Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Jean Maridor

, par

Jean Maridor, né le 24 novembre 1920 à Graville, faubourg du Havre et mort le 3 août 1944 au dessus de Benenden (Kent, Angleterre), est un aviateur français.

Jeunesse et débuts de pilote

Passionné d’aviation dès son plus jeune âge, mais, issu d’un milieu modeste et n’ayant pu faire de bonnes études, il entra en apprentissage chez un coiffeur, tout en prenant des cours de vol dans un aéro-club ; et c’est ainsi qu’à peine âgé de 16 ans il obtint son brevet "B", et deux ans plus tard son brevet "A".

En mai 1939 il rejoignit l’ Armée de l’Air à la base d’Istres, il obtint ses "ailes" de pilote militaire à la fin de septembre de la même année. Il entreprit alors une formation sur Dewoitine D.520, en mars 1940, et lorsqu’il put rejoindre une unité de combat, en juin 1940, comme caporal-pilote, il reçut l’ordre, 48 heures après son arrivée, de détruire son appareil par le feu, pour cause d’Armistice. Il décida alors de rejoindre la Grande-Bretagne, s’embarquant sur l’Arandora Star, chargé de troupes polonaises, en partance de Saint-Jean-de-Luz.

Carrière dans la RAF

Après s’être engagé dans les "Forces Aériennes Françaises Libres" et avoir suivi un entraînement au sein du centre de formation de la RAF de Sutton Bridge, il fut muté au 615 Squadron où, volant sur Hurricane II, il obtint une première victoire aérienne, le 14 octobre 1941 : un He.59, abattu en coopération avec un autre pilote prés d’Ostende.

En février 1942, promu officier (Pilot Officer), il rejoignit le 91 Squadron, équipé de Spitfires, au sein duquel il se spécialisa dans l’attaque de navires ennemis, tout en participant à de nombreux combats aériens au cours desquels il fut crédité de plusieurs victoires homologuées. À partir de juin 1944 il se spécialisa dans la chasse des V1 et eut à son palmarès 11 bombes volantes.

Le 3 août 1944, au cours d’une de ces dangereuses sorties aériennes, le capitaine Jean Maridor aperçoit un V1 qui se dirige droit sur l’hôpital de Benenden. N’ayant pu l’abattre en vol, il précipite son appareil contre le V1 à pleine vitesse, sacrifiant volontairement sa vie en détruisant sa onzième bombe volante.

Sa dépouille sera inhumée pré de Londres et sera rapatriée en France en 1948. Les funérailles seront organisées au Havre le 19 décembre 1948.

Palmarès

Jean Maridor était crédité de 4 victoires homologuées (3 individuelles et 1 en coopération), 2 victoires probables et 3 endommagés, succès aériens auxquels il faut ajouter 20 navires coulés.

Décorations

* Compagnon de la Libération

* Commandeur de la Légion d’honneur

* DFC and bar

* Croix de Guerre 39-45 avec 8 palmes


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.