Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Pictons

, par

Les Pictons (Pictones) sont un peuple de la Gaule. Selon les sources et les époques, on les nomme d’abord Pictes qui est également le nom d’un peuple de l’Écosse antique, ou encore bien après la conquête Pictaves (Pictavi).

La période d’indépendance

Territoire

Les limites du territoire des Pictons sont déductibles à partir de trois éléments :

* la toponymie : le toponyme Equoranda ou Ewiranda désigne un élément aquatique servant de frontière ; on le retrouve à Ingrandes dans la commune de Couziers, où il faisait la frontière avec les Andécaves ou Andes (Anjou) ; à Ingrandes, avec les Turons (Touraine) ; à Ingrandes près du Blanc, avec les Bituriges Cubes ; on le retrouve également dans le nom du ruisseau des Équilandes, près de Bourg-Archambault, à la frontière avec les Lémovices (Limousin) ; dans la forêt d’Argenson ; avec une rivière Guirande, au sud de Niort ;

* la numismatique : on retrouve les monnaies pictonnes essentiellement au sud de la Loire-Atlantique à l’intérieur des actuels départements de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Vienne.

* les limites de l’ancien évêché de Poitiers, qui s’est établi au IIIe siècle et a donc repris le découpage de la cité du IIIe siècle, qui s’étendait sur toute la cité (division administrative romaine) des Pictons, et qui est devenu ensuite le comté de Poitou, jusqu’à ce qu’au Xe siècle le Poitou soit amputé du Pays de Retz et des Mauges, puis en 1317 les évêchés de Maillezais et de Luçon en soient détachés.

À partir de ces éléments, on peut établir que le territoire picton s’étendait, avant la conquête romaine, avec certitude sur les départements actuels de la Vienne et des Deux-Sèvres, c’est-à-dire le Haut-Poitou. Il est probable, mais non certain que la Vendée n’en faisait pas partie (probablement occupée par les Ambilatres). L’extension de leur territoire jusqu’à la Loire sur tout son cours inférieur avant la conquête romaine est une hypothèse à peu près abandonnée. En tout cas, après la Conquête, les trois départements forment un ensemble qui dure jusqu’à la Révolution française, soit plus de dix-huit siècles.

Villes et économie

La « capitale » des Pictons était Lemonum, nom celtique de l’actuelle Poitiers, signifiant « l’Ormeraie ». Ce terme proviendrait du gaulois « Lemo- » Orme, qui se compare exactement avec l’irlandais « Lem- » Orme, latinisée Lemonum puis qui est devenu « la cité des Pictons », c ’est-à-dire « Poitiers ». Lemonum était un oppidum situé sur un vaste promontoire au confluent du Clain et de la Boivre.

Organisation politique et cultes

Juste avant la conquête romaine, il apparait que l’État picton est organisé autour de l’ancien système celtique royal, et non d’un vergobret.

Plusieurs noms des tribus voisines des Pictons nous sont arrivés, comme les Ambiliates ou Ambilatres (Vendée actuelle), Agésinates, et les Agnutes ou Anagnutes.

Duratios était roi des Pictons lors de la conquête, mais son pouvoir semblait limité par celui des chefs de guerre pictons.

Monnayage

Le Poitou celte connut une circulation monétaire originale dès la fin du IIe siècle av. J.-C.. Il s’agit de monnaies d’electrum (alliage ternaire or, d’argent et de cuivre). Comme la plupart des monnaies gauloises, il est inspiré du statère macédonien, et des monnaies grecques. de la colonie d’Empuries en Catalogne.

* Au droit, on retrouve une tête humaine, avec des arabesques et des points ;

* Au revers, on a un cheval à tête humaine surmonté d’un aurige qui brandit une couronne.

Ces motifs inspirèrent directement le monnayage des Namnètes, tant l’influence politique, ainsi que la stabilité économique pictonne, étaient importants sur cette région de la Loire. Les monnaies pictonnes s’enrichissent rapidement d’un motif qui est propre à la nation Picte : la main ouverte sous le cheval.

On retrouve abondamment ces monnaies dans la Vienne et les Deux-Sèvres, et en faible quantité en Vendée.

Il existe également au Ier siècle av. J.-C. une série d’argent, ornée d’un cavalier ailé qui saute une fleur de type lys, proche du monnayage Bituriges. Son caractère proprement Picton est cependant moins certain.

La Guerre des Gaules et la fin de l’indépendance

Les Pictons faisaient partie des peuples qui pouvaient se sentir menacés par la migration des Helvètes vers le territoire des Santons, dans le cas où elle se serait effectuée par le nord du Massif central. Ils avaient donc tout intérêt à l’intervention de Jules César.

Tout comme les Santons, ils fournirent une flotte à César en 56 av. J.-C. Leur chef Duratios resta fidèle à César lors de l’insurrection de 52 av. J.-C. Cependant, Vercingétorix demanda des renforts à tout les peuples de la Gaule, dont 8000 hommes aux Pictons, qui lui furent envoyés. Le peuple Picton était donc partagé. Le contingent favorable à Vercingétorix rejoignit le chef des Andes Dumnacos à Angers, qui se dirigea alors vers Lemonum pour y assiéger Duratios. Celui-ci envoya un courrier au légat romain Caius Caninius, qui vint depuis le territoire des Rutènes lui apporter du soutien. Mais n’ayant que des troupes de peu de valeur, il se construisit un camp retranché afin de résister à Dumnacos. Celui-ci l’assaillit durant plusieurs jours sans réussir à le pénétrer.

Dumnacos prit la fuite en apprenant que le légat Caius Fabius, qui obtenait allégeance des peuples entre Beauvais et Tours, se portait au secours de Caninius.

Étant resté fidèle en majorité à César, la cité pictonne, c’est-à-dire la subdivision administrative romaine qui fut attribuée aux Pictons lors de l’organisation de la Gaule en provinces romaines entre 16 av. J.-C. et 13 av. J.-C., fut probablement augmentée du territoire des Ambilatres et des Agnutes (probablement la Vendée).

La paix romaine

Bien que bénéficiant de la paix romaine, notamment par de nombreuses constructions urbaines (voir Histoire de Poitiers), le peuple des Pictons, comme tous les peuples gaulois, n’est pas romanisé en profondeur. Dès le milieu du IIe siècle, les bornes milliaires indiquent les distances en lieues gauloises, et plus en milles romains. En 237, on trouve la première mention du changement progressif du nom de Limonum en Poitiers.

La cité des Pictons est néanmoins prospère, comme en témoignent les agglomérations qui se sont développées autour de sanctuaires ruraux, comme Sanxay, et les Tours Mirandes à Vendeuvre dans les deux premiers siècle de l’ère chrétienne. D’autres agglomérations se sont encore développées à partir du IIIe siècle, comme le Vieux-Poitiers à Naintré, commune qui a également livré deux tombeaux exceptionnels (les Dames de Naintré). Ce bourg ne disparaît qu’avec les invasions normandes du IXe siècle. Au 1ersiècle après J-C., le géographe Strabon[2] mentionne également les deux principales villes pictonnes de l’époque : Lemonum (Poitiers) et Ratatium (Rezé). Ce port servait au commerce avec les îles Britanniques[réf. nécessaire].

Après que Constantin Ier ait donné droit de cité au christianisme, celui-ci se répand de plus en plus rapidement. Saint Hilaire est le premier évêque assuré de Poitiers vers 350. Il accueille le futur saint Martin de Tours, qui fonde à Ligugé le plus ancien monastère de Gaule, encore en activité aujourd’hui.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.