Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Entre le marteau et l’enclume

, par


Son intention est de lancer une masse de rupture droit à l’est, sur Tunis, par la vallée de la Medjerda. Tombant ainsi au cœur du dispositif ennemi, cette masse coupera l’adversaire en deux tronçons, isolant les défenseurs de Bizerte de ceux d’Enfidaville. Puis, tandis que les grandes unités du secteur nord liquideront le tronçon de Bizerte, la masse de manoeuvre à base de blindés pivotera de Tunis vers le sud pour refouler sur le front solide de la Ville armée le gros de l’ennemi, qui sera ainsi pris entre le marteau et l’enclume.
Mais tour permettre à la Ire armée de fournir, sur l’axe Medjez-Tunis, cet effort décisif, il faut la renforcer et la « condenser ».
Dans cette intention, dès la prise de Gafsa, le général Alexander a déjà fait roquer le 2e corps américain vers le nord, dans la zone de la Ire armée, où il relève les éléments du 5e corps britannique qui tenaient le secteur entre la côte et les hauteurs au nord de la Medjerda.
Puis, après l’affaire de Fondouk du 10 avril, il fait également remonter au nord, sur la Ire armée, le 9e corps britannique, qui prend à son compte la partie sud du front de cette armée, dans le secteur Goubellat - Bou-Arada.
Après la relève de ses éléments au nord et au sud de la vallée de la Medjerda, le 5e corps peut donc se concentrer dans cette vallée, où se situera l’axe d’effort principal de l’offensive.
A partir du 16 avril, on a donc sur le front de la Ire armée, face à l’est : au nord, le 2e corps américain dans les vallées étroites de Sedjenane et de Sidi-N’Sir, routes de Bizerte et de Mateur, couvert à sa gauche, sur les hauteurs du littoral, par le corps franc d’Afrique, belle unité de volontaires français ; au centre, le 5e corps à Medjez et dans la vallée de la Medjerda ; au sud, le 9e corps, en liaison, à droite, avec le I9e corps français, lequel fait face à la charnière allemande du Zaghouan.
A la Ville armée, entre le Zaghouan et la mer, il n’y a pour le moment, face au nord, que la colonne Leclerc à gauche et le 10e corps à droite.

Sources : Article du Colonel Goutard Historia magazine 1968

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.