Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Winston Churchill

, par

Winston Churchill

Naissance : 30 novembre 1874Blenheim Palace, royaume-Uni

Décès : 24 janvier 1965 (à 90 ans)Londres, Royaume-Uni

Nationalité : Britannique

Profession : Homme politique

Occupation : Premier ministre (1940-1945 puis 1951-1955)

Autres fonctions : Député conservateur (1900)Premier lord de l’Amirauté (1911-1915 puis 1939)Secrétaire à la guerre (1917-1922)

Sir Winston Leonard Alexander Spencer Churchill (30 novembre 1874 à Blenheim Palace, Oxfordshire - 24 janvier 1965 à Hyde Park Gate, Londres), est un homme d’État britannique.

Député conservateur en 1900, plusieurs fois ministre, puis Premier lord de l’Amirauté (1911-1915), enfin Premier ministre (1940-1945 et 1951-1955), leader du parti conservateur, il fut l’animateur de l’effort de guerre britannique lors de la Deuxième Guerre Mondiale, et l’un des propagandistes de la victoire alliée sur l’Axe. Il fut également Prix Nobel de littérature en 1953.

Jeunes années

Winston Leonard Spencer Churchill naquit le 30 novembre 1874 à Blenheim Palace. Dans ses mémoires, il écrit que ce fut à Blenheim Palace qu’il prit « les deux décisions les plus importantes de ma vie : naître et me marier. Je n’ai jamais regretté aucune des deux. ». Il resta fidèle toute sa vie à ce palais, y retournant régulièrement, même pour sa lune de miel. Et c’est au cimetière de Blandon, juste à côté du château de ses ancêtres qu’il repose, à côté de ses parents. Il était le fils ainé de Lord Randolph Churchill et de Jennie Jerome. Son père était lui même fils du 7e Duc de Marlborough, tandis que sa mère, était la deuxième fille d’un riche homme d’affaires new-yorkais, Leonard Jerome. Son milieu familial eut une influence bénéfique sur sa carrière militaire, puis politique. Il sut en effet utiliser toutes les ressources que lui offraient les liens familiaux pour se faire envoyer sur les fronts où, jeune soldat, il était sûr de trouver la gloire qu’il recherchait avidement. Lorsqu’il débuta en politique, ce fut son cousin, le duc de Marlborough en titre qui paya tous ses frais de campagne.

Winston Churchill commença ses études à Harrow school, une public school[1] très cotée . Malgré ses affirmations dans ses Mémoires, il n’y eut pas de si mauvais résultats scolaires que cela. Il aimait à se présenter comme un enfant mal aimé, handicapé par une éducation limitée, ce qui lui permettait de passer pour un homme dont la réussite n’était due qu’à ses efforts solitaires. À Harrow school, il fut cependant dirigé vers la section militaire, là où on envoyait les moins intelligents des élèves. Il s’y reprit à trois fois pour entrer dans l’Académie militaire de Sandhurst. Il devint Lieutenant du « 4e régiment de hussards de la Reine » en 1895, juste après la mort de son père.

Huit mois après avoir été nommé officier, il fut envoyé comme observateur à Cuba alors déchiré par la guerre hispano-américaine. Il en profita pour envoyer des comptes rendus sur les opérations au Daily Telegraph, et ainsi se faire un peu d’argent. Tant qu’il le put, il essaya de combiner ses obligations d’officier d’active avec celles de correspondant de guerre. Il utilisa alors toutes les ressources de ses relations familiales pour se faire envoyer là où il se passait quelque chose.

* À la frontière nord ouest de l’Inde en 1897, que l’Empire britannique consolidait depuis 1879, il participa à la conquête de la Birmanie. Au cours de son séjour en Inde, il compléta son éducation par la lecture de philosophes grecs et d’historiens classiques. Churchill en tira une très profonde culture historique qui lui servit toute sa vie.

* Au Soudan en 1898, lorsque l’armée de Lord Kitchener en fit la conquête pour assurer la sécurité de l’Égypte, il s’illustra à Omdurman au cours d’une des dernières charges de cavalerie qu’ait connue l’histoire militaire.

En 1899, il quitta l’armée et se présenta à une élection législative partielle à Oldham. Candidat du Parti conservateur, il y fut battu. Il partit alors en Afrique du Sud où il fut correspondant de guerre pour le Daily Telegraph. Les possessions britanniques encerclaient alors le Transvaal, pays appartenant aux descendants des colons hollandais, les Boers. L’attrait de l’or et des diamants que renfermait cette région amena une guerre entre le Royaume-Uni et les Boers. Elle dura de 1899 à 1902, et se termina par l’annexion des territoires Boers à l’Empire. Winston Churchill fut fait prisonnier par les Boers (1899) après que le train blindé dans lequel il voyageait eut déraillé près de Colenso. Son évasion spectaculaire lui valut de faire la une des journaux du monde entier. Ses expériences sur ces divers fronts lui permirent d’écrire quatre livres et de faire un certain nombre de conférences. Il en profita pour dénoncer la faiblesse de l’organisation de l’armée britannique, ce qui déclencha la première polémique de sa carrière dont il sera à l’origine. Il avait pu économiser 10.000 livres en 1901, une somme élevée pour l’époque.

Au début 1908, il épousa Clémentine Hozier, avec qui il eut un fils et 4 filles, dont une mourut en bas âge.

Carrière politique

Les débuts

En 1900, il fut élu pour la première fois au Parlement, en tant que député conservateur de la circonscription d’Oldham. Ensuite, lors de l’élection de 1904, il fut réélu, mais cette fois en tant que député du parti libéral. Il occupa le poste de ministre du Commerce en 1908. En 1909, Churchill se brouilla avec sa famille et son milieu social par sa prise de position en faveur du People’s Budget qui augmentait considérablement l’impôt sur les successions des Lords. Puis, en 1910-1911, il fut ministre de l’Intérieur. Durant cette période, il tissa d’étroits liens avec David Lloyd George. Finalement, en 1911, juste avant le premier conflit mondial, il fut nommé Premier Lord de l’Amirauté, et de 1911 à 1915, il modernisa considérablement la flotte britannique. En 1913, il ajoute une provision à la loi sur les handicapés mentaux, qui instaure un programme de stérilisations contraintes à des fins eugéniques.

En juillet 1914, Churchill reçut Albert Ballin, président de la Hamburg-Amerika Line et le mit en garde contre une possible intervention britannique :"Mon cher ami, ne nous obligez pas à entrer en guerre !" lui déclara-t-il. Cependant, le Cabinet britannique était divisé sur l’attitude à adopter vis à vis de la crise : Churchill était un partisan déterminé de la France, Lloyd George, Chancelier de l’Échiquier, un partisan déterminé de la neutralité, Sir Edward Grey, Secrétaire au Foreign Office penchait plutôt pour la France, quant au Premier ministre Asquith, il se gardait bien de prendre position. Sans obtenir l’accord préalable du Cabinet, comme l’exigeait Lloyd George, Churchill mobilisa la flotte, rappela 40.000 réservistes et l’envoya de la Manche en Mer du Nord pour éviter un raid de la flotte du Reich dans la Manche. En effet, Churchill craignait à la fois l’impossibilité pour la Grande-Bretagne de venir en aide à la France et la possibilité pour l’amiral Alfred von Tirpitz de rééditer le raid de l’amiral Togo à Port-Arthur en 1904 en attaquant par surprise la marine britannique. À ce sujet, Churchill déclara : « Le commandant de la Home Fleet est le seul qui puisse perdre la guerre en un après-midi ! ». Quand cette mobilisation fut connue, soit le Cabinet ratifiait la décision de Churchill, soit le gouvernement tombait, ce qui aurait donné une fâcheuse impression d’indécision dans une crise si grave. Les partisans de l’intervention l’emportèrent, les pacifistes s’inclinèrent et les plus résolus d’entre-eux démissionnèrent ; à la suite de quoi, le secrétaire au Foreign Office adressa un ultimatum à l’Allemagne pour qu’elle évacue immédiatement la Belgique.

La Première Guerre mondiale ne fut pas la plus heureuse pour Winston Churchill. Il y eut un rôle très controversé qui faillit mettre fin à sa carrière. Churchill, alors pressé par les Russes qui voulaient voir la pression turque dans le Caucase diminuer, et soucieux de contourner l’impasse sanglante du front occidental, proposa d’organiser une grande expédition, l’Expédition des Dardanelles. L’offensive lancée par un commandement allié timoré, échoua le 18 mars 1915 devant Canakkale. C’est alors que l’on ordonna une invasion par voie terrestre. Quatre divisions britanniques débarquèrent au Cap Helles. Ils essayèrent d’établir une tête de pont à la presque île de Gallipoli, mais suite à trois terribles affrontements, les soldats furent rappelés. On tenta un second débarquement, cette fois au Cap Sulva. Encore une fois, ce nouveau plan ne fonctionna pas, et le 9 janvier 1916, on évacua les troupes alliées. L’expédition des Dardanelles se solda par 144 000 blessés ou tués. Ce monumental échec força Churchill, bouc émissaire, à quitter son poste de premier Lord de l’Amirauté.

Après sa démission, il commanda un bataillon en France. Avant la fin de la guerre, il fut rapatrié au Royaume-Uni et devint secrétaire à la guerre de 1917 à 1922.

L’entre deux-guerres

Après la Grande Guerre, il se prononce pour une réconciliation avec l’Allemagne (contrairement à Lloyd George et Georges Clemenceau) et dénonce par ailleurs le bolchevisme (ou communisme) qui a pris le pouvoir en Russie. Il avertit : « De toutes les tyrannies de l’Histoire, la tyrannie bolchevique est la pire, la plus dévastatrice, la plus avilissante »[2]. Plus tard, il comparera même les Bolcheviks à " une bande de babouins sanguinaires dansant sur des ruines fumantes ! ". Cette annonce avait pour but de sensibiliser la planète aux évènements qui avaient lieu en Russie.

En 1921, Churchill devint Secrétaire d’État aux colonies et eut deux problèmes particulièrement épineux à régler : la Question d’Irlande et le Proche-Orient.

En Irlande, il pratiqua d’abord une politique de répression très ferme contre le Sinn Fein, en recrutant des supplétifs appelés Black and Tans qui y semèrent la terreur. Puis, comme il le montra plusieurs fois dans sa vie, il changea d’avis et engagea une négociation avec Michael Collins, un des leaders de l’IRA et il fut le principal artisan du Traité Anglo-Irlandais de 1921 qui permit la naissance de l’Etat Libre d’Irlande.

Au Proche-Orient, il eut à gérer la déception des Arabes et de Hussein, Chérif de La Mecque, qui n’admettaient pas la violation des promesse prodiguées par Lawrence, au nom de la Grande-Bretagne et qui substituait une domination britannique à une domination ottomane. Churchill prit Lawrence comme conseiller. Celui-ci lui fit adopter trois mesures pour appaiser les tensions : retirer le contrôle de la Mésopotamie (Irak et Koweit) à l’India Office, transformer le mandat de la SDN à la Grande-Bretagne sur l’Irak en traité d’alliance, remplacer l’armée de terre britannique, perçue par les arabes comme force d’occupation, par la RAF, plus discrète et aussi efficace.

De 1922 à 1924, il fut éloigné du parlement à la suite de l’effondrement du parti libéral. En 1924, il revient de nouveau en tant que député conservateur, il occupe alors le poste de Chancelier de l’Échiquier[3] du gouvernement et prit la désastreuse décision de rattacher à nouveau la livre sterling à l’or, ce qui provoqua une récession catastrophique. L’économiste Keynes en tira un pamphlet Les Conséquences économiques de M. Churchill.

Un peu plus tard, en 1926, il contribue fortement, par des apparitions publiques, à déclencher la crise sociale, durant laquelle il combattit farouchement les syndicats. Il fut de nouveau écarté du parlement en 1929 à cause de la défaite des conservateurs. Atteint d’une crise d’appendicite, il ne put faire campagne ; aussi, après sa défaite, il eut de mot « Je me suis retrouvé en quelques jours sans siège au Parlement, sans amis politiques et ... sans appendice ! ».

Durant les années trente, il se consacra surtout à l’écriture. Churchill restera un journaliste rentré toute sa vie. Il écrira quantité d’articles ou tiendra des conférences sur tous les sujets, aussi bien sur ce qui lui tenait à cœur que sur n’importe quoi. En effet, son train de vie de sybarite (champagne, whisky, cigares, table ouverte à beaucoup de monde) lui coûtait fort cher. Il écrira même un roman, tout en conseillant vivement à ses amis, non sans humour, de ne pas le lire.

Pendant cette « traversée du désert » Churchill profita de sa notoriété pour constituer un réseau d’informateurs issus de la haute fonction publique et nourrir ainsi ses interventions aux Communes ainsi que ses conférences, principalement sur le danger nazi. Le fonctionnement de ce réseau était semi-clandestin et ses informateurs auraient été certainement destitués si les gouvernements successifs l’avaient découvert. Le Général de Gaulle, entre 1946 et 1958, constitua un réseau comparable d’informateurs privés au sein de la haute fonction publique qui le tenait au courant des progrès de la recherche nucléaire à but militaire.

Il s’opposa à l’autonomie des Indes en traitant à cette occasion Gandhi de « fakir à demi nu » et il soutiendra Édouard VIII lors de la crise d’abdication de 1936 avant de changer d’avis à son sujet et de l’éloigner comme Gouverneur des Bahamas en 1940, parce qu’il craignait qu’il ne soit manipulé par Hitler ou les pacifistes . Il se rendit vite compte de la menace nazie pour le Royaume-Uni, et lors du débat sur le budget de la Défense pour 1936 et 1937, alors en réserve du Royaume, il estima qu’il convenait d’augmenter les crédits militaires d’au moins 50 millions de livres sterling (+ 40 %) car : « Aussi pacifique qu’il puisse être, le gouvernement allemand doit faire face à un terrible dilemme. Aller de l’avant, c’est la banqueroute. Arrêter le mouvement, c’est un chômage sans précédent. L’Allemagne ne dispose d’aucun moyen de rechange pour utiliser sa main-d’œuvre : ni le moyen de commercer avec des colonies, ni celui de faire la conquête pacifique de marchés ».

En septembre 1938, il plaida pour une action de la France, du Royaume-Uni et de l’URSS pendant la crise tchèque. Il condamna les accords de Munich signés par Neville Chamberlain et prononce au Parlement un de ses plus célèbres discours au cours duquel il a prononcé cette phrase : « Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre ». Il fut le premier à insister sur un véritable réarmement. Il n’obtint pas tout de suite la faveur populaire, mais il rallia un soutien grandissant.

En 1939, à la suite de la déclaration de guerre à l’Allemagne après que celle-ci eut envahi la Pologne, Chamberlain dut le nommer, pour la seconde fois, premier Lord de l’Amirauté. Moins de trente minutes après sa nomination, tous les bâtiments de la flotte britannique avaient reçu le message « Winston is Back ! ».

Premier ministre durant la guerre

Suite aux débuts boiteux des alliés, mais surtout à cause de son propre débarquement à Narvik qui visait à couper la route du fer aux allemands, et qui, à l’instar de Gallipoli, n’avait pas marché, il fut, le 10 mai 1940, nommé Premier ministre. En effet, Neville Chamberlain assuma la responsabilité de l’échec et offrit sa démission, blanchissant Churchill par la même occasion et laissant à ce guerrier né la mission de conduire la guerre. Durant les jours sombres de la bataille d’Angleterre, les discours passionnés de Churchill poussèrent les Britanniques à poursuivre la lutte. Pour être tout à fait sûr que la flotte française ne tombe pas entre les mains des Allemands, il ordonna que l’on attaque la flotte de l’Atlantique à l’ancre à Mers el Kébir. Il développa une collaboration fructueuse avec le président Roosevelt. Cette « alliance » lui procura un soutien militaire et moral important de la part des États-Unis. Pendant toute la guerre il occupa une place importante dans la coordination militaire alliée. Il fut, à l’instar de Dwight D. Eisenhower, réticent à lancer les troupes sur le mur de l’Atlantique car il redoutait une faille dans le secret du plan, si cela s’était produit, les troupes lors du débarquement de Normandie se seraient dirigées vers la mort, rien de moins. Cela lui rappelait la Bataille des Dardanelles. Malgré tout, le secret de l’expédition fut bien gardé et les troupes prirent pied peu à peu en France, la Luftwaffe clouée au sol.

Dans les conférences de paix alliées, Churchill occupa un rôle de premier plan, cependant, il ne participa qu’aux premières négociations de Potsdam, car il ne fut pas réélu aux élections de juillet 1945. Il critiqua fortement les réformes de « l’État providence » instaurées par son successeur. Lors de son célèbre discours de 1946 à Fulton, au Missouri, il mit en garde le monde libre contre l’expansionnisme soviétique et inventa l’expression du « rideau de fer ».

Il est également le premier à avoir remis à l’ordre du jour l’idée hugolienne des « États-Unis d’Europe » lors d’un discours à Zurich le 19 septembre 1946 et a présider le Congrès de la Haye en 1948, puis le Mouvement européen.

Le 1er janvier 2006, des documents d’archives datant de 1942 à 1945 sont rendus publics, dans lesquels des discussions entre cabinets gouvernementaux sont détaillées. Ils révèlent que Winston Churchill, en avril 1945, avait envisagé une condamnation à mort par chaise électrique et sans procès à l’égard d’Hitler et des principaux dirigeants nazis, s’ils étaient capturés vivants. Par ailleurs, en janvier 1943, Winston Churchill a émis l’idée de laisser mourir Gandhi si ce dernier faisait une grève de la faim alors qu’il était prisonnier des Britanniques durant la Seconde Guerre mondiale.

Second mandat

Il fut rétabli au poste de premier ministre de 1951 à 1955, mais sa santé défaillante l’empêcha de diriger le pays de façon aussi dynamique que lors de son premier mandat. Après 1955, Churchill consacra ses dernières années à la peinture et à l’écriture. Il mourut le 24 janvier 1965, à l’âge de 90 ans. Des funérailles nationales furent organisées en son honneur, celles-ci avaient été planifiées depuis plusieurs années sous le nom de code "Hope Not". Il est enterré dans la tombe familiale de Bladon, à seulement quelques kilomètres de Blenheim Palace, son lieu de naissance.

L’écrivain

En 1932, Churchill participe à une anthologie d’uchronies dirigée par Johan Squires. Il compose un texte novateur pour le thème du changement du cours de l’histoire. Il imagine un monde dans lequel les Confédérés ont remporté la Guerre de Sécession. Dans ce monde, il met en scène un historien sudiste qui imagine ce que serait le monde si les Nordistes avaient gagné.

Il a reçu en 1953 le prix Nobel de littérature pour son œuvre d’historien et de mémorialiste, pour ses qualités d’orateur, et sans doute surtout comme hommage à celui qui a mené la résistance britannique pendant la guerre. À cette occasion, le roi de Suède déclara : "Heureusement qu’il n’y a pas de Prix Nobel de peinture, on aurait été obligé de le lui donner !".

En 1963, il devient citoyen d’honneur des États-Unis d’Amérique. Il est le premier à recevoir cette distinction.

Citations

* Never in the field of human conflict was so much owed by so many to so few : jamais dans l’histoire des conflits humains tant d’hommes n’ont été autant redevables à si peu. À propos des aviateurs de la bataille d’Angleterre

* We shall prove ourselves once again able to defend our Island home, to ride out the storm of war, and to outlive the menace of tyranny, if necessary for years, if necessary alone. Discours devant la Chambre des Communes, le 4 juin 1940 après Dunkerque


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.