HistoireduMonde
.net

Crise du canal de Suez

La crise du canal de Suez, aussi connue sous le nom de guerre de Suez, campagne de Suez ou opération Kadesh, est une guerre qui éclata en 1956 en territoire égyptien. Le conflit éclata entre l’Égypte et une alliance secrète, le protocole de Sèvres, formée par l’État d’Israël, la France et le Royaume-Uni, suite à la nationalisation unilatérale du canal de Suez par l’Égypte.

Cette alliance entre deux États européens et Israël répondait à des intérêts communs : les nations européennes avaient des intérêts économiques et commerciaux dans le canal de Suez, et Israël avait besoin de l’ouverture du canal pour assurer son transport maritime (ce dernier justifiait toutefois son intervention militaire contre l’Égypte comme étant une réponse aux attaques fedayins qu’il subissait de plus en plus régulièrement sur son territoire). De plus cette crise est considérée comme particulièrement importante car elle survient pendant la période de guerre froide. Plus que les intérêts des pays européens, elle symbolise aussi une union encore contestée de l’Union soviétique et les États-Unis (deux blocs en opposition) et constitue donc un moment clef de cette période de conflits. L’union reste contestée car il semble qu’elle aurait aussi put être interprétée comme une sorte « d’échange de bon procédés » entre les deux puissances. Ce sont ces deux États qui ont imposé l’arrêt du conflit en renvoyant chez elles les forces françaises et britanniques.

Origines du conflit

Le canal de Suez, qui forme un raccourci entre la mer Rouge et la mer Méditerranée, est ouvert en 1869. Il a été financé par la France et le gouvernement égyptien. Le Royaume-Uni racheta ensuite la part de l’Égypte dans le canal. À l’indépendance de l’Inde, le poids stratégique du canal change : il n’est plus le point de passage capital entre le Royaume-Uni et son Empire. En revanche, le canal devient un point de passage stratégique pour le pétrole.

Les origines de ce conflit remontent à 1952, lors du renversement de la monarchie de Farouk Ier par les officiers de l’armée égyptienne. Cette "révolution" à la fois sociale et nationale abolit la monarchie en Égypte, d’abord sous la conduite du général Neguib, et s’efforce de lutter contre l’impérialisme étranger. Suite à ce renversement, le nouveau gouvernement abandonne les clauses de coopération avec les forces européennes et adopte une tendance nationaliste et autoritaire. Ce changement de position entraîne un conflit avec l’Europe à propos du canal de Suez, jusqu’alors aux mains de capitaux franco-britanniques.

Au cours de 1956, la tension s’accroît entre Israël et l’Égypte avec les raids menés par les combattants égyptiens (fedayin) sur le territoire israélien. L’Égypte, dirigée par Gamal Abdel Nasser, bloque le golfe d’Aqaba et ferme le canal de Suez aux navires israéliens. Dans le même temps, elle nationalise le canal, une voie commerciale vitale alors détenue à 44 % par l’économie britannique. La compagnie riposte par le retrait de ses techniciens britanniques et français. Ils sont remplacés par d’autres, fournis par les pays non-alignés, l’Inde en particulier.

Le Premier ministre britannique, Anthony Eden, tente alors de convaincre l’opinion publique de la nécessité d’une guerre contre l’Égypte. Il fait pour cela appel au patriotisme hérité de la Seconde Guerre mondiale en comparant la nationalisation du canal par Nasser au nationalisme de Mussolini et d’Hitler vingt ans auparavant. Eden, s’opposant à la politique d’apaisement de Neville Chamberlain, déclare qu’une démonstration de force est nécessaire afin de dissuader Nasser de faire de l’Égypte une nouvelle menace militaire et le fait passer pour le « Mussolini du Nil ».

Vue de France, la ligne anticolonialiste, anti-impérialiste, tiers-mondiste, socialiste, nationaliste et arabiste (panarabe) de Nasser apparaît comme une menace. Le FLN algérien, en lutte armée contre la France, a son siège au Caire et reçoit de l’Egypte une aide matérielle et morale importante. Guy Mollet, chef du gouvernement français, est acquis à la cause de l’Algérie française et du soutien à Israël.

Le 26 juillet 1956, Nasser opère la nationalisation du canal et la mise sous séquestres des biens de la compagnie universelle du canal de Suez, lors d’un discours à Alexandrie :

« La pauvreté n’est pas une honte, mais c’est l’exploitation des peuples qui l’est. Nous reprendrons tous nos droits, car tous ces fonds sont les nôtres, et ce canal est la propriété de l’Égypte (...) J’assigne aujourd’hui l’accord du gouvernement sur l’établissement de la Compagnie du Canal. »

De plus, depuis plusieurs années il est question pour l’Égypte de se doter d’un barrage à Assouan, afin de protéger les terres agricoles des crues du Nil et de produire de l’électricité. Or des fonds ont été demandés à l’Union soviétique et aux États occidentaux, mais ces derniers ont suspendu leurs fonds après la réception d’armes en provenance du bloc de l’Est, par l’Égypte.

Accords de Sèvres

Au cours des mois suivant la nationalisation du canal, un accord secret est signé entre la France (Christian Pineau), le Royaume-Uni (Patrick Dean) et Israël (David Ben Gourion) à Sèvres. Leur objectif est alors de renverser Nasser et de récupérer le canal. Les Protocoles de Sèvres stipulent :

« L’État hébreu attaquera l’Égypte le 29 octobre 1956 dans la soirée et foncera vers le canal de Suez. Profitant de cette agression "surprise", Londres et Paris lanceront le lendemain un ultimatum aux deux belligérants pour qu’ils se retirent de la zone du canal. Si l’Égypte ne se plie pas aux injonctions, les troupes franco-britanniques entreront en action le 31 octobre. »

Cet accord, qui devait rester secret, établit le rôle de chaque partie. Les alliés s’accordent pour qu’Israël s’engage militairement contre l’Égypte, laissant le soin à la France et au Royaume-Uni d’intervenir ensuite en demandant aux deux belligérants de retirer leurs troupes des rives du canal puis en menant une intervention franco-britannique sur Port Saïd, connue depuis sous le nom d’ « Opération Mousquetaire » .

Déroulement du conflit

Préparatifs

Parmi les plans élaborés par les Britanniques, l’un d’entre eux consistait à couper le flux des eaux du Nil vers l’Egypte, depuis le barrage des Chutes Owen en Ouganda, de manière à endommager le secteur agricole et couper les communications. Les militaires exposèrent ce plan au Premier ministre Anthony Eden six semaines avant l’invasion. Il fut abandonné par crainte qu’il ne provoque de violentes émeutes parmi la population égyptienne, qu’il aurait pris des mois à mettre en place et qu’il aurait aussi mis à mal d’autres pays comme le Kenya et l’Ouganda.

Au niveau des forces alliées, 155 bâtiments de guerre dont 5 porte-avions sont engagés : 103 de la Royal Navy, 52 de la Marine nationale, auxquels s’ajoutent une centaine de bâtiments réquisitionnés, dont 53 français.

Invasion

Le 29 octobre, Israël envahit la bande de Gaza et le Sinaï et atteint rapidement la zone du canal. Comme convenu lors de l’accord de Sèvres, le Royaume-Uni et la France proposent d’occuper la zone et de séparer les belligérants. Nasser, dont la décision de nationalisation du canal avait été accueillie avec enthousiasme par la population égyptienne, rejette la proposition et donne ainsi un prétexte aux forces européennes de s’allier à Israël pour reprendre le contrôle du canal et renverser le régime en place. Le 31 octobre, la France et le Royaume-Uni entament une vague de bombardements sur l’Égypte afin de forcer la réouverture du canal.

Le soir du 5 novembre, une partie du 2e régiment de parachutistes coloniaux français appuyé par des commandos du 11è Choc saute près de la ligne de chemin de fer bordant le canal au sud de Port Said, est envoyé sur l’aéroport Al-Gamil, prend le contrôle de la zone et établit un point sécurisé afin d’assurer l’arrivée des renforts aériens. Au matin du 6 novembre, les 40e et 42e bataillons de commandos des Royal Marines anglais investissent les plages en utilisant les barges de débarquement de la Seconde Guerre mondiale. Leur assaut est soutenu par les salves des navires de la Royal Navy et de la Marine nationale française postés au large et causant d’énormes dommages aux batteries de défenses égyptiennes. La ville de Port Saïd est touchée par de nombreux incendies et connaît à cette occasion d’importants dégâts.

Le 45e commando progresse dans les terres et marque une innovation dans le domaine militaire en faisant usage d’hélicoptères lors des assauts. Cependant, une partie d’entre eux est abattue par les batteries égyptiennes. D’autre part, le commando ainsi que les quartiers généraux subissent des pertes dues à un tir ami de la Royal Air Force. Les combats urbains menés lors de cette opération voient les forces alliées freinées par des tireurs embusqués égyptiens.

Les habitants égyptiens, équipés d’armes automatiques et convaincus de l’arrivée de renforts russes, opposent une résistance aux forces européennes. Cependant, devant la rapidité de l’invasion et la suprématie aérienne des commandos, l’armée égyptienne se voit forcée de capituler. Les commandos prennent alors le contrôle du canal et se dirigent au sud vers Le Caire.

Réactions politiques au conflit

En France, le gouvernement Mollet obtient un vote de confiance quasi unanime le 30 octobre, moins l’abstention des communistes et des poujadistes. En Grande-Bretagne, au contraire, l’opposition se déchaîne. Les travaillistes, et même une partie des conservateurs, dénoncent le caractère anachronique de cette politique coloniale, et le risque de rupture avec les pays du Commonwealth. Eden est hué à la Chambre des Communes, où les députés lui reprochent de les mettre devant le fait accompli, sans avoir consulté, comme le voulait la coutume, le chef de l’opposition. Les manifestations Law not war (le droit et non la guerre) se multiplient, la plus importante ayant lieu le 4 novembre, juste avant le débarquement. L’inquiétude grandit quand l’interruption du trafic du canal menace les approvisionnements pétroliers.

Cessez-le-feu et retrait des armées

Au moment où l’armée israélienne s’empare de la presqu’île du Sinaï et atteint le canal de Suez, une mise en garde très ferme de l’Union soviétique stoppe l’offensive ; Israël doit se replier sur ses frontières de 1949. L’URSS bluffe alors en menaçant la France, l’Angleterre et Israël d’une riposte nucléaire. L’OTAN rappelle à l’URSS qu’il ripostera en ce cas. Les États-Unis, passifs jusque-là, exigent le retrait des forces occidentales pour désamorcer la crise, font monter la pression contre le gouvernement britannique en lançant une attaque monétaire contre la livre sterling et envoient leurs forces navales et aériennes interférer dans le dispositif anglo-français.

L’Assemblée générale des Nations unies, réunie en session extraordinaire d’urgence du 2 au 10 novembre 1956, adopte des résolutions prévoyant l’intervention de la FUNU (Force d’Urgence des Nations unies) dont le but est de remplacer les forces franco-britanniques à partir du 15 novembre 1956 afin de restaurer la paix ; ce fut la première opération multilatérale des Nations unies, qualifiée de "première génération". Dès lors, les "Casques Bleus" étaient nés. Le ministre canadien des Affaires extérieures de l’époque, Lester B. Pearson, a d’ailleurs reçu le prix Nobel de la paix en 1957 pour le rôle qu’il a joué dans l’apaisement de la Crise de Suez ainsi que pour son initiative de déployer une force onusienne neutre entre les parties belligérantes.

Conséquences

Les conséquences les plus graves sont assumées par les britanniques, dont cette crise annonce à la fois la fin de l’empire et la soumission aux Etats-Unis. Suite aux pressions exercées, notamment la dévalorisation de la Livre Sterling, désormais toute tentative isolée était vouée à l’échec.

La France, comme le Royaume-Uni, se ridiculise à l’issue de cette guerre. La preuve est faite que les pays d’Europe ne sont plus les puissances dominantes dans cette région. Les États-Unis et l’URSS ont tenu à montrer que l’ère coloniale était finie, et qu’aucune politique au Proche-Orient ne pouvait se faire sans eux.

L’URSS gagne en prestige au Moyen-Orient, et resserre beaucoup son alliance avec l’Égypte. Pour les Soviétiques, la crise de Suez a aussi fait diversion aux évènements de Hongrie, où les chars russes écrasent l’insurrection de Budapest le 4 novembre.

Le régime égyptien, malgré la défaite militaire, ressort triomphant de cette crise. L’humiliation de la France et le triomphe de l’Égypte renforce le FLN dans le conflit algérien. Le Soudan, condominium anglo-égyptien, accède à l’indépendance. En 1958, l’Iraq hachémite et vassal de l’Occident, par une révolution, passe aux pro-nassériens (amis de l’URSS). Le Liban, en 1958, est secoué par une mini guerre civile entre les chrétiens tournés vers l’Occident et les musulmans tournés vers le monde arabe.

Israël se conforte comme puissance militaire, l’opération a détruit une partie du potentiel militaire égyptien et la France a renforcé sa coopération militaire avec l’État hébreu avec entre autres la livraison des premiers avions à réaction de l’aviation israélienne, (Mystère II, Mystère IV, Vautour, de chars légers AMX-13 et une coopération nucléaire -don d’un détonateur-, conformément au protocole de Sèvres.

Le retrait des britanniques -suite aux pressions américaines- sans en avertir leurs alliés, ainsi que le véto américain sont à l’origine d’un changement stratégique majeur pour la France. Suite à cette crise, De Gaulle procèdera à l’armement nucléaire de la République Française, la Force de frappe, non seulement contre l’URSS, mais contre toutes menaces potentielles, y compris les Etats-Unis. D’autre part, l’adoption du retrait malgré le succès des opérations, faisant suite à la résolution disgracieuse du conflit Indochinois en 1954, continuera d’aggraver la méfiance d’une partie du commandement militaire vis-à-vis du gouvernement français. Cette méfiance se changera en défiance lors du Putsh des Généraux à Alger en 1961 auquel prendra part le général Challe membre de la délégation française lors des accords de Sèvres.

L’opposition de la France face aux Etats-Unis et aux britanniques, lors du projet d’invasion de l’Irak en 2002, pourrait être une séquelle directe des tensions apparues lors de la crise de Suez.

sources wikipedia

Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?

Vous inscrire sur ce site

L'espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Retour en haut de page

Qui sommes nous ? - Du coté technique - Nous contacter
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Développement de sites internet de qualité / YLMedia - Infographie - Site web sur mesure
Passionnés de voyages, l'agence des beaux voyages - Sites internet médicaux - ovh