Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La premiere chasse du grand duc

, par

L’épisode suivant décrit la première mission de combat du Heinkel He 219, chasseur de nuit surnommé « Uhu » (grand duc ) dans la Luftwaffe. As de la chasse de nuit et commandant de groupe dans
le Nachtjagdgeschwader 1, Walter Streib effectua la première mission de guerre sur He 219 en juin 1943. Après avoir décollé de Venlo, aux Pays-Bas, il obtient cinq victoires au cours d’une sortie qui se révéla
la plus fructueuse de toutes celles menées par le Uhu, et l’une des plus remarquables du conflit en matière de chasse de nuit.
Traduit du récit original, paru en allemand dans Aces High, par Constable, et publié chez Toliver.

Streib était toujours le commandant du I./NJG I lorsque les premiers He 219 arrivèrent à Venlo. Les mécanos apprêtèrent les machines tant attendues avec un enthousiasme fébrile. Le He 219 avait pratiquement été leur unique sujet de conversation pendant les mois précédents. Lorsque Streib décolla sur le nouveau chasseur de nuit, dans la nuit du 11 juin 1943, le personnel des usines Heinkel et les hommes du NJG 1 avaient le sentiment qu’une nouvelle époque débutait pour la chasse de nuit. Ils avaient raison.
Accompagné du sergent Eischer, son radariste installé à l’arrière de l’habitacle, Streib se glissa sans peine dans une noria de bombardiers de la R.A.F. en route pour Berlin. Son chasseur rapide lui permit de tourner autour des lourds Lancaster. En outre, la puissance de feu du Uhu était fantastique.
Quatre canons de 30 mm logés dans une nacelle sous fuselage et deux autres de 20 mm montés dans les raccords aile-fuselage conféraient à l’appareil une capacité de destruction énorme. Une rafale courte et bien ajustée suffisait à expédier au sol l’appareil le plus lourd.
Streib vola une demi-heure durant dans le flot des bombardiers. Se fondant sur les caps que lui transmettait Fischer, il s’en approcha de plus en plus et, quand il fut à bonne portée, fit feu de ses six canons.
Ces derniers se trouvant sous le fuselage, les lueurs provoquées par les tirs ne pouvaient donc perturber la vision nocturne du pilote. Les rafales concentrées ne ratèrent pas leurs cibles. Les bombardiers explosèrent les uns après les autres ou s’abattirent en flammes, emportés par leur masse de dix tonnes, véritables cercueils enflammés pour leurs dix membres d’équipage.

Une demi-heure après avoir pénétré dans la noria des Lancaster, Streib avait crié cinq fois « Pauke ! Pauke ! » (cri de victoire des chasseurs de nuit de la Luftwaffe). Ces cinq victoires furent toutes confirmées par le contrôle radar au sol. L’avion vainqueur ne subit pas la moindre égratignure pendant ces combats, en dehors d’un film d’huile opaque sur le pare-brise, provenant d’un des moteurs Merlin d’un Lancaster abattu dont l’hélice avait projeté le liquide visqueux vers l’appareil de Streib.
Cette machine agile s’était montrée capable d’éviter les tirs des douzaines de mitrailleuses des bombardiers de la R.A.F. Streib avait mené son attaque de façon magistrale et abattu ses adversaires sans avoir eu à s’exposer à leurs réactions.
Il n’y eut aucun problème jusqu’au moment où Streib entama son vol de retour vers l’aérodrome de Venlo. Là, il ne put sortir ses volets, et la couche de cambouis recouvrant le pare-brise rendit la situation encore plus dramatique. Obligé d’effectuer son approche à plus de 160 km/h et par nuit noire, Streib endommagea son Uhu flambant neuf.
Il termina sa mission à la manière d’Hollywood, en séparant son habitacle du reste de l’avion. Toujours harnachés, Streib et Fischer accomplirent un court vol involontaire quand leur habitacle glissa tout au long de la piste avant de s’immobiliser dans l’herbe.
Ils quittèrent leur avion hébétés, mais triomphants et indemnes. Les rapports concernant les cinq bombardiers descendus furent rapidement acheminés à Venlo. Le baptême du feu du He 219 se termina peut-être de piteuse façon, mais il ne faisait pas de doute que le nouveau chasseur tiendrait toutes ses promesses en combat aérien.


Sources Special Mach1 ed Atlas 1981 " Les chasseurs de nuit de la lutfwaffe"

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.