Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

M18 "Hellcat"

, par


AUTOMOTEUR CHASSEUR DE CHARS M.18 « HELLCAT »

T49, T67, T70, M18, T41, M39, T9, 765, T86, T87, T88 Type : chasseur de chars.
Equipage : 5 hommes.
Armement : un canon de 76 mm M1A1 ; une mitrailleuse antiaérienne .50 M2.
Blindage :
minimum 7,9 mm ;
maximum 25,4 mm.

Dimensions :

longueur : 6,65 m
largeur : 2,87 m ;
hauteur : 2,58 m.
Poids en ordre de combat : 17 t.
Pression au sol : 0,84 kg/cm2.
Puissance massique : 23,8 ch/t.
Moteur : Continental R 975-C4 9 cyl. radiaux à essence refroidi par air, développant 400 ch à 2 400 tr/mn.

Performances :

vitesse sur route : 88 km/h ;
autonomie sur route : 168 km ;
coupure franche : 1,88 m ;
obstacle vertical : 0,91 m ;
gué : 1,22 m ;
pente : 60%.
Temps de service : introduit dans l’armée américaine en 1944, premier véhicule américain utilisant la suspénsion du type à barres de torsion. Retiré du service aux Etats-Unis peu après la seconde guerre mondiale mais toujours utilisé en Amérique latine.

L’automoteur chasseur de chars M.18 est re­présentatif d’une évolution marquée en 1942 par la réalisation du chasseur de chars M.10. Il en avait retenu l’armement principal, un canon de 76,2 mm, mais se caractérisait par une caisse nettement modernisée et un rap­port puissance/masse si favorable que ce blindé fut le plus rapide des engins sur che­nilles de tout le second conflit mondial.

Les origines du M.18 remontent à décembre 1941, époque à laquelle le service technique de l’artillerie (Ordnance Department) re­commanda la mise en projet d’un chasseur de chars rapide armé d’un canon de 37 mm (le canon antichars américain de l’époque) sur châssis à suspension Christie, motorisé par un Wright Continental R.975.

Deux prototypes furent proposés, dont le premier reçut son homologation vers la mi-1942 sous le sigle de T.49. Parmi les modifi­cations apportées aux spécifications initiales, notons le remplacement, à la lumière des combats d’Afrique du Nord, du canon de 37 mm par un 57 mm, et l’adoption d’une suspension à barres de torsion à la place de celle de type Christie.

Le T.49 effectua ses essais en juillet 1942, mais le commandement des chasseurs de chars demanda une nouvelle augmentation du calibre et le second prototype reçut le canon de 75 mm M3 du Sherman.

Il en résulta un nouveau modèle appelé T.67, à tourelle arrondie et plaques de blin­dage inclinées, qui fut considéré comme sa­tisfaisant et dont l’adoption fut recomman­dée. Mais, comme entre-temps avaient eu lieu les essais du nouveau canon long Ml destiné au Sherman, le programme fut une nouvelle fois modifié et une présérie de six engins expérimentaux armés du nouveau ca­non fut commandée sous le nom de T.70.

En fin de compte, après une nouvelle phase de modifications, portant notamment sur le blindage frontal et le changement de la tourelle pour faire contrepoids au canon, l’homologation du Gun Motor Carriage M.18 fut immédiatement suivie d’une com­mande substantielle passée à Buick. C’était en janvier 1944 et la mise en service du Hell­cat fut hâtée.
De février à octobre 1944, 2.507 M.18 sor­tirent des chaînes, tous destinés à l’armée américaine.

La technique

La caisse du M.18 s’écartait des conceptions qui avaient prévalu jusqu’alors, en ce sens que son blindage ne dépassait pas 13 mm
d’épaisseur même si les plaques, soudées entre elles, étaient fortement inclinées par­tout où c’était possible. La tension des chenilles pouvait être réglée en marche sur terrain accidenté par le jeu d’un dispositif reliant le barbotin au premier des 5 galets de roulement.
La tourelle à ciel ouvert était armée d’un canon de 76/55 de type M1A1, M1AC ou M1A2 selon les séries. Ce canon en acier spécial était équipé d’un frein de bouche (sur les derniers modèles), d’un coin oblique à fonctionnement automatique et d’une mise à feu par percuteur à ressort, avec transmis­sion électrique ou mécanique.
Le pilote prenait place à l’avant-gauche, avec son second à sa droite, tous deux dispo­sant d’épiscopes. La boîte de vitesses auto­matique (Torquematic) avait trois rapports AV et une marche AR. Les trois autres membres d’équipage prenaient place en tou­relle ; le chef de char assis à gauche pouvait utiliser la mitrailleuse Browning de 12,7 an­tiaérienne montée sur un support circulaire. Les premiers M.18 se distinguaient au coffre prévu pour le lot de bord, et situé sur la droite de la tourelle ; ils se distinguaient aus­si à un renflement du flanc gauche de la tou­relle, à la place des deux coffres habituels disposés symétriquement.

L’évolution

La puissance de perforation de l’obus du ca­non du Hellcat était de 175 mm à 900 m de distance, ce qui ne laissait aucune chance à n’importe quel char allemand. On décida ce­pendant de l’améliorer encore en le dotant de la tourelle du chasseur de chars automa­teur M.36, armée d’un canon de 90 mm.

Cette opération fut facilitée par le fait que, dès sa conception, la caisse du Sherman avait reçu une circulaire de tourelle surdi­mensionnée pour la pièce de 75 mm. Ainsi les Américains n’eurent-ils pas à recons­truire tout leur engin pour passer à un canon de calibre supérieur.

De fait, la circulaire de tourelle de 1,75 m se généralisa peu à peu en équipant notam­ment, outre le Sherman, les chars lourds M.10 et M.36 et, naturellement, le M.18. Les tourelles étaient donc pratiquement in­terchangeables, ce qui simplifiait le pro­blème de l’optimisation du couple caisse/armement.
C’est ainsi que naquit le Super Hellcat, armé du canon de 90 M3, la meilleure bouche à feu de l’armée américaine de toute la guerre.

Les travaux furent réalisés à Aberdeen en juin 1945. On s’aperçut que le fond du pa­nier de la tourelle devait être surélevé de 5 cm pour s’adapter au profil plus bas du M.18, en plus de quelques modifications in­ternes d’ordre mineur. Quant au reste, il suf­fisait d’abaisser de 5 cm les trappes pour permettre leur ouverture, la pièce étant en position de chasse. Certes, les 1 360 kg sup­plémentaires de la nouvelle tourelle consti­tuaient une surchage, et le décalage vers l’ar­rière du centre de gravité abaissait légère­ment l’arrière de la caisse. Par la suite, il fut décidé de doter le tube de 90 mm d’un frein de bouche, car chaque coup faisait reculer l’engin de 56 cm ! La fin de la guerre inter­vint avant l’homologation du Super Hellcat, dont le programme fut alors abandonné.

Il en fut de même pour le T-.88, un Hellcat armé d’un obusier de 105/22 en tourelle, très voisin du chasseur de char quant au reste. La légèreté relative du M.18 militait en faveur de son adaptation au rôle amphibie, avec un châssis flotteur de bonne configuration et d’une masse modeste. Le premier prototype de cette version, le T.86, était propulsé par ses seules chenilles. Un second, le T.87 armé d’un obusier de 105, était mû par deux hé­lices de 66 cm de diamètre. Eux aussi arrivè­rent trop tard. En dépit de bonnes qualités nautiques, ces modèles n’étaient pas sans dé­fauts ; la visibilité était médiocre et il était nécessaire de monter des gouvernes pour maintenir la direction.

Le seul dérivé du M.18 à être entré en service fut le M.39. Homologue chenillé de l’engin blindé sur roues M.20, appelé comme lui Armoured Utility Vehicle (engin blindé d’usage général), il vit le jour à la suite de la suggestion formulée en juin 1944 d’utiliser la caisse du M.18 pour en faire un transport de troupes et remorquer le canon antichars M6 de 76 mm.

Il en fut réalisé deux prototypes, le T.41 en version tracteur et le T.41E1 en version engin de reconnaissance. Ils ne différaient entre eux que par la répartition des charges et le nombre de places assises. La classique mitrailleuse Browning C.A. de 12,7 était conservée avec son affût circulaire à l’extré­mité avant du poste de pilotage.
Homologué au début de 1945, le M.39 était destiné aux transports de personnel et de matériel en zone des combats, ainsi qu’au remorquage de la pièce antichars mention­née plus haut. Dans ce cas, il emportait 42 obus de 76 mm.
Premier véhicule américain de transport de troupes entièrement chenillé, le M.39 fut expérimenté en outre comme porte-mortier de 81 mm et comme char lance-flammes (T.65).


Connaissance de l’histoire ed hachette 1980

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.