenses ennemies aux niveau des points faibles précédemment identifiés. Elles éviteraient le combat autant que possible et devaient tenter de détruire ou capturer les QG ou position déartillerie ennemis.

3 : Après que les unités d’assaut aient fait leur travail, les autre unités de l’armée allemandes, fortement équipées de mitrailleuse , et de mortiers feraient des attaques puissantes le long des points fortifiés ennemis que les Stosstrupps auraient oublié.. Quand l’artillerie était en place, les artilleurs pourraient diriger le feu partout où il était nécessaire pour accélèrer la percée.

4 : À la dernière étape de l’assaut, l’infanterie régulière épongerait toute résistance alliée restante. Beaucoup d’autres généraux avaient projeté des attaques le long des lignes semblables dans le passé, à l’image du colonel d’armée Emory Upton à la bataille de Spotsylvania en 1864. Mais Hutier fut le premier commandant à les utiliser sur une échelle large et continue.

Le succès de Oskar von Hutier débute le 3 septembre, 1917, Hutier, commandant la huitième armée allemande, a capturer la ville russe de Rīga après deux ans de siège et avec sa tactique. Il a utilisé pour ce succès un assaut amphibie (le seul réussi de la guerre) pour saisir les îles Russe-tenues dans la mer baltique. Bien que Hutier n’ait pas été présent, d’autres généraux allemands avaient l’habitude de ses méthodes en octobre 1917 pour gagner une spectaculaire victoire face aux italiens à la bataille de Caporetto. Hutier a reçu la médaille du mérite par le Kaiser Guillaume II d’Allemagne et est transféré sur le front occidental en 1918. En mars de cette année, Hutier a encore utilisé la tactique d’infiltration lors de la deuxième bataille de la Marne et a martelé la ligne alliée le long de l’espace entre les armées française et anglaise, en avançant de 40 milles le long de la Somme vers Amiens. Les Allemands ont pris 50.000 prisonniers et Hutier a reçu les feuilles de chêne en complèment de sa médaille du Mérite.

Autres faits d’armes

La tactique d’Hutier fut utilisée dans une autre grande victoire contre les Français en juin 1918, mais les alliés avaient eu le temps d’échaffauder des parades à ces méthodes. En juillet, lorsque les allemands avancèrent encore vers ce qui sera ensuite appelée la Deuxième Bataille de la Marne, les armées américaines et françaises avaient imaginé un système de défense en retrait du front, que les troupes d’assaut allemandes, épuisées, n’ont pu franchir.

Hutier fit cependant un retour triomphal en Allemagne après la fin de la guerre. A l’instar de son cousin, le général Erich Ludendorff, commandant en chef de l’armée allemande, Hutier soutint le fait que l’armée allemande n’avait pas été battue sur le champ de bataille mais "frappée dans le dos" par des ennemis venus de l’intérieur.

Il quitta l’armée en 1919 pour devenir Président de la Ligue des Officiers Allemands, poste qu’il occupa presque jusqu’à sa mort le 5 décembre 1934.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.