Publicité

Publicité
Publicité
Supportez HdM en donnant un peu de temps de processeur, ça ne vous coute rien, cliquez sur "Start Mining" pour donner votre accord
Loading...

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Bataille du pont d’Arcole

, par

La bataille du pont d’Arcole s’est déroulée du 15 au 17 novembre 1796 (25 au 27 brumaire an V) lors de la première campagne d’Italie. Elle opposa les 19 000 Français de l’armée d’Italie, sous les ordres de Napoléon Bonaparte, aux 24 000 hommes de l’armée autrichienne, commandée par le général Josef Alvinczy.

Contexte

Une nouvelle armée autrichienne, sous les ordres de Josef Alvinczy, entre en Italie pour en refouler Bonaparte. Divisée en deux colonnes, elle affronte les Français à plusieurs reprises. Bonaparte réussit à battre Alvinczy à Brenta, mais le général Vaubois est battu à Rivoli puis à La Corona. Bonaparte, fragilisé par les défaites de Vaubois, doit se retirer sur Vérone.

Tentant sans succès d’enlever la position de Caldiero, le général Bonaparte laisse la garde de Vérone au général Kilmaine, et descend le long de l’Adige pour rencontrer les Autrichiens.

Déroulement

Prélude

L’armée française traverse l’Adige à Ronco, et se dirige vers l’un de ses affluents, l’Alpone . Durant deux jours de bataille, les Français tentent de passer, mais la manœuvre de tenaille effectuée par les généraux Pierre Augereau et André Masséna échoue.

Le passage du pont d’Arcole

Les forces françaises tentent de prendre le village d’Arcole en franchissant l’Alpone par un pont sous le feu des forces autrichiennes. Augereau passe l’Adige mais est repoussé par un feu violent devant le pont d’Arcole, tandis que Masséna s’enlise dans les marais. Dans les premiers assauts, le général Lannes est à la tête de deux bataillons de la 58e demi-brigade et tente de traverser ; ses troupes doivent reculer devant la violence du feu ennemi, et leur chef est blessé par deux fois.Augereau l’appuie avec trois bataillons. Lannes doit être transporté à l’ambulance de Ronco pour se faire panser.

Augereau tente alors d’emmener ses troupes sur la digue : prenant un drapeau, il s’élance le premier, mais les soldats ne le suivent pas. Alors commandant de l’armée d’Italie, Bonaparte saisit lui aussi un drapeau, s’élance sur le pont et l’y plante.

Joseph Sulkowski, témoin de la campagne d’Italie et aide de camp préféré de Bonaparte, d’origine polonaise, décrit la scène :

« En attendant, le général en chef, instruit de l’état des affaires, s’était déjà avancé lui-même à moitié chemin : on lui apprend les pertes irréparables qu’on vient de faire, l’obstination de l’ennemi, le découragement de nos soldats. Le combat était engagé, il fallait vaincre ou périr, et il prend un parti digne de sa gloire. Nous le voyons tout à coup paraître sur la digue, entouré de son état-major et suivi de ses guides, il descend de cheval, tire son sabre, prend un drapeau et s’élance sur le pont au milieu d’une pluie de feu. Les soldats le voient et aucun d’eux ne l’imite. »

Un autre témoin décrit la suite : « Sa colonne l’avait à moitié franchi lorsqu’un feu de flanc la fit rétrograder. Les grenadiers enlevèrent Bonaparte et l’entrainèrent, il fut précipité dans un marais où il enfonça jusqu’à mi-corps. Lannes qui était blessé était accouru de Milan, il couvrit le général de son corps. Muiron aide de camp en fit autant et il fut tué ainsi que le général Jean Gilles André Robert ».

L’intervention de Lannes, à cheval alors que ses grenadiers sont à pied, permet à Bonaparte de se dégager des troupes adverses, alors que le général en chef se retrouvait entouré de toute part. Bonaparte tente alors d’envoyer des renforts à Masséna mais tombe dans un marécage. C’est le général Belliard qui rallie ses hommes et sauve à nouveau Bonaparte.

Celui-ci ordonne à ses tambours d’aller discrètement sur les arrières des Autrichiens et de faire le plus de bruit possible afin de faire croire que des renforts sont arrivés, tambours parmi lesquels André Estienne fut décoré de la légion d’honneur. Alvinczy, pensant que les Français sont en train d’attaquer ses arrières, désunit sa solide défense et poursuit les tambours avec son armée, ce qui permet à Masséna de traverser l’Adige. Bonaparte donne alors ordre à Masséna et à Augereau de prendre l’armée ennemie en tenaille par un gué découvert par Masséna, ce qui permet de l’anéantir.

Conséquences

L’armée française est victorieuse et reste solidement accrochée dans le nord de la péninsule italienne. Le siège de Mantoue continue, et la campagne aboutit courant 1797 à l’éviction des Autrichiens de la péninsule italienne.

Quatre jours après l’événement, Bonaparte décrit la bataille au Directoire :

« Ce fut en vain que les généraux, sentant toute l’importance du temps, se jetèrent à la tête pour obliger nos colonnes de passer le petit pont d’Arcole : trop de courage nuisit : ils furent presque tous blessés : les généraux Verdier, Bon, Verne, Lannes furent mis hors de combat […] Le général Lannes, blessé déjà de deux coups de feu, retourna et reçu une troisième blessure plus dangereuse. »

Le drapeau

Le drapeau que Bonaparte avait porté sur la digue d’Arcole fut envoyé au Directoire. Plus tard au mois de février 1798, le Corps législatif fit hommage de ce drapeau à l’ancien général en chef de l’armée d’Italie. Bonaparte le donna à Lannes pour son action héroïque sur le pont. Longtemps conservé dans la famille du duc de Montebello, ce drapeau a disparu sans qu’on puisse savoir au juste à quelle époque. Détail qui paraît singulier au premier abord : le drapeau était presque blanc. C’était le drapeau d’un des bataillons de la 5e demi-brigade. Or, d’après un décret de 1794, si tous les drapeaux devaient porter les trois couleurs nationales, un seul, appelé "premier drapeau", présentait les dispositions actuellement réglementaires, les trois couleurs disposées en zones verticales, bleu, blanc et rouge. Pour les autres drapeaux la fantaisie de chaque chef de corps se donnait libre carrière. Les drapeaux de la 5e demi-brigade étaient blancs avec de petits losanges bleus et rouge figurés dans les quatre angles. Tel fut en effet le drapeau porté par Bonaparte sur la digue d’Arcole.

Informations générales


Date
15 -17 novembre 1796
Lieu Arcole
Issue Victoire française
Belligérants République française Saint-Empire
Commandants Napoléon Bonaparte Josef Alvinczy
Forces en présence 19 000 hommes 24 000 hommes
Pertes 3 500 morts ou blessés
1 300 prisonniers 535 morts
1 535 blessés
4 141 prisonniers
11 canons perdus


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.