Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Les causes

, par

Après la Seconde Guerre mondiale, les relations entre les Américains et les Soviétiques se dégradent. L’URSS veut garantir sa sécurité en s’entourant de pays alliés le long de ses frontières. L’Armée rouge ne se retire pas des pays qu’elle a libéré du nazisme et, contrairement aux engagements pris à Yalta, elle n’y organise pas d’élections libres. L’objectif de cette « guerre » est de maintenir l’équilibre nucléaire dès 1949, année où l’URSS possède la bombe. C’est surtout une guerre de régime, puisque le capitalisme américain est opposé au communisme soviétique.

Opposition idéologique entre les systèmes capitaliste et communiste

Dès le XIXe siècle, Alexis de Tocqueville prédit que les États-Unis et la Russie impériale ont tous deux vocation à devenir un empire à l’échelle mondiale et qu’ils s’opposeront pour la domination globale dès qu’ils entreront en contact. La destinée manifeste des États-Unis ne peut accepter l’existence d’un défi à sa vision du monde, pas plus que la vocation continentale de la sainte Russie (fût-elle devenue athée) ne peut admettre qu’un État eurasien fasse allégeance à une autre grande puissance.

Les choix économiques et idéologiques faits par ces deux grandes puissances fourniront une rationalisation de leur opposition inévitable, rationalisation qui sera présentée comme le fondement essentiel de la guerre froide. Les deux systèmes socio-économiques sont en effet totalement opposés

Bien que l’envoi d’un corps expéditionnaire occidental en soutien des armées blanches (1917-1918) soit parfois présenté comme un argument probant, il est évident que les origines de la guerre froide dépassent le cadre socio-économique, comme le montre la poursuite de la compétition entre les deux pays après l’entrée de la Russie dans le système capitaliste.

Le fait que l’Union Soviétique fut une société « fermée » où il fut extrêmement difficile de savoir qui avait de l’influence sur quoi, quelles étaient ses vrais ressources et ses réelles intentions fut un des traits marquants de la guerre froide, alimentant les doutes et les craintes réelles ou imaginaires de l’Ouest qui, de son coté, avec ses changements de gouvernement et de politique en fonction des élections rendait souvent perplexes les analystes soviétiques.

Les causes immédiates : la situation de l’après-guerre

Staline cherche à mettre l’URSS à l’abri d’une nouvelle attaque par la création d’un « glacis » territorial et idéologique, c’est-à-dire d’un espace protecteur qui éloigne la menace des frontières soviétiques :

* en repoussant plus à l’Ouest les frontières de l’URSS par l’annexion des pays baltes et d’une partie de la Pologne, alors que les territoires allemands situés à l’est de l’Oder et de la Neisse de Görlitz sont placés sous administration polonaise (partage effectué lors de la conférence de Potsdam) ;

* en imposant des gouvernements pro-soviétiques dans les pays d’Europe centrale et orientale occupés par l’Armée rouge, pays qui deviendront plus tard des « démocraties populaires ». Le Coup de Prague en Tchécoslovaquie, une des rares réelles démocraties d’avant-guerre en Europe de l’Est, fut l’expression la plus visible pour l’Ouest de cette politique et fut perçu comme la manifestation hégémonique de l’URSS.

Avant même la fin des hostilités avec l’Allemagne, l’Union soviétique établit l’ordre communiste dans les territoires libérés par l’Armée rouge :

* arrestation de seize dirigeants de l’Armée secrète polonaise, formellement conviés à Moscou pour des « entretiens politiques », les deux principaux leaders de la résistance polonaise mourant en prison quelques mois plus tard. Le gouvernement polonais en exil à Londres, abandonné par les Occidentaux, se voit dénier peu à peu toute responsabilité et le comité de Lublin, formé par les Soviétiques, prend le contrôle du pays ;

* attribution de la province tchécoslovaque de Ruthénie subcarpatique à l’Ukraine, ce qui procure à l’Union soviétique une frontière commune avec la Hongrie ;

* installation au pouvoir des partis communistes tant à Bucarest qu’à Sofia, et élimination de toute autre formation politique ;

* mise en place à Vienne, sans consulter les Occidentaux, d’un gouvernement provisoire pro-soviétique dont le chef a approuvé l’Anschluss en 1938 ;

* enfin, le maréchal Tito, maintenant établi à Belgrade, refuse, contrairement à ce que le Kremlin avait promis aux Alliés, de laisser le roi Pierre II rentrer de son exil.

De plus en plus inquiet de ces violations répétées de la Charte de l’Atlantique et de la Déclaration de Yalta sur l’Europe libérée, Churchill s’alarme dans un télégramme du 12 mai 1945 à Truman des risques de voir les forces soviétiques s’avancer jusqu’aux rives de l’Atlantique et utilise déjà l’expression « Rideau de fer », qui deviendra célèbre. En mars 1946, dans un discours retentissant, il dénonce ouvertement cette mainmise soviétique sur l’Europe centrale et orientale. « De Stettin dans la Baltique à Trieste dans l’Adriatique, un rideau de fer est tombé sur le continent. (...) Les partis communistes, qui étaient très faibles dans tous ces États de l’Est de l’Europe, ont obtenu un pouvoir qui dépasse de beaucoup leur importance et ils cherchent partout à exercer un contrôle totalitaire. Des gouvernements policiers s’installent un peu partout, au point qu’à l’exception de la Tchécoslovaquie, il n’y a pas de vraie démocratie. »

En Allemagne, dans leur zone d’occupation, les Soviétiques mènent avec vigueur la dénazification décidée à la Conférence de Potsdam. Plus de 120 000 personnes sont internées dans des « camps spéciaux », qui existeront jusqu’en 1950. 42 000 détenus y seraient morts de privations et de sévices. Cette politique d’épuration va de pair avec la nomination de cadres communistes aux postes-clés de l’administration, de la police et de la justice, et plusieurs milliers d’agents ayant travaillé sous le IIIe Reich sont « recyclés » par les nouveaux services de sécurité d’Allemagne de l’Est ou maintenus dans l’administration et de nombreux fonctionnaires de l’ancien régime serviront le nouveau pouvoir jusqu’au années 1960.

Les alliés occidentaux, en revanche, misent davantage sur une « rééducation » (Umerziehung) du peuple allemand, associée à une politique d’indulgence à l’égard des « suiveurs » (Mitläufer) et sympathisants du régime. Des scientifiques allemands sont ainsi récupérés par la JIOA afin de travailler pour les États-Unis (opération Paperclip), tandis qu’il est permis à d’anciens fonctionnaires ou militaires du IIIe Reich, s’ils n’ont pas été condamnés par la justice, d’exercer à nouveau leurs fonctions. Dès la fin de la guerre, l’OSS, embryon de la CIA, confie à l’ex-major-général de la Wehrmacht Reinhard Gehlen, chef de l’Abwehr pour le front est (Abteilung Fremde Heere Ost), le soin de créer un service de renseignements couvrant l’ensemble des territoires naguère occupés par l’Allemagne. Pour justifier son budget - qui est en partie utilisé pour exfiltrer, en collaboration avec l’ODESSA, d’anciens collaborateurs ou des criminels de guerre nazis -, ce réseau d’espionnage nouvellement créé, précurseur du BND (Bundesnachrichtendienst) et baptisé Gehlen Org par la Défense américaine, transmet parfois des informations entièrement fabriquées et de plus en plus inquiétantes sur la puissance de l’Armée Rouge et sur la stratégie expansionniste de l’URSS. Dès 1947, les États-Unis en font un élément de leur propagande, alors qu’en réalité l’Union soviétique n’a pas encore commencé à se remettre du conflit mondial.

Il faut préciser toutefois que, même si Staline n’avait sans doute pas l’intention d’étendre la sphère de domination soviétique par les armes, l’URSS n’en vassalisa pas moins les pays qu’occupait l’Armée rouge par la mise en place progressive de « démocraties populaires » et entreprit plusieurs tentatives d’accroître par intimidation sa sphère d’influence en Iran (voir crise irano-soviétique), en Grèce et en Turquie ; Comme le disait Staline, il savait ne pas aller trop loin si la résistance à ses ambitions se crispait.


sources wikipedia

Messages et commentaires

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.