Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

LSSL : Landing Ship Support Large

, par


Le LSSL est la nouvelle désignation, heureusement simplifiée en même temps, du LCS(L)(3), ou LCS(L).Mk3 ; comme c’est le seul LCS(L) de construction américaine. (le Mk.1 et le Mk.2 ayant été britanniques et éphémères), il n’y a plus à différencier de variantes à l’intérieur de la nouvelle catégorie, d’où la dénomination LSSL. Cette famille de bâtiments est relativement, récente (1944-45) et peu nombreuse comparée aux autres (130 unités).

La silhouette générale est assez semblable à celle du LCI, car les deux types de bâtiments sont, construits sur les mêmes plans de coque. Ils ont également même système de propulsion : deux groupes de quatre moteurs Gray-Marine attelés à deux lignes d’arbres.

Dimensions

Longueur : 48.30 m
Largeur : 7.10 m
Tirant d’eau : 1.90 m

Déplacement

Lège : 230 t
Pleine charge : 387 t
Electronique embarquée
Un radar modèle "SL"
Un radar DRBN30

Energie - Propulsion

Motorisation : quatre moteurs Gray-Marine attelés à deux lignes d’arbres.
Puissance : 1000 CV
Vitesse  : 25.5 nds
Autonomie : 8000 nq à 12 nds
Armement (1ère série) :
un canon de 76mm
quatre canons de 40mm Bofors, télécommandés
quatre canons de 20 mm Oerlikon (deux de chaque bord)
deux mortiers de 81mm
Personnel
3 officiers, 55 officiers-mariniers et hommes d’équipage commandés par un lieutenant de vaisseau.

L’armement du LSSL, très important, justifie pleinement l’appellation de Support Ship, bâtiment de soutien ; Les canons de 40 sont montés en deux affûts doubles, chaque affût étant entraîné par un poste de télécommande Mk.51 : on peut donc tirer simultanément sur deux objectifs différents ; de plus, le poste de télécommande de l’avant est directement contigu à la passerelle, ce qui permet au commandant de l’avoir dans son champ d’action immédiat, sans l’intermédiaire du téléphone et quelles que puissent être les perturbations entraînées par le vacarme du combat ....

Les LSSL, beaucoup plus performants dès l’origine que les LCI, reçoivent, pour les opérations d’Indochine, sensiblement moins de modifications que ces derniers. Cependant, l’expérience de la bataille du Day (Ninh-Binh et Yen-Cu-Ha, 29 mai au 7 juin 1951), où le LSSL-6 est marqué de nombreux impacts, montre la nécessité de blinder certaines parties des superstructures, et de protéger par des masques les servants du canon de 76mm ; ces modifications sont exécutées sur tous les LSSL, au détriment de leurs qualités nautiques. D’autre part, l’équipement d’origine comporte un radar, modèle "SL", correspondant aux besoins de la navigation en mer et à la production la plus courante à l’époque de la construction des bateaux (1944) ; les besoins de la navigation en rivière, de nuit et par temps de brume, et les nécessités opérationnelles (il faut détecter en toutes circonstances des objets tels que des sampans ou des mines dérivantes) conduisent à installer un radar supplémentaire, mieux adapté au problème : le petit radar DRBN30, récemment produit en France.

Oubliant peut-être ce qu’ont été les "cuirassés de rivière", certains qualifient les LSSL de "croiseurs du fleuve" : l’appellation est singulièrement mieux justifiée !

Les circonstances font que les six premiers LSSL se voient attribuer successivement, après leur numéro d’ordre américaine deux séries de numéros ! L’attribution finale de noms est destinée à leur conférer une plus grande "dignité" (dans le sens où un engin numéroté n’est pas - peut-être - un bateau "’digne de ce nom").
U.S.Navy

Les trois derniers LSSL, transférés en 1954 seulement, passent directement de leurs numéros dans l’US Navy (35, 65 et 105) à leurs noms dans la Marine Française, respectivement Etendard, Oriflamme et Framée. Ils sont légèrement différents des premiers (canon de 76 remplacé par un cinquième canon de 40).

Après la fin de la guerre, l’Arbalète, l’Arquebuse et la Framée dont transférées à la Marine Vietnamienne ; les six autres sont restituées à l’US Navy.


sources netmarine.net

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.