Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Helvètes

, par

Les Helvètes sont un ensemble de peuples celtes ou germano-celtiques, établis sur le territoire de la Suisse actuelle et limitrophes des Germains subrhénans.

Guerre des Cimbres

"Les Romans passant sous le joug" de Charles Gleyre, 1858. Triomphe des Helvètes sur les Romains à la bataille d’Agen. A gauche, armé de l’épée, Divico.
"Les Romans passant sous le joug" de Charles Gleyre, 1858. Triomphe des Helvètes sur les Romains à la bataille d’Agen. A gauche, armé de l’épée, Divico.

La première mention historique des Helvètes est l’invasion, durant l’épisode dit de la guerre des Cimbres, au côté des Cimbres, des Ambrons et des Teutons, de la Gaule narbonnaise par les troupes tigurines de Divico. Vainqueurs des troupes romaines de Lucius Cassius à la bataille d’Agen en -107. Après une seconde victoire à Orange en -105, les troupes tigurines semblent s’être retirées du conflit avant les défaites contre Gaius Marius en -102 et -101.

Guerre des Gaules

Les Helvètes jouèrent un rôle déterminant dans le commencement de la Guerre des Gaules en entamant une migration forcée vers la Saintonge après avoir brûlé leurs terres, sous le roi Orgétorix. Les raisons de cette migration sont obscures : ils pouvaient fuir devant la pression germanique, ou bien agir ainsi sur la base d’autres motifs à caractère démographique ou économique. La confédération helvète était formée notamment des Verbigènes, des Tigurins et des Tugènes. Les Tulinges et les Latobrices, germains, se joignirent à eux. Les Boïens (celtes) firent de même. Le cas des Ambrons (peut être de « amba », petite rivière) est discuté.

Jules César les affronta en -58, une première fois sur le territoire des Séquanes, dans la Saône, puis à la bataille de Bibracte, alors qu’ils étaient menés par Divico. Il note qu’ils étaient 368 000 (dont 92 000 guerriers) au début des combats et 110 000 à la fin. Ces chiffres sont bien entendu sujets à caution. Les Helvètes sont refoulés, mais les Boïens restèrent en Gaule, fixés entre les Éduens et les Arvernes. Il s’agissait d’empêcher que des Germains d’outre-Rhin s’installent aux confins de la Narbonnaise, ce qui aurait constitué une menace directe pour Rome. En tout cas, l’incident permit aux Romains de prendre pied en Gaule. En -52, les Helvètes envoyèrent malgré tout un contingent de 10 000 hommes à Vercingétorix.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.