Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Mjôllnir

, par

« Concasseur » (?), étymologie contestée. Marteau de Thôrr.

C’est le « marteau » de Thôrr et, ce dieu incarnant le tonnerre, la (ou le) foudre ; il a la vertu de revenir dans la main du dieu, tel un boomerang. Selon Snorri Sturluson, Loki l’a fait fabriquer par des nains merveilleux, mais, les ayant distraits dans leur travail, le manche est resté trop court ! Dans la Thrymskvida (Edda poétique), le géant Thrymr dérobe le marteau et ne le rendra à Thôrr que si on lui remet pour femme Freyja ; pour le récupérer, Thorr est alors obligé, sur les instances de Loki, de se faire passer pour Freyja en revêtant un voile de mariée et le collier des Brisingar. Thôrr se sert de lui lors de ses très nombreux combats contre des géants. Mais Mjôllnir n’est pas exclusivement l’instrument de la force et de la vertu guerrière du dieu. Il assume d’autres fonctions, sans doute plus profondes et plus archaïques encore. En premier lieu, il est gage de fécondité. Comme l’a fait remarquer G. Dumézil, la foudre et l’orage étant suivis d’une pluie régénératrice, Thôrr préside ainsi à la fertilité. C’est pourquoi nous lisons souvent : « Que Thorr bénisse [ou consacre] ces runes », « cette inscription », etc., claire réminiscence des gravures rupestres, où un personnage brandissant une hache « consacre » un hieros gamos qui se déroule sous ses yeux. La Suède a conservé jusqu’au début de ce siècle la coutume du hammarsang, qui consistait à dissimuler un marteau dans le lit des jeunes mariés le soir de leurs noces. Cet objet aux fonctions magiques évidentes figure sur de nom­breux supports. À l’époque de la christianisation, il a dû servir de pendant à la croix chrétienne, comme en attestent des moules de fondeurs permettant de fabriquer indifféremment marteau ou croix. Ajoutons que Mjbllnir a de nombreux correspondants dans le domaine indo-européen.


Régis Boyer - Héros et Dieux du Nord - Ed Tout L’Art (1997)

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.