HistoireduMonde
.net

Émile Zola

Émile Zola, écrivain français (Paris, 2 avril 1840 - Paris, 29 septembre 1902), est considéré comme le chef de file du naturalisme. Il a joué un grand rôle dans la révision du procès d’Alfred Dreyfus.

Fils unique de Francesco Zola (7 août 1795 à Venise - 27 mars 1847), ingénieur italien qui travaillera à Aix-en-Provence, à la construction du canal qui portera son nom, et d’Émilie Aubert (6 février 1819-17 octobre 1880), originaire de la Beauce bourguignonne, Émile naît à Paris le 2 avril 1840. La famille s’installe à Aix-en-Provence et connaît, à la mort du père, de graves difficultés financières. Au collège d’Aix, il est condisciple de Paul Cézanne à qui il dut, plus tard, de rencontrer des peintres comme Monet, Sisley, Pissarro, Manet. Il rentre au lycée Saint Louis à Paris en mars 1858 et, en 1859, échoue par deux fois au baccalauréat (à cause du français...). Ne voulant plus être à la charge de sa mère, il abandonne ses études et cherche du travail. Le 1er avril 1860, Zola entre aux docks de la douane mais quitte son emploi deux mois plus tard. En 1862, il est naturalisé français, trouve un modeste emploi comme manutentionnaire, pour 100 francs par mois à la librairie Hachette, où il restera jusqu’en 1866.

Apport journalistique

En quelques mois, il devient chez Hachette chef de la publicité et noue nombre de relations avec de grands noms tels que Taine ou Littré. Dès 1863, Zola collabore aux rubriques littéraires de différents journaux. Son activité de journaliste est promise à occuper dans sa vie une place de choix. Dès 1866, il tient dans l’Événement la chronique littéraire ainsi qu’une chronique artistique. Il a alors pour amis Édouard Manet, Camille Pissarro et fait la connaissance d’Edmond et Jules de Goncourt. À l’ Illustration, il donne deux contes. Il écrit dans un journal alors de gauche, le Figaro, dans le Globe, le Gaulois et la Libre Pensée.

Il conçoit le projet Rougon-Macquart, qu’il terminera en 1893. Cela sans cacher qu’il s’agit d’un objectif vénal : gagner de l’argent étant l’une de ses obsessions avec celle de rendre à sa mère une dignité sociale. Il commence par écrire et faire paraître des contes, mais son projet est romanesque et s’inscrit dans le réalisme de Balzac et de Flaubert, auquel il ajoute un intérêt marqué pour les névroses. Avec Thérèse Raquin, l’entreprise se dessine, mais elle va s’accomplir avec Les Rougon-Macquart, vaste fresque romanesque de vingt romans dans lesquels l’auteur entreprend de décrire tous les milieux sociaux et de montrer comment se transmet et se transforme dans une famille une même tare génétique. À ce travail colossal, Zola consacre l’essentiel de son temps pendant plus de vingt années (Nulla dies sine linea - Pas un jour sans une ligne - était sa devise). Il se marie en 1870 avec Alexandrine Méley, mais n’aura pas d’enfants d’elle. La même année il est engagé comme secrétaire par le député de gauche Alexandre Glais-Bizoin. En 1871, il est journaliste parlementaire à la Cloche et collaborateur régulier du Sémaphore de Marseille et du Messager de l’Europe, mensuel dans lequel paraîtront en 1878 Les Romanciers contemporains et, en 1879, le manifeste du mouvement naturaliste, Le Roman expérimental.

À partir de 1873, il se lie avec Gustave Flaubert et Alphonse Daudet. Il rencontre Joris-Karl Huysmans, Paul Alexis, Léon Hennique et Guy de Maupassant qui deviendront les fidèles des soirées de Médan, lieu, près de Poissy où il possède une petite maison de campagne, acquise en 1878. Il devient le chef de file des naturalistes. Le volume collectif de ces Soirées paraîtra deux ans plus tard. En 1886, Zola rompt avec Paul Cézanne qui eut peut-être raison de se reconnaître dans le personnage de Claude Lantier, le peintre raté de L’Œuvre. La publication de La Terre soulève la polémique : le « Manifeste des cinq » marque la critique de jeunes écrivains naturalistes. Sa vieillesse est pourtant illuminée par les deux enfants que lui donne Jeanne Rozerot, sa maîtresse depuis 1888.

Vocation tardive ?

Les Rougon-Macquart achevés, Zola entreprit une nouvelle œuvre en trois volumes, Les Trois Villes : Lourdes, paru en 1894 et aussitôt mis à l’index ; Rome, en 1895 ; Paris, en 1898. Ce triptyque décrit l’aventure de Pierre Froment, fils d’un couple singulier composé d’une dévote et d’homme de science. Il est le foyer des oppositions de la fin du siècle : la science et le retour au spiritualisme. Les Quatre Évangiles suivront : Pierre a fini par épouser Marie, avec laquelle il a trouvé le bonheur ; ils auront quatre fils, nouveaux apôtres auxquels il appartient de réaliser sur la Terre la justice et la paix. Mathieu est le héros de Fécondité (1899), Luc celui de Travail (1900), Marc celui de Vérité (1902). Zola meurt, alors qu’il travaille à Justice, dont Jean aurait été le héros.

Engagement dans l’affaire Dreyfus

Installé dans une confortable notoriété (il transforme régulièrement la maison de Médan avec ses droits d’auteur), il n’hésite pas à entrer dans la lutte politique lorsqu’il est convaincu de l’innocence du capitaine Dreyfus accusé d’espionnage à la solde de la Prusse. Il ne se manifeste pas lors de l’arrestation de Dreyfus en 1894. Pourtant, dès 1895, Zola est indigné par les campagnes antisémites, en particulier par celle d’Édouard Drumont dans La France juive et son journal La Libre Parole. La dégradation publique de Dreyfus, le 5 janvier 1895, et son emprisonnement à l’Île du Diable l’interpellent. Le 16 mai 1896, il publie l’article Pour les juifs dans le Figaro en réaction aux campagnes à la Drumont et s’inquiète déjà de l’honneur de la France.

Cet engagement, sa stature et son statut de chef de file du naturalisme, son indépendance à l’égard des religions et de l’argent, son efficacité rhétorique, poussent les dreyfusards Scheurer-Kestner et Bernard Lazare à lui demander d’intervenir. Il hésite mais, en septembre 1897 il écrit à sa femme qu’il est décidé. Le 13 janvier 1898 il publie dans L’Aurore de Georges Clemenceau son fameux « J’accuse » [1](Lettre au Président de la République), donnant ainsi une nouvelle dimension au processus de la révision. Un procès en diffamation le condamne à un an d’emprisonnement, le maximum de la peine prévu, et à une grosse amende - qui, avec les frais, s’élève à 7 500 francs (elle est payée par l’écrivain Octave Mirbeau). Il part en exil à Londres pour éviter l’emprisonnement. De retour, un an plus tard, il publie dans La Vérité en marche ses articles sur l’affaire.

Décès et honneurs

Le 29 septembre 1902, il meurt asphyxié, chez lui, à cause d’une cheminée bloquée. Cette mort serait accidentelle, mais étant donné le nombre d’ennemis qu’avait pu se faire Zola (notamment chez les anti-dreyfusards) la thèse de l’assassinat n’a jamais été totalement écartée. Après sa mort, une enquête est réalisée mais n’aboutit à aucune conclusion probante. Au cours de ses obsèques au cimetière de Montmartre, une délégation de mineurs descendue du Nord défile devant sa tombe en scandant le mot "Germinal". Prononçant l’oraison funèbre, Anatole France dira de Zola : "Il fut un moment de la conscience humaine."

Alfred Dreyfus est réhabilité en 1906.

Les cendres de Zola ont été transférées au Panthéon de Paris le 4 juin 1908.

Le 13 janvier 1998 une cérémonie a eu lieu au Panthéon de Paris, présidée par le ministre de la Justice, Élisabeth Guigou, pour le centenaire de la parution dans l’Aurore de la lettre ouverte au président de la République, J’Accuse.

Deux discours ont été prononcés, par le Premier ministre, (discours consultable sur Wikisource) et par le premier président honoraire de la Cour de Cassation, Pierre DRAI, sur le thème du rôle de la Cour de cassation dans le dénouement de l’affaire Dreyfus.

Aujourd’hui il est considéré comme la figure phare du naturalisme et comme l’un des plus grands écrivains français de tous les temps.

Depuis 1985 sa maison de Médan (Yvelines) est devenue un Musée.

Tous les premiers dimanche d’octobre un pèlerinage est organisé par la Société littéraire des amis d’Émile Zola.

Cinéma

L’œuvre d’Émile Zola a connu une large adaptation cinématographique, avec plus de soixante films réalisés d’après ses œuvres, en diverses langues. La première adaptation fut celle de L’Assommoir, par Ferdinand Zecca, l’année même du décès de l’auteur, en 1902.

Outre L’Assommoir, plus de la moitié des titres de la série des Rougon-Macquart ont été adaptés à l’écran. Certains, comme Nana ou Germinal ont fait l’objet de plusieurs adaptations, avec une fidélité plus ou moins heureuse aux œuvres d’origine.

Hors des Rougon-Macquart, le seul ouvrage de Zola qui sera assez largement traité à l’écran est Thérèse Raquin.

E

sources wikipedia

Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?

Vous inscrire sur ce site

L'espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Retour en haut de page

Qui sommes nous ? - Du coté technique - Nous contacter
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Développement de sites internet de qualité / YLMedia - Infographie - Site web sur mesure
Passionnés de voyages, l'agence des beaux voyages - Sites internet médicaux - ovh