Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Gapone

Le pope de la révolution russe

, par

Gapone était un pope orthodoxe, qui connaissait particulièrement bien la misère du peuple russe pour avoir prêché de nombreuses fois devant des miséreux. Habitué aux quartiers ouvriers, Gapone prend leur parti et il les mènera à manifester durant le dimanche rouge, le commencement de la révolution russe, pour réclamer de l’aide au tsar. Mais cela ne se passera pas comme prévu.

Le dimanche rouge

Du côté des révolutionnaires, Gapone a également dirigé les bolcheviques le 22 janvier 1905 à Petrograd, lorsque les ouvriers allèrent présenter la pétition au tsar. Rédigée par Gapone et signée par de nombreux Russes, celle-ci réclamait plus de justice et de protection de la part du tsar, mais aussi un salaire décent, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, le droit de créer des syndicats et autres demandes pour l’amélioration des conditions de vie du peuple.
Gapone n’avait pas l’intention de faire tomber le tsar, contrairement aux bolcheviques, car la plupart des paysans ne pensait pas pouvoir se passer de lui. C’est d’ailleurs le pope qui ordonna de ne porter aucune arme lors de la manifestation, ce que la garnison de Petrograd n’a malheureusement pas remarqué, et elle a tiré sur la foule. Les gardes de Gapone furent tués, mais pas lui, le guide de la manifestation.

L’Eglise dans la révolution

« La religion est l’opium du peuple » avait dit Karl Marx. Selon lui, les hommes se réfugiaient dans la religion qui dictait la conduite à avoir. Cela instaurait une soumission de l’Homme par rapport à l’Eglise, mais également par rapport à l’Etat, car l’Eglise est l’Etat ne faisaient qu’un. C’est ainsi que la révolution retirera le pouvoir à l’Eglise orthodoxe, que les églises seront détruites, et les popes dénis de leur fonction. Mais Gapone ne sera plus là pour le voir, car il meurt le 28 mars 1906. Après s’être exilé en Suisse et avoir retrouvé des mencheviques, il revient à Petrograd en automne 1905. Mais il sera finalement retrouvé pendu dans la « campagne finlandaise », dont les coupables seraient des socialistes révolutionnaires.


Sources : Le dimanche rouge de Nicolas II
wikipédia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.