Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Henry Ford

, par

Henry Ford (30 juillet 1863 à Dearborn, Michigan, États-Unis - 1947) est le fondateur de la Ford Motor Company. Il a élaboré une nouvelle méthode de travail industriel que l’on a appelée le fordisme ; elle a assuré pour un temps la prééminence de son entreprise dans le domaine de la construction automobile.

Ses parents s’appelaient William et Mary (Litogot) Ford. Il était l’aîné de 6 enfants(4 garçons et 2 filles).

Son père était natif de la paroisse de Kilmalooda, Comté de Cork en Irlande. Ils arrivèrent en Amérique en 1847 et montèrent une ferme dans le comté de Wayne (Michigan) près de Detroit.

Enfant, Henry Ford s’intéressait beaucoup à la mécanique. À l’âge de 12 ans, il passait le plus clair de son temps dans un atelier qu’il avait équipé lui-même. Ainsi, à 15 ans, il construisit son premier moteur à vapeur.

Plus tard il devint apprenti mécanicien à Detroit dans les magasins de James F. Flower and Bros puis dans une usine de Detroit, Dry Dock Co. après avoir terminé son apprentissage en 1882. En juillet 1891, il était employé comme ingénieur par la Edison Illuminating Company de Detroit. Il devint ingénieur en chef le 1er novembre 1893.

Le 13 avril 1888 il se maria avec Clara J. Bryant de Greenfield, Michigan, la fille de Melvin Bryant, un fermier du comté de Wayne. Madame Ford mourut le 29 septembre 1950 à l’âge de 84 ans. Ils eurent un fils, Edsel Bryant Ford, né le 6 novembre 1893.

La carrière de constructeur automobile de Ford date de l’hiver 1893 quand son intérêt pour les moteurs à combustion interne le poussa à construire un modèle à un cylindre essence. Le premier moteur Ford prit naissance. Une version ultérieure de ce moteur propulsait une vélocyclette à 4 roues. La première automobile de Ford sortie des ateliers en juin 1896.

Le 19 août 1899, il démissionna de la Edison Illuminating Company et avec d’autres techniciens de la firme, créa la Detroit Automobile Company. Il prit 1/13e des parts (soit 100 actions) et en devint le directeur du département de mécanique. Cette société fit faillite un an et demi plus tard.

Parallèlement, Henry Ford concevait et construisait plusieurs voitures de course. Avec une de ces voitures, la fameuse 999 racer, il établit un record mondial sur un mile, couvrant la distance en 39-2/5 de secondes le 12 janvier 1904, sur le lac glacé de Sainte-Claire.

Le 16 juin 1903, Ford aida à organiser la Ford Motor Company, capitalisée à 150 000 $, dont 28 000 de sa poche. La première voiture construite par la société fut vendue le 15 juillet 1903. Henry Ford possédait 25,5% des parts de la nouvelle organisation. Il devint président en tant qu’actionnaire majoritaire en 1906.

Un peu plus d’un an près la déclaration de la première guerre mondiale, en décembre 1915 Ford affreta un bateau réunissant l’intelligentsia pacifiste américaine et entreprit de convaincre l’Europe de cesser les hostilités. Il réussit à faire naître un embryon de mouvement, mais ne réussit pas à concrétiser ses idéaux et s’attira des moqueries. Le projet lui coûta plusieurs millions de dollars.

Selon son témoignage, durant la traversée, deux membres de la communauté juive ayant des contacts avec les milieux sionistes lui expliquèrent que le véritable enjeu de cette guerre était la création du futur état d’Israël, et que les parties en conflit étaient instrumentalisées par les milieux d’affaires internationaux adhérant à l’idéologie sioniste[1]. Cette rencontre le conduit à adopter une position radicalement antisioniste et antijudaïque qui a été décriée comme étant de l’antisémitisme.

En 1919, Henry Ford, sa femme Clara et son fils Edsel rachetèrent les parts de tous les autres actionnaires pour 105 820 894 $ et devinrent les seuls actionnaires de la société. Edsel, qui succéda à son père en 1919 en tant que président, occupa cette position jusqu’à sa mort en 1943 ; Henry Ford reprit alors le poste. Il était franc-maçon.

Dans les années 1920, le fordisme et ses corollaires - la mécanisation, l’amélioration des conditions de travail et le développement de l’économie - font d’Henry Ford un héros populaire en URSS et les ventes de véhicules Ford décuplent entre 1922 et 1925 et nombre de ses véhicules équipérent l’armée rouge durant la seconde guerre mondiale.

Dans les années 1920, Henry Ford prit une position hostile à l’égard des juifs. Il accusait les Juifs de posséder les plus grandes entreprises américaines. Pour étayer ses thèses, il acheta en 1920 un hebdomadaire local The Dearborn Independent, dans lequel il publia, entre 1920 et 1922, 81 articles sur « la Question juive en Amérique », selon lui le « principal problème à la paix dans le monde ». The Dearborn Independent était gratuitement distribué aux États-Unis à travers le réseaux des magasins Ford et il atteignit à son apogée 700 000 lecteurs.

Henry Ford publia ensuite les articles dans un ouvrage en quatre volumes intitulé The International Jew : The World’s Foremost Problem cité par Hitler dans Mein Kampf. Lors du procès de Nuremberg, Baldur von Schirach, le chef des Jeunesses hitlériennes déclara avoir été influencé par la lecture de Ford.

Sur cette question, l’historien Pierre Abramovici écrit dans l’article « Comment les firmes US ont travaillé pour le Reich » (Historia, n° 669, septembre 2002, p. 40-45) :

« Henry Ford, le plus que septuagénaire milliardaire américain, est un antisémite maladif. Il accuse les Juifs d’avoir déclenché la grande Guerre et commence à les attaquer dès 1916. En 1920, il achète un hebdomadaire, le Dearborn Independant, qui lui fournit une tribune. ». Il entretient des relations privilégiées avec l’Allemagne nazie : « Henry Ford est décoré, à Detroit le 30 juillet 1938, de l’ordre allemand de l’Aigle. Cette distinction, réservée aux étrangers, lui est remise par le consul allemand à Detroit, Karl Capp et par son homologue à Cleveland, Fritz Heiler. » Il participe le 26 juin 1940 à un dîner de gala au Waldorf Astoria de New York, destiné à célébrer la victoire allemande sur la France, après que cette dernière lui eut déclaré la guerre. »

Henry Ford participa également à l’effort de guerre allemand. Toujours selon Pierre Abramovici : « En 1938, Ford Compagny ouvrira, dans la banlieue de Berlin une usine d’assemblage de véhicules de transports de troupes. Avec Opel, société d’origine allemande, mais propriété de General Motors, l’autre grand constructeur automobile US, Ford produira près de 90% des half-tracks de 3 tonnes et 70% des camions lourd et moyen tonnage utilisés par la Wehrmacht. » Après la guerre, les firmes ITT et General Motors se font dédommager par le gouvernement américain pour les dommages causées à leurs usines en partie détruites par les bombardiers américains. « De son côté, Ford arrache un peu moins d’un million de dollars pour les dégâts provoqués à ses chaînes de fabrication de camions militaires installées à Cologne. Sans compter les 38 millions de francs versés, pendant la guerre, par Vichy, après le bombardement par des avions alliés de son usine de Poissy dans laquelle elle produisait vingt camions par jour destinés à la Wehrmacht. »

En septembre 1945, quand il abandonna le poste de président pour la deuxième fois, Henry Ford recommanda l’aîné de ses petits-fils, Henry Ford II, à l’élection de ce poste. Le conseil des directeurs suivit cette recommandation.

Henry Ford était un membre de la Society of Automotive Engineers, le Automobile Club of America, et le Detroit Board of Commerce.

En collaboration avec Samuel Crowther, il écrivit My Life, and Work(1922), Today and Tomorrow (1926) et Moving Forward (1930) qui décrivait le développement de la Ford Motor Company’ et soulignait ses théories sociales et industrielles. Il publia aussi "Edison, As I Know Him’ (1930), avec le même collaborateur. Le diplôme de Docteur en ingénierie lui fut délivré par l’université du Michigan et le collège de l’État du Michigan, il reçut aussi un ’LL.D.’ honoraire de l’université Colgate.

Henry Ford était végétarien (peut être sous l’influence d’Edison) et croyait à la réincarnation.

Henry Ford mourut à sa résidence Fair Lane à Dearborn, à 23:40 le lundi 7 avril 1947, à la suite d’une hémorragie cérébrale. Il avait 83 ans. À son enterrement assistèrent madame Ford et les membres de la famille. À l’heure de sa mort, une crue de la Red River, qui coule à travers le sol de Fair Lane, provoqua une coupure électrique. Des vieilles lampes à pétrole et des bougies étaient les seules sources de lumière dans la maison, créant une scène similaire en cela à sa naissance dans la même région bien des années auparavant.

Le service funéraire s’est tenu à la cathédrale de l’épiscopale de Saint Paul à Detroit, et Henry Ford fut enterré dans le cimetière de la famille Ford à l’église de l’épiscopale de Sainte Martha.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.