Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

3éme RIMA (3eme RIC)

, par

"Debout les Morts"

Elles se fondent avec celles de l’Infanterie de marine qui trouve elle­même sa source dans les "Compagnies de la mer" créées par RICHE­LIEU en 1622.

Par ordonnance du 14 mai 1831, Louis Philippe crée deux régiments d’infanterie de marine le, Régiment à la Martinique 2e Régiment à la Guadeloupe Par ordonnance du 20 novembre 1838, il crée un 3e régiment avec por­tion centrale à Toulon. Les le et 2e ont alors leur portion centrale à BREST et ROCHEFORT.

Par décret du 31 août 1854, un 4e régiment est créé, les Troupes de Marine sont réorganisées Ce 4e régiment, portion centrale à CHERBOURG, prend le numéro 1. Le le,, portion centrale à BREST, prend le numéro 2.

Le second, portion centrale à ROCHEFORT, prend le numéro 3. Le 3e, portion centrale à TOULON, prend le numéro 4.

Ainsi l’origine du 3e RIMa remonte à 183 1. Avec l’actuel 2e RIMa, il est le plus ancien des "quatre vieux". ROCHEFORT demeurera sa garni­son de 1838 à 1946.

Le 3e RIMa compte parmi les unités qui prirent l’une des parts les plus actives aux expéditions françaises, à la réalisation de l’Empire colo­nial. Ses compagnies participent
à la campagne du Sénégal de 1833 à 1835 à l’expédition de la Plata en 1840 (débarquement à l’île de Martin-Garcia)
aux opérations d’Océanie de .t 1843 à 1846 (Iles Marquises)
à la première expédition du Maroc en 1844 (bombarde­ment de Tanger, prise de Mogador) à une deuxième expédition de la Plata en 1850 (prise de Montévidéo)

Des détachements plus impor­tants du régiment s’illustrent ensuite
- lors de la guerre de Crimée et
- lors de l’expédition de la Baltique(1854)
- lors de la campagne de Chine (1855-1860)
- lors des campagnes d’An­nam, de Cochinchine et du Cambodge (1858-1868)
- lors de la campagne du Séné­gal (1863)

En 1870, le régiment fait par­tie de la célèbre "DIVISION BLEUE" du général de VAS­SOIGNE qui s’immortalise à BAZEILLES le le, septembre. Dans ses rangs combat le sous-lieutenant GALLIENI, futur maréchal de France.

JPEG - 18.9 ko

De 1871 à 1914, le régiment participe à toutes les expédi­tions outre-mer :
- Nouvelle-Calédonie (1878)
- Indochine (1882-1885)
- Afrique noire (1882-1894)
- Formose (1884)
- Nouvelles-Hébrides (1886)
- Diégo-Suarez (1898)
- Crète (1898)
- Chine (1900)
- Maroc (1911-1913)

En 1900, le Régiment prend l’appellation de 3e REGI­MENT D’INFANTERIE COLONIALE.

En août 1914, au sein du Corps d’armée colonial, le 3e R.I.C. participe à la bataille de Rossignol (Belgique) où il est partiellement détruit. En sep­tembre, rapidement reconsti­tué, il est présent à la bataille de la Marne et sauve la situa­tion à la droite du corps d’ar­mée. En février 1915, les le, et 2ème bataillons contre-attaquent avec un bataillon du 22e Colo­nial et enlèvent aux allemands le fortin de Beauséjour puis l’ouvrage Pruneau.

Début 1916, le régiment est envoyé dans les Balkans. Il commence par jouer de mal­chance. Le bateau qui trans­porte le chef de corps, le dra­peau et 2000 hommes du régiment est torpillé en mer Ionienne , on ne compte comme survivants que 7 offi­ciers et 500 hommes.

Reconstitué, le 3e R.I.C est aussitôt engagé aux cotés de l’armée Serbe et se distingue à nouveau le 9 décembre 1916 dans des combats qui lui valent un ordre général du Voïvode Mitchich. Il prend part à l’offensive de 1918 et à la victoire de Dobropolje.

La Grande guerre coûte au régiment 4617 morts au champ d’honneur.

En 1925, le 3e R.I.C. est enga­gé au Maroc, dans la lutte contre ABD EL KRIM.

Lors de l’offensive allemande du 10 mai 1940, le 3e R.IC. est engagé au sein de la lere D.I.C. Il contre-attaque victorieuse­ment du 14 au 18 mai à Beau­mont-en-Argonne les forma­tions blindées allemandes. Les 9 et 10 juin, à Beaufort­en-Argonne, il brise l’assaut d’une division allemande qui laisse entre ses mains 300 pri­sonniers.
Il combat alors en retraite sur la Meuse et vers les Vosges où, ses effectifs étant réduits à ceux d’un bataillon, il doit déposer les armes le 21 juin alors que ses compagnies font encore face à l’ennemi.

Dissous après l’armistice, le 3e R.I.C. renaît le 13 novembre 1944, constitué de bataillons FFI formés en Dor­dogne en juin 1944. Il occupe le secteur de la Pointe Grave jusqu’au le, février 1945, date de sa dissolution.
Réformé le ler août 1945 à ROCHEFORT, il s’implante en région parisienne en 1948. De 1955 à 1957, le 3e R.I.C. participe, sous forme de bataillons de marche, aux opérations de Tunisie, du Maroc et d’Algérie.

Absorbés par d’autres régi­ments coloniaux, ces bataillons ne porteront plus en 1957 l’insigne du 3. Le 31 décembre 1957, le 3e R.I.C. est transformé en Centre d’instruction du 3e R.I.C. qui devient C.1. du 3e RIMa, le ler décembre 1958.

Le le` mars 1963, le régiment est reconstitué à Vannes par fusion du le’ Régiment blindé d’infanterie de marine et du 9e Régiment d’infanterie de marine.

Passé sur le type "motorisé" depuis janvier 1969, entièrement "professionnali­sé" depuis 1970, le 3e Régi­ment d’infanterie de marine a, depuis cette date participé à toutes les actions extérieures, et a été présent dans toutes les parties du monde où l’esprit et le savoir-faire des Troupes de marine avait à s’exprimer.
* 1978 Combat d’Ati

* 1991 Participation à la Guerre en Irak au sein de la division Daguet

* 1995 Le 3ème RIMa s’illustre dans la reprise du poste Sierra Victor situé aux abords du pont de Vrbanja (Verbania). Cette action a permis de sortir de la position "passive" des casques bleus car c’était la première fois que ceux-ci ripostaient à des actions hostiles. Helas, 2 hommes furent tués au cours de cette opérations ainsi que 17 autres furent blessés.

Le 3ème de Marine s’est aussi deployé au Soudan, Rwanda, Republique Centrafricaine, Albanie....

Basé aujourd’hui a Vannes dans le Morbihan (56),le regiment possède deux autres sites pour l’entrainement et la formation des ses marsouins : le fort de Penthièvre situé sur la presqu’ile de Quiberon et la caserne Bourguoin dans la foret de Meucon.De plus, le 3ème de marine a été le premier regiment entierement professionnalise. Il est actuellement deployé en Cote d’Ivoire.

"au nom de dieu : vive la coloniale"


sources "les troupes de marine" 1622 1984
ed Charles Lavauzelle 1991
+ une brochure officielle du regiment gracieusement fournie par un "ancien"

Messages et commentaires

  • Bonjour,
    Mon père faisait partie de ce régiment quand il a été fait prisonnier le 21 juin 1940 dans les Vosges. Avez-vous des documents détaillés à me prêter sur cet épisode ?
    D’autre part savez-vous si on peut trouver quelque part la liste des prisonniers de ce jour là ? Car lorsque je consulte les listes mises en ligne aucune ne fait référence à ce jour là.
    Merci pour votre aide.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.