Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Maurice-Paul-Emmanuel Sarrail

, par

Maurice Sarrail

Naissance : 6 avril 1856 Carcassonne, France

Décès : 23 mars 1929 (à 73 ans)Paris, France

Nationalité : France France

Allégeance : Armée française

Grade militaire : Général de division

Service : 1877 - 1925

Conflits : Première Guerre mondiale

Commandement : 1914-1917 : Commandant de IIIe Armée, puis commandant en chef des armées alliées d’Orient

Faits d’armes : Officier d’infanterie

Distinctions : Légion d’honneur : Chevalier (26 décembre 1894),
Officier (10 juillet 1907),
Commandeur (31 décembre 1913),
Grand Officier (20 novembre 1914),
Grand Croix (11 janvier 1916)
Médaille militaire (5 septembre 1917)
Croix de guerre 1914-1918 (7 aout 1915)

Maurice (Paul Emmanuel) Sarrail, né le 6 avril 1856 à Carcassonne, décédé le 23 mars 1929 à Paris, était un militaire français pendant la Première Guerre mondiale.

Élève à Saint-Cyr en 1875-1877, puis de l’École supérieure de guerre 1883-1885.

Il commande l’École de Saint-Maixent et fut officier d’ordonnance du ministre de la Guerre 1900-1907. Associé avec le général André et un républicain dévoué, il fut commandant de la garde militaire de la Chambre des députés, puis directeur de l’Infanterie au ministère de la Guerre (7 mars 1907-27 mars 1911).

Il devint commandant de la 12e division d’infanterie le 27 mars 1911, puis de la 4e division d’infanterie le 1er octobre 1913.

Or, il fut nommé commandant du 8e corps d’armée le 1er novembre 1913, puis du 6e corps d’armée à partir du 24 avril 1914 qu’il commande au début des hostilités et à la bataille de Vitron le 22 aout 1914. Il remplace le général Ruffey, limogé par Joffre, à la tête de la IIIe Armée le 30 août de la même année avant la bataille de la Marne en septembre 1914.

Très critique envers le général Joffre, il est limogé le 22 juillet 1915. Fort de ses connexions politiques, il reçoit déjà le 3 octobre un nouveau poste, celui du commandant en chef de l’armée française d’Orient. Il la commande lors de l’offensive de Vardar en octobre 1915 et devint commandant en chef des armées alliées d’Orient le 11 aout 1916.

Il lança l’offensive de Monastir en novembre 1916 mais sans grand succès. Il joue un rôle déterminant en déposant le roi Constantin en 1917, mais il est remplacé par le général Guillaumat le 14 décembre de la même année.

Il passa au cadre de réserve le 6 avril 1918, mais après la victoire du Cartel des gauches en 1924 il est rappelé à l’activité en aout par le gouvernement Herriot. Il devint Haut-commissaire de la République française en Syrie et commandant en chef de l’armée du Levant le 29 novembre 1924, mais suite à la révolte des Druzes et sa manière violente à redresser la situation il fut rappelé.

Il fut inhumé aux Invalides.

Grades

* Sous-lieutenant (1877)

* Lieutenant (1882)

* Capitaine (1887)

* Colonel (1905)

* Général de brigade (25 mars 1908)

* Général de division (27 mars 1911)

* Général de division maintenu en activité sans limite d’âge (2 aout 1924)

* Rang de commandant d’armée et appellation de général d’armée maintenu en activité sans limite d’âge (29 novembre 1924)


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.