Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Char léger M3 Stuart

, par

M3, M3A1, M3A2 et M3A3

pays USA

Type : char léger.

Equipage : 4 hommes.

Armement : un canon M5 ou M6 de 37 mm ; une mitrailleuse M1919A4 coaxiale .30 ; 2 mitrailleuses .30 dans les tourelles latérales ; une mitrailleuse .30 sur le toit de la tourelle.


Blindage :
minimum 10 mm ; maximum 44,5 mm.

Dimensions :

longueur : 4,53 m ;

largeur : 2,23 m ;


hauteur :
2,51 m.


Pression au sol :
0,74 kg/cm2.


Poids en ordre de combat :
12,4 t.


Puissance massique :
20,7 ch/t.

Moteur : Continental W-670 7 cyl. radiaux à essence refroidi par air, développant 250 ch à 2 400 tr/mn.

Performances :


vitesse sur route :
58 km/h ;

vitesse en tout-terrain : 32 km/h ;

autonomie : 112 km ;


obstacle vertical.
0,6 m ;


coupure franche :
1,8 m ;


gué :
0,9 m ;

pente : 60%.

Temps de service : introduit en 1941 dans l’armée américaine. Largement utilisé par l’armée britannique et d’autres armées alliées durant la seconde guerre mondiale.

En juin 1940, le char léger standard de l’armée améri-
caine était le M2A4, standardisé en 1939 ; l’engin représentait alors le point culminant d’un programme de recherches entrepris avec le M2A1 de 1935. Le M2A4 pesait quelque 12 t, montait un 37 mm sous tourelle, portait un blindage en plaques rivetées. Ce blindage fut renforcé sur un nouvel engin, une modification qui imposait l’emploi d’une roue tendeuse surbaissée.

Cette meilleure protection, alliée à une meilleure défense antiaérienne, amena la standardisation du type, sous la désignation de char léger M3, en juillet 1940. Le moteur Continental à 7 cyl. radiaux donnant 250 ch était un héritage du M2A4 mais, en 1941, la pénurie de ces moteurs fit autoriser le montage du Guiberson T-1020 sur 500 chars légers M3.

Suite a l’expérience du combat acquise en Afrique du Nord dans les rangs de l’armée britannique, le véhicule reçut une réserve de carburant supplémentaire sous forme de deux fûts largables transportés à l’extérieur. Le M3 fut produit en grandes quantités par l’American Car and Foundry Company, la société en ayant sorti 5 811 unités en août 1942.

Le char léger M3A1 montait une tourelle améliorée, en blindage corroyé homogène (alors que les blindages antérieurs étaient trempés uniquement en surface et donc plus fragiles) ; la rotation était à commande
assistée, un gyrostabilisateur permettait une plus grande précision de tir en mouvement ; enfin, le véhicule était doté d’un panier de tourelle. Le M3A1, stan dardisé en août 1941, employait toujours la coque du M3, en plaques rivetées. Un modèle pilote avec coque et tourelle en acier corroyé, le M3A1B1, lançait une évolution qui devait aboutir au char léger M5.

Le modèle suivant le M3A2, devait aussi être un assemblage d’acier corroyé mais semblable au M3A1 à tous les autres points de vue. Le M3A2 ne fut pas mis en production mais l’American Car and Foundry produisit 4 621 unités du M3A1, dont 211 propulsées par un moteur diesel. Le M3A3, une refonte beaucoup plus complète, apportait des modifications à la tourelle, à la coque et aux tourelles latérales ; on jugea utile de continuer à le produire même après le démarrage des chaînes destinées à son successeur, le M5. La production totale du M3A3 atteignit 3 427 exemplaires.

La série M3 comprit plusieurs modèles expérimen• taux, la plupart essayant d’autres composantes automobiles. Pour l’armée britannique, le M3 fut un renfort extrêmement bienvenu en Afrique du Nord en 1941 et 1942. Par la suite, il apparut sur tous les théâtres d’opérations de la seconde guerre mondiale mais, s’il survit dans les mémoires, c’est surtout pour ses exploits dans le désert, avec les forces impériales en Birmanie, pendant la prise d’Anvers et avec l’armée américaine dans le Pacifique. Son armement et son blindage étaient insuffisants mais sa mobilité et sa robustesse lui valurent l’affectueux surnom de « Honey (« Chéri ») dans les régiments de cavalerie. De nombreuses unités le préférèrent à l’auto blindée Daimler dans les missions de reconnaissance.

Le M3 fut le char léger le plus largement employé de la seconde guerre mondiale et fut produit en plus grand nombre que ses deux successeurs, le M5 et le M24. Un total de 13 859 exemplaires étaient sortis de chaîne en octobre 1943 alors même que le type avait été déclaré périmé en juillet de cette année. Malgré sa vitesse et ses bonnes performances en tout-terrain dans les missions de « cavalerie » pour lesquelles il avait été conçu, le M3 présentait peu de possibilités de développement ou d’adaptation.


sources l’encyclopedie des blindés ed. Elsevier Séquoia 1978

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.