Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

M10 " Tank Destroyer " ( TD)

, par

M10 " Tank Destroyer "

Pays : USA

Type : chasseur de chars.

Equipage : 5 hommes.

Armement : un canon M7 de 3 pouces ; une mitrailleuse .50 antiaérienne M2.

Blindage : minimum 12,7 mm ;

maximum 50,8 mm.

Dimensions :

longueur : 5,97 m ;

largeur : 3,05 m ;

hauteur : 2,48 m.

Poids en ordre de combat : 29,9 t.

Pression au sol : 0,95 kg/cm2.

Puissance massique : 12,7 ch/t.

Moteur : 2 General Motors 6-71 6 cyl. diesels refroidis par eau, développant au total 375 ch à 2 100 tr/mn.

Performances :

vitesse sur route : 48 km/h ;

vitesse en tout-terrain : 32 km/h ;

autonomie sur route : 320 km/h ;

obstacle vertical : 0,61 m ;

coupure franche : 2,29 m ;

pente 60%.

Temps de service : introduit dans l’armée américaine en 1942. Egalement employé de façon intensive par les Alliés - dont surtout l’armée britannique - au cours de la seconde guerre mondiale, il resta en service après le conflit.

En juin 1942, un T35E1 modifié fut adopté et désigné M10 3 inch Gun Motor Carriage. Le nom de« . Wolverine (glouton) s’employait parfois pour ce véhicule. Le M10 était un bon engin de combat d’une silhouette relativement basse et d’un profil balistique convenable. Des portées sur les surfaces vulnérables permettaient la pose d’un blindage supplémentaire mais cette méthode ne semble pas avoir été souvent utilisée.

Le M10 avait aussi ses défauts. La tourelle ouverte laissait l’équipage (et une partie des munitions) exposés aux éclats d’obus et aux attaques aériennes et le très massif canon de 3 pouces encombrait la tourelle - et encore n’était-ce qu’un moindre mal, car il la déséquilibrait également La pièce tirait un obus perforant à coiffe, à la portée maximale de 14 631 m, à la vitesse initiale de 792 m/s et qui perforait à 900 m, 102 mm de blindage trempé en surface.

Toutefois, comme il dérivait d’une arme antiaérienne, le canon prenait beaucoup de place ; on n’avait pratiquement rien fait pour y remédier ; en conséquence, la longueur et le poids du tube imposaient un contrepoids de 1 134 kg pour équilibrer la tourelle et lui permettre de pivoter en azimut par commande manuelle. Le M10A1 fut autorisé pour employer le châssis du M4A3 mais, à part la disparition du moteur Ford GAA, il n’existait pas de différence notable. La production du M10 et du M10A1 atteignit le chiffre total de 6 346 exemplaires.

La plupart des M10A1 furent maintenus sur le sol des Etats-Unis ou perdirent leur tourelle pour devenir des tracteurs M35, affectés à l’obusier de 240 mm et à des pièces de 8 pouces. L’armée britannique allait remplacer, dans bien des cas, le canon M7 originel par son 17-livres. L’engin résultant de cette conversion portait le nom d’Achilles et montrait une efficacité indiscutablement supérieure. L’Achilles resta en service dans la Royal Artillery jusque dans l’après-guerre et l’armée royale danoise l’utilisait encore il y a peu.

Le canon M7 de 3 pouces remontait au moins à 1918 et s’il n’était pas vraiment démodé, il ne laissait ; à tout le moins, que fort peu de champ libre à d’éventuels perfectionnements.

En septembre 1942, une commission d’enquête s efforça d’établir si le canon antiaerien de 90 mm, alors en cours de développement pour l’emploi sur les blindés et les missions antichars, pouvait être adapté à la tourelle du M10.

On y parvint en dessinant une nouvelle tourelle et le M10 devint le T71 90 mm Gun Motor Carriage. Toutefois, il fallut près de deux ans pour que le canon de 90 mm parvienne aux unités de première ligne, alors que le manque de moyens antichars sur le théâtre d’opérations européen causait de graves inquiétudes.

Cinq cents T71 furent commandés en novembre 1943 et 300 d’entre eux furent pris directement sur la production du M10. Le canon T7 (la pièce antiaérienne M1 modifiée pour etre montée sur l’affût du 3 pouces) avait été standardisée en août 1943 sous la désignation de 90 mm M3.

En juin 1944, le T71 fut standardisé sous la désignation de M36 90 mm Gun Motor Carnage et la production, entamée avec la « commande limitée » des 500 exemplaires mentionnés plus haut, se poursuivit les premiers engins arrivant sur le front en juillet 1944.

Le M6 employait la même coque que le R10A1 mais des difficultés de fabrication provoquèrent la mise en essais d’un engin montant la tourelle du M36 sur la coque du char M4A3 standard.


sources l’encyclopedie des blindés ed. Elsevier Séquoia 1978

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.