Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Des captures sensationnelles

, par

Le 12 au soir et dans la journée du 13, les divisions d’Oran et d’Alger poussent vers l’est de forts détachements qui compléteront la liaison avec les forces britanniques et françaises de la Ville armée.
A la division d’Alger, le général Conne a lancé, le 12, sur l’axe Zriba - Bou-Ficha, un détachement d’exploitation constitué par le groupe de tabors marocains du colonel de La Tour. Le village de Zriba est pris dans la soirée, mais un régiment italien, dont il convient de signaler la belle résistance (125e R.I., colonel Chiaramonti), tient ferme, jusqu’au 13 à 10 heures, le djebel Zriba qui domine le village. Le détachement d’exploitation peut ensuite aller prendre liaison avec les Anglais à Bou-Ficha.
A la division d’Oran, le groupement blindé
Le Couteulx, venant de Sainte-Marie-du-Zit, atteint, le 13 à midi, Djeradou, où il établit la liaison avec la Ire division française libre (Ire D.F.L.) du général de Larminat.
Dans les deux divisions, ces mouvements s’accompagnent de captures sensationnelles ! A la division d’Oran, dans la nuit du 12 au 13, on amène au P.C. du général Boissau, à Sainte-Marie-du-Zit, des parlementaires de haute qualité : le général Mancinelli, chef d’état-major du général Messe, commandant la Ire armée italienne, ex-armée Rommel, accompagné du colonel Mackert, représentant les unités allemandes de cette armée.
A la division d’Alger, c’est le chef d’état-major du 21e corps italien (divisions italiennes « Spezia « et « Pistoia » et 164e D.I. allemande) qui se présente au détachement d’exploitation de la division.
Un élément du détachement d’exploitation, le 59e goum, cueille sur la route une colonne qui se présente, constituée de près de 200 camions de l’Axe chargés d’hommes, Allemands et Italiens. Dans cette seule journée du 13, ils dirigeront quelque 6 000 prisonniers sur nos arrières.
Quant à la division d’Alger, arrêtée sur place devant la face sud du Zaghouan, sur la route de Saouaf, dans cette vallée que l’on ne pouvait traverser sans déclencher des barrages d’artillerie et qu’emplit maintenant un surprenant silence, elle contemple ce djebel Leri, contrefort sud du Zaghouan, contre lequel se brisait encore, le 10 mai dans l’après-midi, l’assaut du bataillon Bouvattier (III/9 R.T.A.).
Maintenant, ce 12 mai au soir, c’est-à-dire deux jours plus tard, nous pouvons examiner, sans crainte cette fois, ce grand pic du Zaghouan dont il fallait se cacher comme d’un ennemi car, du haut de ses 1 295 mètres, les observateurs de l’artillerie ennemie plaçaient leurs obus comme à la main dans la vallée et les ravins. « Vous êtes vus du Zaghouan ! répétait-on. Le canon s’étant tu et les armes étant déposées, nos tirailleurs, au repos sur place, contemplent au loin les longues files d’Allemands et d’Italiens qui descendent du massif par toutes les pistes, comme les rat qui quittent le navire en perdition.
Le lendemain, 13 mai, sur les 34 500 prisonniers que dénombrera le 19e corps du général Kceltz, une quinzaine de milliers d’Allemands et d’Italiens sont déjà rassemblés sous le soleil brûlant, dans un grand champ desséché et sommairement clos de barbelés. derrière la petite gare détruite de Pont-duFahs. Ce sont là les débris de cet Afrika Korps réputé invincible. Et c’est un tel spectacle que le colonel Maunier-Condroyer y fait conduire successivement, par des navettes de camions, tous nos gradés et tirailleurs du 9e R.T.A. pour que, après avoir souffert et lutté pendant des mois dans les djebels désolés, sous le vent et la pluie de l’hiver, ils voient le résultat tangible de leurs efforts et de leurs sacrifices.
Le 13 mai, à 13 heures, quelques heures après que les rochers du Zaghouan eurent répercuté l’écho du dernier coup de canon tiré en Afrique, le général Alexander pouvait adresser à Winston Churchill le télégramme suivant :
Monsieur le premier ministre, il est de mon devoir de vous rendre compte que la campagne de Tunisie est terminée. Toute résistance ennemie a cessé. Nous sommes maîtres des rivages nord-africains.


Sources : Article du Colonel Goutard Historia magazine 1968

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.