Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Sharnhorst et Gneisenau

, par

Il y eut deux batiments du même type, le Gneisenau et le Scharnhorst, qui, comme les cuirassés de poche, posèrent quelques problèmes de classification, les uns les considérant comme des croiseurs de bataille, les autres comme des cuirassés. Leur protection était celle des cuirassés classiques, mais leur vitesse élevée 32 noeuds correspondait mieux à la définition du croiseur de bataille, tandis que leur artillerie principale (9 pièces de 280 mm, comme sur les Graf Spee) était moins puissante que celle des cuirassés de l’époque. L’artillerie secondaire se composait des mêmes canons de 150 mm qui équipaient les cuirassés de poche, mais l’artillerie antiaérienne de quatorze pièces de 110 mm était beaucoup plus puissante. En ce qui concerne la D.C.A. légère, les Allemands avaient eu le bon sens, dès le début, d’adopter les Bofors (mais avec un calibre de 37 mm, au lieu de 40 mm) et la mitrailleuse lourde de 20 mm, bien avant que les Alliés en fissent autant.

Pour atteindre les grandes vitesses prévues, on eut recours à la turbine à vapeur au lieu des diesels des précédents bâtiments du type Graf Spee. Leur plus grand défaut était un faible rayon d’action, ce qui ne les empêcha pourtant pas d’effectuer des raids fructueux sur les routes des convois alliés. Ils souffrirent toujours de la mauvaise conception des blockhaus ainsi que du manque de fiabilité des circuits de chauffe à haute pression. Néanmoins, leur grande vitesse constituait une lourde menace pour les Marines alliées, et si leur armement ne leur permettait pas d’attaquer un cuirassé, ils restaient des adversaires redoutables.
Le Scharnhorst ressemblait aux cuirassés de poche, avec une étrave droite et une cheminée sans capot, sa silhouette était plutôt sinistre et laide. Cependant, elle devait être bientôt modifiée, ainsi que celle des cuirassés de poche survivants, pour se rapprocher de celle du Gneisenau, qui avait reçu à la construction une étrave à guibre et un capot de cheminée.
Alors que ni les cuirassés de poche ni même les Sharnhorst et Gneisenau ne pouvaient prétendre à l’égalité avec les cuirassés étrangers, les Allemands firent un sérieux effort en construisant leBismarck et son frère, le Tirpitz, afin de posséder des navires de ligne ne cédant en rien à personne.

GNEISENAU

Déplacement normal, 31 800 t ; à pleine charge,
38 900 t
Longueur 235 m hors tout
Largeur 30,48 m au maître bau
Tirant d’eau moyen, 8,23 m
Propulsion 3 lignes d’arbres à turbines,160 000 ch,
Vitesse 32 noeuds
Protection
cuirasse ceinture, 127-330 mm ;
ponts, 50-108 mm ;
tourelles, 248-370 mm
Artillerie 9 pièces de 280 mm, 12 de 150 mm, 14 de 110 mm, 16 de 37 mm AA
Tubes L.T. 6 tubes lance-torpilles de 533 mm
Aviation 4 appareils, 2 catapultes
Lancé le 8 décembre 1936 aux chantiers Deutsche Werke, à Kiel


Sources Les navires de la seconde guerre mondiale ed Atlas 1977

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.