Publicité

Publicité
Publicité
Supportez HdM en donnant un peu de temps de processeur, ça ne vous coute rien, cliquez sur "Start Mining" pour donner votre accord
Loading...

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Mort d’Hamilcar (229) ; Hasdrubal le remplace

, par

Mort d’Hamilcar (229) ; Hasdrubal le remplace

Agité d’inquiétudes et de regrets, à peine il a conclu la paix avec Rome, que, pour relever la puissance de Carthage, il fait, pendant cinq années, la guerre en Afrique, puis en Espagne pendant neuf ans. Nul doute qu’il ne méditât une expédition de plus haute importance. Si sa carrière se fût prolongée, les Carthaginois auraient, sous ses ordres, porté en Italie la guerre que son fils y porta dans la suite ; elle ne fut différée que par cette mort qui survint si à propos, et par l’enfance d’Hannibal. Un intervalle de près de huit années entre le père et le fils fut rempli par l’autorité d’Hasdrubal. D’abord favori d’Amilcar, qui voyait briller en lui la fleur de la jeunesse ; devenu ensuite son gendre à cause de ses qualités éminentes, et, par là, chef de la faction Barcine, si puissante auprès des soldats et du peuple, il resta, malgré les grands, seul maître de l’empire. Plus politique que guerrier, en offrant l’hospitalité aux petits princes de l’Afrique, il se concilia par les monarques l’affection des sujets, et
accrut ainsi, non moins que par la guerre et les armes, la puissance de Carthage.
Cependant la paix ne le sauva point. Un barbare, irrité de ce qu’il avait fait périr son maître, l’assassina au milieu de ses gardes : arrêté sur-le-champ, il montra un air aussi
satisfait que s’il se fût échappé ; et alors même qu’il était déchiré par les tortures, il garda une telle contenance que la joie surmonta chez lui la douleur, et qu’il sembla même sourire à ses bourreaux. L’habileté d’Hasdrubal à gagner les peuples et à les soumettre à ses lois avait engagé les Romains à renouveler avec lui le traité d’alliance, aux conditions que l’Hèbre serait la limite des deux empires, et que Sagonte, placée entre les
deux puissances, conserverait sa liberté.


Eugène Lasserre, Tite-Live, Histoire romaine, t. IV, Paris, Garnier, 1937

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.