Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Régiment de marche du Tchad (RMT)

, par

Le régiment de marche du Tchad est un régiment d’infanterie VBCI de l’Armée de terre française. Il appartient aux troupes de marine. Depuis le 1er juillet 2010, il est implanté à Meyenheim, au sud de Colmar (Haut-Rhin), sur l’ancienne base aérienne 132.

Historique

Il est créé au Maroc en juillet 1943 à partir des personnels métropolitains du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad et des éléments métropolitains et européens ralliés en Afrique du Nord sous le commandement du colonel Dio. Il devient le régiment d’infanterie mécanisée de la 2e Division blindée, commandée par le général Leclerc. Par décision du 17 janvier 1944, le régiment de marche du Tchad est proclamé « héritier des traditions du régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad dans la continuation de l’action de guerre menée par lestroupes coloniales. La croix de guerre avec deux palmes et la fourragère aux couleurs de la croix de guerre sont ainsi conférées au drapeau du régiment de marche du Tchad ».

Il est appelé le "régiment du serment" suite à la promesse faite à Koufra le 2 mars 1941 par le colonel Leclerc « Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg. » Effectivement le régiment participa entre autres à la libération de Paris puis à celle de Strasbourg.

En septembre 1943, la division fut transférée à Rabat au Maroc, où elle fut dotée d’armes en provenance des États-Unis : 160 chars de combat M4 Sherman, 280 blindés half-track M3 et M-8 Greyhound, des camions Dodge, GMC, Brockway, Diamond et de nombreuses jeeps.

Le régiment est ensuite transféré en Grande-Bretagne sur différents navires, dont le Franconia, un paquebot réquisitionné. En attendant le débarquement, il est stationné et poursuit son entraînement autour d’Hull.

De nombreux Espagnols, anciens de la guerre civile espagnole, se sont engagés dans ce régiment. Ils étaient majoritaires dans le 3e bataillon (dit « le bataillon espagnol ») et commandé par Joseph Putz, ancien brigadiste. La 9e compagnie, commandée par le capitaine Raymond Dronne était essentiellement constituée de républicains espagnols, d’où son surnom « La Nueve »(soit le chiffre neuf en espagnol). Son fait d’armes le plus connu est d’être entrée la première à Paris, accompagnée d’un peloton de chars du 501eRCC, en août 1944, lors de l’épisode désormais appeléla Libération de Paris.

En 1997, le régiment est installé à Noyon, en Picardie.

En 2005, le RMT participe à l’opération "PAMIR XII" en Afghanistan au sein des forces de l’OTAN. En 2006, il est engagé au Liban au sein de la force intérimaire des Nations Unies au Liban FINUL. En mai 2008, le régiment a été projeté simultanément en Afghanistan (opération "PAMIR XIX") et au Liban (opération "DAMAN VI").

En 2010, le régiment est installé à Meyenheim, en Alsace.

Le régiment aujourd’hui

Subordinations

Le régiment est subordonné à la 2e B.B. elle-même composante de la force d’action terrestre.

Composition

Le régiment compte dans ses rangs 1 000 militaires et civils. Il est composé d’une compagnie de commandement et logistique (CCL), une compagnie d’éclairage et d’appui (CEA), de quatre compagnies de combat puis d’une compagnie de réservistes (9e compagnie).

La première compagnie de combat : les "cobras" du Tchad ;
La deuxième compagnie de combat : les "démons" du Tchad ;
La troisième compagnie de combat : les "scorpions" du Tchad ;
la quatrième compagnie de combat : les "dragons" du Tchad ;

Drapeau

Son drapeau reprend, fait peu commun dans l’Armée Française, trois noms de batailles auxquelles son régiment père, le Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad, a participé :

Koufra- 1941 ;
Fezzan - 1942 ;
Sud-Tunisien - 1943.

Et pour y voir participé en propre :

Alençon, 1944 ;
Paris, 1944 ;
Strasbourg, 1944.

Décorations

Compagnon de la Libération depuis le 12 juin 1945
Croix de guerre 1939-1945, attribuée avec 4 palmes (dont les 2 palmes à l’ordre des Forces françaises libres attribuées au Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad (RTST) pour les victoires acquises de 1941 à 1943 en Libye et en Tunisie)
Croix de la Valeur Militaire avec palme
Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire avec olive aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1939-1945
Fourragère aux couleurs du ruban de la croix de l’ordre de la libération depuis le 18 juin 1996. Voir la liste des compagnons de la Libération.

Insigne

« Fronton de porte mauresque d’or à l’inscription en capitales de gueules « TCHAD », surmontant une ancre du même sur champ d’azur, à la tige en forme de croix de Lorraine, chargée d’une tête contournée de chameau d’argent »

Projections extérieures

1941 Tchad, Libye :
1942 Libye ;
1944 Angleterre ;
1944-45 France, Allemagne ;
1945-47 Indochine ;
1955-59 Maroc ;
1985 Djibouti ;
1986 Allemagne-Berlin ;
1986 Côte d’Ivoire ;
1987 Nouvelle Calédonie ;
1987 Côte d’Ivoire ;
1990 Koweït ;
1995 Bosnie-Herzégovine ;
1995 Martinique ;
1997 Bosnie-Herzégovine ;
1998 Bosnie-Herzégovine ;
1999 Kosovo ;
1999 Martinique ;
2000 Kosovo ;
2001 Tchad ;
2001 Martinique ;
2002 Côte d’Ivoire ;
2002 Macédoine ;
2003 Kosovo ;
2003 République centre Africaine ;
2004 Kosovo ;
2005 Sénégal ;
2005 Afghanistan ;
2005 Guyane ;
2005 Côte d’Ivoire ;
2006 Liban ;
2007 Kosovo ;
2007 Côte d’Ivoire ;
2007 Sénégal ;
2008 Afghanistan ;
2008 Liban ;
2009 Kosovo ;
2009 Guyane ;
2009 Tchad ;
2010 Afghanistan ;
2011 Côte d’Ivoire ;
2011 Tchad ;
2011 Afghanistan ;
2011 République centre Africaine ;
2012 Liban ;
2012 EAU ;
2013 Qatar
2013 EAU ;
2014 Tchad/RCA
2014 Mali
2014 Nouvelle Calédonie
2014 Tahiti

Chefs de corps

1940/42 :Colonel Philippe Leclerc de Hautecloque ;
1942/43 : Colonel François Ingold ;
1943/46 : Colonel Louis Dio ;
1946 : Commandant André Lavergne ;
1946/48 : Lieutenant-colonel Jean Fournier ;
1948 : Lieutenant-colonel Jean Morvan ;
1948 : Commandant Jean Beillard ;
1949/5 :1 Commandant Marcel Dupin ;
1951/52 : Lieutenant-colonel Roger Fournier ;
1952/54 : Lieutenant-colonel Raymond Thiers ;
1954 : Commandant Jacques Foubert ;
1954/58 : Lieutenant-colonel Jean Bley ;
1958/59 : Lieutenant-colonel Gustave Bouyer ;
1959/61 : Commandant Francis Bourriquen ;
1961/64 : Lieutenant-colonel Jean-Marie Héliot ;
1964 : Lieutenant-colonel Paul Lartigues ;
1964/66 : Colonel Jean Bellec, compagnon de la Libération ;
1966/68 : Colonel Roger Ravel ;
1968/70 : Colonel Michel de Boisset ;
1970/72 : Colonel Michel du Payrat ;
1972/74 : Colonel Paul Cavarrot ;
1974/76 : Colonel Jean Muller ;
1976/78 : Colonel Jean-François Gin ;
1978/80 : Colonel Jacques Bouvet ;
1980/82 : Colonel Jean Elie ;
1984/86 : Colonel Gérard Roques ;
1986/88 : Colonel Christian Vaganay ;
1988/90 : Colonel Alain Cartron ;
1990/92 : Colonel Jean-Louis Wintrebert ;
1992/94 : Colonel Jean-Paul Richard ;
1994/96 : Colonel Jean-Paul Michel ;
1996/98 : Colonel Eric de Stabenrath ;
1998/2000 : Colonel Philippe Bonnel ;
2000/2002 : Colonel Michel Rochelet ;
2002/2004 : Colonel Bertrand de Reboul ;
2004/2006 : Colonel Henry Ducret ;
2006/2008 : Colonel Olivier de Cevins ;
2008/2010 : Colonel Henry de Medlege ;
2010/2012 : Colonel Philippe François ;
2012/2014 : Colonel Aymeric Tardieu de Maleissye Melun ;
2014/ : Colonel François Beaucournu

Traditions


La fête des troupes de marine

Elle est célébrée à l’occasion de l’anniversaire des combats deBazeilles. Ce village qui a été quatre fois repris et abandonné sur ordres, les 31 août et le 1er septembre 1870.
Et au Nom de Dieu, vive la coloniale
Les marsouins et les bigors ont pour saint patron Dieu lui-même. Ce cri de guerre termine les cérémonies internes de la vie des régiments. Son origine est une action de grâce du Révérend Père Charles de Foucauld, missionnaire, voyant arriver à son secours les unités coloniales un jour où il était en difficulté avec une tribu locale.
De manière spécifique
le Régiment de Marche du Tchad célèbre la victoire deKoufra, première victoire de la France libre le 2 mars 1941, jour du serment collectivement fait autour du général Leclerc, et acte fondateur de l’unité dans sa dénomination actuelle.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.