Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La première campagne d’Espagne (221-219)

, par

La première campagne d’Espagne (221-219)

Du jour même où il fut nommé général, il sembla que l’Italie lui avait été assignée pour département, et qu’il devait porter la guerre contre Rome. Convaincu qu’il
ne fallait pas perdre un moment, de peur que, s’il hésitait, il ne succombât, comme Amilcar,son père, comme Hasdrubal, à quelque coup du sort, il résolut d’attaquer Sagonte.Mais, comme le siège de cette ville devait infailliblement attirer sur lui les armes romaines, il
marcha d’abord contre les Olcades, nation située au-delà de l’Hèbre, et qui se trouvait dans le lot des Carthaginois plutôt que dans leur dépendance ; il voulait paraître ne pas attaquer Sagonte, mais être comme entraîné à lui faire la guerre par suite de ses conquêtes et de la soumission des peuples voisins. Cartala, cité opulente, capitale des Olcades, est prise et pillée. Frappées de terreur, les places moins importantes se soumettent au vainqueur, qui leur impose un tribut. L’armée triomphante, chargée d’un riche butin, alla prendre ses quartiers d’hiver à Carthagène. Là, par un généreux partage des dépouilles ennemies, par son exactitude à payer la solde qui était due, Hannibal s’attacha de plus en plus les soldats et les alliés ; et, au retour du printemps, il dirigea ses armes contre les Vaccéens.
Hermandica et Arbocala sont emportées d’assaut ; Arbocala, soutenue par la valeur et le nombre de ses habitants, opposa une longue résistance. Les réfugiés d’Hermandica, joints à ceux des Olcades, peuple soumis l’année d’auparavant, soulèvent les Carpétans ; ils attaquèrent Hannibal dans sa retraite du pays des Vaccéens, non loin du Tage, et retardèrent sa marche, qu’embarrassait déjà le butin. Hannibal n’engagea point l’action ; il fit camper ses troupes sur la rive du fleuve, et, lorsque le silence l’avertit que ses adversaires étaient plongés dans le premier sommeil, il traversa le fleuve à gué : laissant
ensuite, par la disposition de ses lignes, un espace aux ennemis pour marcher sur ses traces, il résolut de les surprendre au passage. Sa cavalerie reçut l’ordre de
commencer l’attaque dès qu’ils seraient entrés dans l’eau. L’infanterie, placée sur la rive, avait en tête quarante éléphants. Les Carpétans, avec les débris des Olcades et des Vaccéens, étaient forts de cent mille hommes, armée invincible à terrain égal. Naturellement présomptueux, comptant sur le nombre, persuadés que la crainte avait été la cause de la retraite d’Hannibal, certains que le seul obstacle à la victoire était le passage du fleuve, ils poussent un cri de guerre, et, sans ordre, sans guide, ils s’élancent dans les eaux, chacun à l’endroit le plus voisin. De l’autre rive du fleuve, on envoie contre eux un gros de cavalerie, et il s’engage, au milieu du courant, une lutte inégale, où l’infanterie, qui n’avait point le pied ferme, et qui redoutait d’être submergée, pouvait être facilement culbutée, même par des cavaliers sans armes, qui auraient poussé leurs chevaux au hasard ; tandis que les cavaliers, libres de leurs mouvements et de leur armure, dont les chevaux avaient pied dans les endroits les plus profonds, combattaient de près et de loin. Une grande partie fut engloutie dans le fleuve ; quelques-uns, emportés vers les Carthaginois par la rapidité du courant, furent écrasés sous les pieds des
éléphants ; les derniers, trouvant plus de sûreté à regagner leur rive, au moment où, dispersés çà et là, ils cherchaient à se réunir, et à se remettre de cet affreux désordre, virent paraître Hannibal à la tête d’un bataillon carré ; il traversait le fleuve, et bientôt il les eut chassés du rivage. Le pays fut dévasté, et, quelques jours après, les Carpétans étaient soumis. Dès lors tout le pays situé au-delà de l’Hèbre, Sagonte exceptée, subissait le joug de Carthage.


Eugène Lasserre, Tite-Live, Histoire romaine, t. IV, Paris, Garnier, 1937

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.