Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Général de Monsabert

, par

Jeunesse et formation

Né au sein d’une famille de militaires, Joseph de Goislard de Monsabert, après des études au lycée Saint-François-Xavier de Vannes, est admis à Saint-Cyr en 1907. Il fait ses classes au 50e Régiment d’Infanterie de Périgueux, puis rejoint, en 1908, l’École spéciale militaire. Il appartient à la promotion du Maroc (92e promotion 1907-1910). Volontaire pour l’Armée d’Afrique, il doit cependant quitter le Maroc et le 3e Tirailleurs pour s’illustrer pendant la Grande Guerre au 1er régiment mixte de zouaves et tirailleurs puis au 9e régiment de marche de zouaves.

Quand, après son stage à l’École supérieure de guerre, il doit quitter la troupe, c’est le plus souvent en Afrique du Nord qu’il demande à servir dans les garnisons de Tadla, Taza, Blida.

Seconde Guerre mondiale

Commandant la 5e brigade de l’infanterie d’Afrique et commandant de la subdivision de Milinia, il est directement confronté aux évènements de 1942.

Il prend alors fait et cause pour le débarquement américain en Algérie, en tentant de neutraliser les troupes hésitantes. Il se voit confier le commandement de la 3e division d’infanterie algérienne (3e DIA), avec mission de la mettre sur pied et de l’entraîner. Homme de contact, il acquiert auprès de ses cadres et de ses hommes, français ou musulmans, prestige et confiance, et donne ainsi à la division une âme qui se manifesta avec éclat dès les premiers combats. Il a joué un rôle important dans la création des Corps francs d’Afrique dont il prendra le commandement le 25 novembre 1942.

Sa première tâche est de refouler les Allemands débarqués à Bizerte en Tunisie. Après six mois de combat, la division entre à Tunis au milieu des acclamations de la population. Puis c’est la campagne d’Italie de novembre 1943 à juillet 1944 pendant laquelle la 3e D.I.A. joue un rôle éminent au sein du corps expéditionnaire français en enlevant notamment la crête du Belvédère. Pendant dix jours, la division Monsabert retient, sur un front de 8 km, 27 bataillons allemands sur les 44 opposés à la 5e Armée américaine qui combat sur 70 km de front.

Devant Sienne, que la 3e D.I.A. s’apprête à libérer le 3 juillet, Monsabert répond à un officier qui lui demande d’approuver un plan de préparation d’artillerie « Si vous tirez en deçà du 18e siècle, je vous fais fusiller ! »

Il prend part ensuite au débarquement de Provence, à la reconquête de Toulon, de Marseille et à la défense de Strasbourg, manifestant ses qualités exceptionnelles de meneur d’hommes. Nommé au commandement du 2e corps d’armée, il franchit le Rhin et s’empare de Stuttgart. Il est le premier commandant supérieur des troupes françaises d’occupation en Allemagne3, entre juillet 1945 et septembre 1946.

Après-guerre

Le 30 septembre 1946, le général d’armée de Goislard de Monsabert prend sa retraite, mais son activité demeure grande comme en témoigne son élection comme député gaulliste du Rassemblement du peuple français pour les Basses-Pyrénées de 1951 à 19553, et sa place au sein de l’amicale des anciens de la 3eD.I.A. Au sein du RPF, il dirige la commission de la Défense nationale du Conseil national du parti et, à l’Assemblée, est membre de la commission de la Défense.

Il meurt le 13 juin 1981, laissant derrière lui, pour toutes les générations à venir, l’image d’un chef qui a réuni en lui toute la rigueur de la tradition et tout l’enthousiasme d’un jeune saint-cyrien.

Hommages

La 169e promotion de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr (1982-1985) porte le nom du général de Monsabert.

Au 50e anniversaire de la libération de Sienne fut apposée sur la Porta San Marco une plaque rappelant l’ordre historique du général, en version italienne « Tirate dove volete, ma io vi proibisco di tirare al di la del XVIII secolo ».

Décorations

Décorations françaises

Grand-croix de la Légion d’Honneur (19/05/45) ; Chevalier (10/09/16), Officier (10/07/26), Commandeur (25/10/41), Grand Officier (21/11/44).
Compagnon de la Libération - décret du 20 novembre 1944
Médaille militaire (07/10/46)
Croix de guerre 1914-1918 avec 7 citations (3 palmes et 3 étoiles de vermeil et 1 étoile en argent )
Croix de guerre 1939-1945 avec 5 palmes
Croix de guerre des Théâtres d’opérations extérieurs avec 5 palmes.
Médaille interalliée 1914-1918.
Médaille commémorative de la Grande Guerre.
Médaille coloniale avec agrafe « Maroc » (31/05/26)

Décorations étrangères

Military Cross (GB)
Bronze Star Medal (É.-U.)
Officier de la Legion of Merit (É.-U.)
Grand Officier de l’Ordre de Léopold (Belgique)
Croix de Guerre 1914-1918 (Belgique)
Croix de Guerre 1939-1945 (Luxembourg)
Mérite militaire chérifien (Maroc)

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.