Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Horatio Nelson

, par

Horatio Nelson

Horatio Nelson, vicomte Nelson (29 septembre 1758-21 octobre 1805), vice-amiral britannique, commandait la flotte britannique à la bataille de Trafalgar. Il est couramment appelé l’amiral Nelson en français (Lord Nelson, chez les Britanniques).

Horatio Nelson est né à Burnham Thorpe en Angleterre du Révérend Edmund Nelson et de Catherine Suckling Nelson. Il perdit sa mère à l’âge de neuf ans. Il apprit la navigation à Barton Broad, et dès l’âge de 12 ans, il s’était engagé dans la Royal Navy. Sa carrière débutat le 1er janvier 1771, quand il devint aspirant sur le vaisseau de guerre Reasonable, commandé par son oncle maternel. En 1777 il était lieutenant, assigné aux Caraïbes (West Indies), période pendant laquelle il participa à la guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique dans le camp anglais. Dès l’âge de 20 ans, en juin 1779, il est nommé capitaine ; la frégate Hitchenbroke fut son premier commandement.

Il perdit son œil droit à la bataille de Calvi en 1794, et son bras droit à Ténériffe en 1797.

Le 1er août 1798, l’escadre française de l’expédition d’Égypte est surprise au mouillage en baie d’Aboukir par la flotte de Nelson. La bataille est effroyable et, malgré l’équilibre des forces et un matériel souvent supérieur, l’engagement tourne au désastre pour les Français. Seuls deux vaisseaux parviennent à s’échapper. La bataille sera décisive pour la suite de l’expédition. Privée de sa flotte, l’armée d’Orient restera prisonnière de l’Égypte.

Il est surtout célèbre, notamment pour ses concitoyens dont il reste un héros présent dans la mémoire, à la bataille navale de Trafalgar, où la flotte britannique s’oppose à une coalition franco-espagnole. Alors que la flotte qu’il commande est inférieure en nombre à celle de ses adversaires, elle parvient à briser la ligne lui donnant une victoire décisive.

Il laisse cependant la vie au cours du combat.

Sa statue sur une colonne domine le célèbre Trafalgar Square au centre de Londres (ainsi que devant la mairie de Montréal) et son navire-amiral, le HMS Victory, le plus vieux navire appareillé dans le monde, est toujours accessible au public en rade de Portsmouth. [modifier]

Anecdotes

Statue de l’amiral Nelson à Montréal, devant la Mairie. Selon certaines sources, les ordres venant de terre lui auraient ordonné face à la coalition de battre en retraite, mais il aurait alors placé sa lunette sur son œil borgne et aurait répondu à ses hommes « Je ne vois pas le message » (I don’t see the message). Selon différentes sources, il aurait demandé à un officier nommé Hardy de l’embrasser (Kiss me, Hardy), juste avant de mourir. Selon d’autres sources, ses derniers mots auraient été : « À boire ! ». La deuxième statue en son honneur, en importance, est à Montréal, au Québec, alors qu’il n’a jamais posé le pied au Canada.


source wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.