Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Trafalgar (1805)

, par

La bataille navale de Trafalgar opposa le 21 octobre 1805 la flotte franco-espagnole sous les ordres de l’amiral Villeneuve, à la flotte britannique commandée par le vice-amiral Nelson.Nelson devait y trouver la mort, mais la tactique géniale qu’il avait mise en œuvre valut aux Britanniques une victoire totale malgré leur infériorité numérique. Les deux tiers des navires franco-espagnols furent détruits, et Napoléon, faute d’une flotte suffisante, dut renoncer à tout espoir de conquête du Royaume-Uni.

Cette victoire marque également la suprématie britannique sur les mers, qui allait rester incontestée jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Le 21 octobre reste célébré dans tout le Royaume-Uni sous le nom de « Trafalgar Day ».

La marine de guerre française porte toujours le deuil de la défaite par la couleur noire de la cravate d’uniforme.

Contexte

Suite à la reprise des hostilités entre la France et le Royaume-Uni, le 18 mai 1803, après l’éphémère paix d’Amiens, Napoléon Ier commence à réunir une armée, au camp de Boulogne, dans le but d’envahir les îles Britanniques, et d’en finir avec son plus coriace ennemi.

Mais pour permettre à la flottille de transport de traverser la Manche, il doit obtenir une supériorité au moins temporaire, contre la Royal Navy. Pour la réaliser, il lui faut rassembler ses deux flottes principales, celle de l’Atlantique, basée à Brest et celle de la Méditerranée, alors basée à Toulon. Mais ces deux flottes sont sous la surveillance constante de la Royal Navy, ce qui rend leur jonction difficile. De plus d’autres flottes peuvent être mobilisées pour cette action, à savoir la flotte espagnole, maintenant alliée de la France et les autres escadres, présentes sur la façade atlantique, comme celle de Rochefort.

La flotte à Brest, commandée par le vice-amiral Ganteaume, forte de vingt et un vaisseaux de ligne est étroitement surveillée par l’amiral William Cornwallis et son escadre, et ne peut appareiller sans combattre. Cependant, le vice-amiral Horatio Nelson, qui commande la Mediterranean Fleet qui fait face à l’escadre de Toulon, a décidé d’appliquer un blocus très lâche, car il espère inciter l’amiral français Pierre deVilleneuve à prendre la mer, et qu’il pourra ainsi livrer bataille . Malgré les réticences de Villeneuve, qui a déjà connu la défaite contre Nelson à Aboukir en 1798, Napoléon pousse celui-ci à appareiller en direction des Antilles, où la flotte espagnole et celle de Ganteaume, forçant aussi le blocus, le rejoindront. Grâce à des tempêtes qui empêchèrent les navires britanniques de maintenir leurs positions de guet, Villeneuve fait voile le 29 mars 1805, s’échappe du piège de Nelson, passe le détroit de Gibraltar le 8 avril, et arrive aux Antilles, le 12 mai, avec onze vaisseaux. Une flotte espagnole, forte de neuf vaisseaux l’y rejoint. Fort de ses vingt navires de ligne, Villeneuve, pourtant pressé par les officiers de l’armée française de participer à la reprise des îles conquises par les Britanniques, reste inactif pendant un mois, attendant Ganteaume, qui n’a même pas quitté son port. Le 7 juin, suite à la capture d’un navire de commerce britannique, il apprend que Nelson et sa flotte, malgré les vents contraires qui les ont retenus, est enfin arrivé dans les Caraïbes. Villeneuve décide alors d’appareiller pour retourner en Europe, ce qu’il fait le 11 juin.

Le 9 juillet, il arrive au Cap Finisterre, mais les vents contraires l’empêchent de rentrer dans le golfe de Gascogne avant le 22. Entre-temps, le vice-amiral Robert Calder, qui montait la garde devant Rochefort et Ferrol, a appris le retour du Français, et le 22, il a rassemblé sa flotte de quinze vaisseaux pour l’attendre au Cap Finisterre. La bataille qui suit, le 23, où Villeneuve perd deux navires espagnols, dissuade celui-ci de poursuivre au nord. Malgré l’avantage du vent, il fait demi-tour et arrive à La Corogne le 1er août. Les ordres de Napoléon qui l’attendent sont clairs : voguer au nord, vers Brest, mais nerveux devant les démonstrations de la Navy, Villeneuve décide de rejoindre Cadix.

Le 15, Cornwallis prend la lourde décision de détacher vingt de ses vaisseaux pour renforcer Calder contre Villeneuve, ce qui ne lui en laisse que onze pour garder la Manche. Mais, entre-temps, avec la menace des troupes autrichiennes et russes, aux frontières de l’est, les trois corps d’armée de Napoléon Ier, sans nouvelle de leur flotte, quittent le Camp de Boulogne le 26 août, et entament la grande marche vers l’est qui les mène vers Austerlitz.

Horatio Nelson, revenu au Royaume-Uni après deux ans en mer, est chargé de commander cette nouvelle flotte. Retardé par les réparations du HMS Victory, il ne prend la mer que le 15 septembre et ne rejoint sa flotte que le 29. Il ne place devant Cadix qu’une flottille de frégates sous les ordres du capitaine Blackwood. Ses navires de ligne eux, attendent, hors de vue, à environ 50 miles de là. Il doit détacher six d’entre eux du 2 au 15 octobre, pour aller chercher du ravitaillement à Gibraltar ; de plus, le HMS Prince of Wales a quitté la flotte pour ramener Calder au Royaume-Uni, où il doit répondre de son manque d’audace du 23 juillet.

L’amiral Villeneuve, de son côté, semble peu enclin à quitter Cadix : ses capitaines s’y opposent et il craint Nelson. Il a reçu des ordres de l’amiral Decrès, commandant la flotte française, de revenir en Méditerranée, mais seule l’annonce de l’arrivée de son remplaçant, le vice-amiral François Rosily, à Madrid, le 18 octobre, ajoutée au rapport d’intelligence signalant six vaisseaux britanniques à Gibraltar, le décide. Le 20 octobre, soudainement partisan du départ, il quitte le port après une rapide préparation de ses navires, et formé en trois colonnes, se dirige sur le Détroit de Gibraltar. Le soir même, l’Achille signale dix-huit navires britanniques à leur poursuite dans le nord-est. Durant la nuit, Villeneuve décide de former sa flotte sur une ligne et de se préparer au combat.

Un message célèbre

Horatio Nelson élabora un message destiné à galvaniser ses hommes, juste avant la bataille, il fit hisser par pavillons le message « England expects that every man will do his duty » (« L’Angleterre attend de chacun qu’il fasse son devoir »). Suite au résultat de la bataille, cette phrase restera célèbre dans le vocabulaire anglo-saxon.

La bataille

La victoire de l’amiral Nelson tient à une manœuvre géniale, consistant en un renversement de la tactique habituelle de combat en mer. Au XVIIIe siècle, lorsque deux flottes s’affrontaient, elles se disposaient en deux longues files perpendiculaires au vent (d’où le terme de vaisseau de ligne), et naviguaient l’une vers l’autre. Elles remontaient toutes deux lentement le vent et en se croisant, elles se canonnaient. Les deux flottes faisaient généralement demi-tour pour un deuxième passage face à face. La victoire tenait surtout au nombre de canons disponibles, à la rapidité de manœuvre des équipages et à la coordination entre les différentes unités de la flotte.

À Trafalgar, Nelson se trouvait face à deux flottes hétérogènes et qui n’avaient jamais navigué ou combattu ensemble. Leur ordre de bataille était approximatif. Il décida alors, se trouvant en infériorité numérique, de bousculer les habitudes. Au lieu d’orienter sa flotte perpendiculairement au vent, il la place vent arrière, ce qui lui donne beaucoup de vitesse (rendant aussi les coups au but plus difficiles), et dispose ses navires sur deux files côte à côte. Ces deux files forment une épée qui transperce la flotte Franco-Espagnole à angle droit en son milieu ; celle-ci est alors coupée en deux et incapable de réagir. Après avoir durement touché l’adversaire, la flotte de Nelson fait demi-tour et revient faire un second passage dans la ligne désorganisée des Franco-Espagnols.

Les conséquences

La victoire anglaise est totale, les Français et les Espagnols perdent 22 navires, 4400 marins tués ou noyés, 2500 blessés et plus de 7000 prisonniers.

Cette défaite maritime conduira Napoléon Bonaparte à recentrer ses efforts sur l’Europe continentale.

A plus long terme, cette bataille va contribuer à la création d’un mythe, la bataille navale décisive sauvant le Royaume-Uni. C’est ainsi que, pendant la Première Guerre Mondiale, la bataille du Jutland, et ses résultats mitigés, susciteront une vive controverse, cette bataille entre dreadnoughts étant appréciée à la lumière de la victoire de Nelson.

Commémoration de la bataille

L’une des places les plus célèbres de Londres, Trafalguar Square, porte le nom de la bataille. Elle est ornée d’une statue de l’amiral Nelson.

En 2005, une série de cérémonies officielles a commémoré le bicentenaire de la bataille de Trafalguar dans le Royaume-Uni. Six jours de célébrations ont eu lieu à la cathédrale Saint-Paul, où Nelson est enterré. La reine d’Angleterre a assisté le 28 juin à la plus grande revue de la flotte des temps modernes. Une flotte réunissant des bateaux britanniques, espagnols et français a conduit des manœuvres navales le 21 octobre dans la baie de Trafalguar, près de Cadix, en présence de nombreux descendants des combattants de la bataille.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.