Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

David Lloyd George

, par

David Lloyd George (17 janvier 1863 à Manchester - 26 mars 1945 à Llanystumdwy, Pays de Galles), 1er comte Lloyd George de Dwyfor, était un homme d’État britannique. Il fut le dernier Premier ministre à appartenir au parti libéral.

Bien que né à Manchester, Lloyd George est issu d’une famille galloise. Né d’un père enseignant qui mourut l’année suivante, il retourna s’installer au Pays de Galles avec sa mère. Il fut éduqué par sa mère et son oncle Richard, cordonnier de son métier et membre du parti libéral. Richard, également militant baptiste, lui enseigna la morale et les idéaux politiques de l’époque ainsi que le français et le latin. Après avoir travaillé dès l’âge de quinze ans à Liverpool dans les bureaux d’un avocat membre du parti libéral, il mena avec succès des études de droit (1884) et ouvrit un cabinet à Criccieth. Sa jeunesse difficile le poussera, tout au long de sa vie, à vouloir améliorer le sort des gens du peuple aux dépens de ceux qu’il appelle « les ducs ».

Connu comme "l’avocat des braconniers" à la suite du procès qu’il remporta, il fonda un syndicat d’agriculteurs et, en 1887, le journal Udgorn Rhyddid (Les trompettes de la Liberté) dans lequel il défendait l’idée d’une autonomie pour le Pays de Galles. Rejoignant le parti libéral, il montra très vite son aptitude à la politique en étant élu, en 1890, député de Caernarfon, dans le nord du Pays de Galles. En 1905 il entre au nouveau cabinet libéral de Sir Henry Campbell-Bannerman comme président du conseil du commerce puis devint ministre des finances de 1908 à 1915. Il introduit les pensions de vieillesse et est un des initiateurs de ce qu’on appelle aujourd’hui l’État-providence qui est finalement rejeté par la chambre des Lords. Une loi de 1911 pose ensuite le veto des Lords comme temporaire, suite à ce refus.

Considéré comme pacifiste jusqu’en 1914, Lloyd George change de position quand la Première Guerre mondiale éclate et devient en 1915 le ministres aux munitions, poste nouvellement créé, puis secrétaire[1] à la guerre en 1916.

Au cours de la guerre, les libéraux et les conservateurs participent ensemble au gouvernement, mené par le libéral Herbert Asquith. Mais les conservateurs imposent son remplacement. Le 11 décembre 1916, Lloyd George lui succède, entraînant ainsi la scission du parti libéral. Il dirige le pays pendant le reste de la guerre et représente le Royaume Uni à la conférence de la paix de Versailles se heurtant à la fois au premier ministre français Georges Clemenceau et au président des États-Unis Woodrow Wilson.

Lloyd George veut punir l’Allemagne politiquement et économiquement mais sans aller comme le souhaiterait Clemenceau jusqu’à anéantir sa puissance. Lorsqu’on lui demande ensuite comment il s’en est tiré à Versailles, il répond par un trait d’esprit : « Pas mal en considérant que j’étais assis entre Jésus Christ et Napoléon ».

Il défend aussi l’idée de plébiscite pour déterminer le tracé de la nouvelle frontière germano-polonaise. Il en résultera une très longue frontière, militairement indéfendable et théâtre de nombreux incidents. Jusqu’au 20 octobre 1922 il tente des réformes socialisantes mais est empêché en grande partie par ses alliés conservateurs. Il accorde l’indépendance à l’Irlande. Il est le dernier premier ministre britannique libéral.

Il fut soupçonné de comploter contre Raspoutine.

Pendant les deux décennies suivantes Lloyd George reste sur la frange de la politique. On prédit son retour qui ne vint jamais. En 1929 il devient doyen de la chambre, celui qui servit le plus longtemps. En 1931 une maladie l’empêche de joindre le gouvernement national. Dans les années 1930 il fut envoyé par le gouvernement auprès d’Adolf Hitler pour tenter de le persuader de ne pas continuer son expansion territoriale. Il est nommé pair du royaume en 1945 peu après sa retraite.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.