Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Jean Navarre

, par

Jean Marie Dominique Navarre, plus simplement appelé Jean Navarre, est né le 8 août 1895 à Jouy-sur-Morin en Seine-et-Marne et fut un des as de la première Guerre mondiale. Il était le fils d’un très gros fabricant de papier et le frère jumeau de Pierre, dans une famille qui compta onze enfants.

Très indiscipliné dans sa jeunesse, systématiquement renvoyé des collèges qu’il fréquenta, tout comme son frère Pierre, il fut confié en 1910 à un précepteur, l’abbé Barges, puis envoyé dans une pension anglaise, et de nouveau confié à l’abbé après sa fugue d’Angleterre. Lassé de ses écart de conduite, son père le fit entrer en usine où il ne resta pas. Le jeune Jean fréquenta ensuite une école de mécanique d’où il fut renvoyé, puis en 1913 une école technique. Il nourrissait alors le projet d’entrer à l’École supérieure d’aéronautique, s’étant pris avec son frère Pierre d’une grande admiration pour l’aviation naissante.

En juin 1914, il entre à l’école aéronautique des Frères Caudron, constructeurs d’avions, deux mois avant que la guerre n’éclate. Sous couvert de mensonges sur son âge et ses capacités de voler, il réussit alors à se faire incorporer dans l’armée, sur la base de Saint-Cyr-l’École pour y devenir pilote. Il ne possède en effet aucun brevet civil, pourtant obligatoire pour être recruté. Son apprentissage achevé à Lyon-Bron, il est affecté dans une escadrille équipée de Farman, s’en fait renvoyer pour indiscipline et se retrouve à Villacoublay pour y apprendre le pilotage sur Morane-Saulnier.

Au début de 1915, il rejoint à Muizon, près de Reims, une escadrille de reconnaissance et de chasse, la M.S.12. Le 1er avril, avec son équipier, le sous-lieutenant Robert, il connaît son premier succès, contraignant un avion allemand à se poser dans les lignes françaises. Il est nommé sergent et reçoit la médaille militaire. Au cours du même mois, il remportera 6 victoires, dont 2 seulement seront homologuées. Puis en juin, après avoir accompli trois "missions spéciales" derrière les lignes ennemies, on lui accorde la Légion d’honneur.

Au printemps de 1916, Jean Navarre participe de manière courageuse à la grande bataille de Verdun, s’attaquant aux avions allemands quel qu’en soit le nombre, oubliant très souvent de demander l’autorisation de décoller. On le surnomme alors : "Navarre, la sentinelle de Verdun". Le 1er avril, il est nommé sous-lieutenant et entre dans le club des as (pilotes comptant plus de 5 victoires homologuées). Une de ses techniques consiste à attaquer les roues en l’air en profitant de la surprise de l’ennemi pour le mitrailler.

Lorsqu’il ne vole pas, Navarre adore faire la fête, boit plus que de raison et commet de nombreuses frasques, aussi se retrouve-t-il fréquemment (mais très temporairement) mis aux arrêts ou en prison. De fait l’homme ne craint personne, ni les Allemands, ni sa hiérarchie. En mai 1916, il est le premier pilote français à compter 10 victoires homologuées (victoires pour lesquelles il y a plusieurs témoins ou lorsque l’avion ennemi est retombé dans les lignes françaises). Ce seront ses derniers combats car en juin il est très grièvement blessé dans un duel au-dessus des Ardennes, réussissant toutefois à poser son avion à Sainte-Menehould. Il compte alors 12 victoires homologuées mais en réalité il en a obtenu plus du double. Quelques cinq mois plus tard, le 15 novembre 1916, il est de nouveau très affecté par la mort au combat de son frère jumeau, Pierre qui l’avait suivi dans l’aviation. Buvant beaucoup, nerveusement très éprouvé, il reprend son entraînement en 1917, mais doit rejoindre une maison de repos. Il ne se retrouve apte à voler qu’en 1918, à la signature de l’armistice. Sans son accident, il est à peu près certain que Navarre aurait égalé le nombre de victoires d’un René Fonck ou d’un Guynemer.

La guerre achevée, Navarre se refuse à quitter l’aviation et nourrit plusieurs projets, tous plus fous les uns que les autres, mais qui n’auront pas le temps de voir le jour. Engagé comme chef pilote chez Morane-Saulnier il se livre à des vols de démonstration pour la clientèle sur le terrain de Villacoublay, mais il est aussi un pilote d’acrobatie dont on vient de loin pour admirer les exhibitions. Le destin de Jean Navarre devait cependant prendre fin le 10 juillet 1919 lors d’une descente en vol plané, son avion heurtant le mur d’une ferme proche de l’aérodrome. Navarre fut tué. Il n’avait pas encore vingt-quatre ans. Il repose dans le cimetière de Tartas, dans les Landes.

Son père, André Navarre, est le fondateur des papeteries Navarre


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.