Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Jürgen von Arnim Dernier chef allemand d’Afrique

, par

Quand éclate la guerre de 1914, le lieutenant Jürgen von Arnim, issu d’une vieille famille militaire aristocratique, a vingt-cinq ans. Il va gagner au feu ses étoiles de capitaine et servir dans la Garde impériale. Officier de tradition d’allure cassante, il réussit à entrer dans la Reichswehr de 100 000 hommes qu’autorise le traité de Versailles.

Après s’être battu comme officier de troupe pendant la guerre, le voici désormais officier d’état-major. Quelques mois après la prise du pouvoir par le chancelier Hitler, il est nommé colonel. Sa carrière va se dérouler sans heurt jusqu’au conflit et il gravit rapidement les échelons de la hiérarchie (général de brigade en 1938 et général de division en 1939).

La nouvelle armée allemande, qui se prépare à la bataille, a besoin de chefs.
Le général von Arnim va se battre sur le front de l’Est à la tête d’un corps d’armée blindé. Il se révèle alors, contre les Soviétiques, un bon spécialiste des panzers et de leur coordination avec les autres armes.
Quand les Anglo-Saxons débarquent au Maroc et en Algérie, le 8 novembre 1942, les dirigeants du Reich doivent réagir très vite pour éviter que les forces de Rommel soient prises à revers.

Pour la Ve armée italo-allemande qui se constitue en Tunisie, il faut un chef de grande classe, et surtout un homme totalement insensible devant l’échec et face au découragement. Von Arnim est désigné pour cette mission de sacrifice. Il réussit à bloquer les Alliés sur la route de Bizerte et de Tunis, rétablissant de justesse une situation proche du désastre.

Des raids des troupes françaises reconstituées menacent de couper l’armée de von Arnim de celle de Rommel : il faut lancer une contre-attaque. Le 30 janvier 1943, pour le dixième anniversaire de la prise du pouvoir par Hitler, le général von Arnim remporte au col du Faïd une des dernières victoires allemandes en Afrique.
D’autres contre-attaques vont par contre échouer. Les panzers du désert ne peuvent reprendre ni Kasserine ni Médenine. Rommel reçoit l’ordre de rentrer en Europe, le 8 mai 1943.
Von Arnim devient le dernier commandant en chef des forces de l’Axe en Afrique. La ligne Mareth est enfoncée. Il ne lui reste même pas 100 000 hommes, qui se battent, encerclés, le dos à la mer. Le 7 mai 1943, les Alliés parviennent à prendre Tunis et Bizerte. Cinq jours plus tard, von Arnim est fait prisonnier.

Le dernier général allemand d’Afrique mourra à Bad Wildungen en 1962.


sources Hebdomadaire "Troupes d’elite" Atlas 1985

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.