Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Au pistolet mitrailleur, à la grenade...

, par


Organisant en point d’appui fermé le tunnel avec son ler bataillon et le carrefour avec son 2e peloton, le capitaine Villaume découple les 3e et 4e pelotons, aux ordres du lieutenant Petitjean, à l’intérieur du village.
L’atmosphère est lourde de silence et de mystère. Vers 2 h 30, trois Allemands sont arrêtés par l’escouade de la Droitière du I er peloton. Quelques coups de feu : l’alerte est donnée.
Conduit par le commandant de Foucaucourt, le ler commando s’élance. Il est pris sous quelques rafales de mortiers, en voulant atteindre le tunnel. Puis tout se tait, l’ennemi croyant, sans doute, qu’il s’agit seulement d’une patrouille.
Un peu plus tard, le 3e commando parvient au tunnel et y relève les éléments du 2e commando.
Vers 3 heures, un F.M. du peloton Saxce, placé au fossé antichars, voit arriver une forte patrouille ennemie, qui franchit l’obstacle. Il laisse passer les premiers éléments, puis ouvre le feu. L’arme s’enraye. Les guetteurs du P.C. ouvrent le feu à leur tour et le combat se déclenche.
Le poste de garde du barrage antichars est forcé de se dégager à la grenade et se replie sur le P.C. Les Allemands s’infiltrent entre les maisons et des éléments essaient de se glisser au nord et à l’ouest. Reçu au F.M., à la mitraillette et à la grenade, l’ennemi n’insiste pas, mais installe des barrages aux issues avoisinantes.
Durant cette alerte, le 3e commando, qui va occuper ses emplacements, est violemment pris à partie par l’ennemi et se retranche dans une grange. Son capitaine envoie le 3e peloton, aux ordres du lieutenant Rabillard, reconnaître les abords du fossé antichars vers le canal. La patrouille revient au complet après un léger accrochage. De son côté, le ler commando a profité de la fusillade pour approcher les abords du pont de la route de Bavilliers et s’installer près de l’église. Il s’agit maintenant de tenir jusqu’à l’arrivée des chars. La liaison téléphonique est toujours assurée avec Châlonvillars. Des éléments génie sont venus reconnaître le fossé anticha qui ne semble pas miné.
A 3 h 30, le commandant de Foucaucourt demande un tir d’engagement d’artillerie, sur les lisières sud du Salbert et les lisières no du bois de la Côte. Maintenus jusqu’au petit jour, ces tirs déclenchés avec précision fourniront aux commandos une aide précieuse en gênant considérablement l’ennemi qui ten de reprendre Essert et réagit vigoureusement par des patrouilles mordantes et par de violents tirs de mitrailleuses lourdes.

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.