Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Belvèdére : Chez le noble Hidalgo

, par

Chez le noble Hidalgo
Le grand colonel Gonzalès de Linarès (familièrement baptisé : le noble Hidalgo) passe à bon droit, depuis les opérations d’Acquafondata et de Vallerotonda, pour un des meilleurs manoeuvriers de l’armée française.
Je me suis installé pour la nuit au P.C. de son régiment, sur la pente du Belvédère.

L’obscurité vient de tomber brusquement. On s’en aperçoit aux premières lueurs des arrivées d’obus sur l’abbaye du Monte Cassino.

Quelques minutes plus tôt, chaque explosion engendrait un panache de fumée qui se déroulait lentement dans un ciel gris. Il n’y a plus de fumée, mais une suite d’éclairs aveuglants dont chacun, pour un dixième de seconde, découpe en noir, à ma hauteur, la silhouette ruinée des murs bénédictins, illumine les pierres du sentier sous mes pas et, au-dessus de ma tête, la face neigeuse du Monte Cairo.

Puis les étoiles, un instant effacées, reparaissent et les détonations me parviennent à leur tour, répercutées par tous les ravins de la montagne.

Aux premières heures du matin, le brouillard était si dense et le secteur si calme que les brancardiers ont pu aller ramasser, sur les pentes mal exposées de la cote 700, les derniers cadavres des tirailleurs du 4’ tunisiens tombés dans l’acharnement des combats de la fin de janvier. Dérapant dans la boue de la contre-pente, ils portent précautionneusement jusqu’à la route ces mannequins pâlis, lavés de leur sang par un mois de pluies. Des poches formées par les couvertures, on voit surgir des visages de cire verte, des mains raidies et des jambes immobiles, toutes pareilles dans les guêtres et les chaussures américaines.

Les Algériens des mortiers et ceux des transmissions, assis sous la pluie devant leurs terriers, parmi les caisses de munitions et les rouleaux de fils, se lèvent pour voir et hochent la tête.


sources mensuel Connaissance de l’Histoire 1977 1982 Hachette

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.