Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Félicités, puis décapités

, par

Poste fortifié moderne, avec un armement abondant et relativement puissant (mortiers de 81 et canons de. 75), Dong Dang est tenu par une forte compagnie (170 hommes dont 30 Européens). Relié par téléphone à Lang Son et à Nacham, le poste dispose également d’une liaison radio.

Le 9, dans la journée, compte tenu du renforcement visible des effectifs japonais et de l’alerte de la veille, le chef de bataillon Soulié fait garder le fort par la garnison de sûreté, le reste du personnel occupant les casernements.
L’attaque se déclenche vers 21 heures par un violent tir d’artillerie. Il précède de peu
un premier assaut ennemi, qui sera repoussé. Dans le courant de la nuit, les Nippons réussissent à s’infiltrer dans le poste, mais ils seront délogés par une sortie de la garnison. Le commandant Soulié est tué. Pendant la journée du 10, les Japonais se sont éloignés mais ils bloquent la garnison par des tirs de harcèlement.
Les assaillants repartent à l’attaque avec la nuit et sont repoussés avec de lourdes pertes. Dans la matinée du 11, l’offre de reddition des Japonais est refusée par le capitaine Annosse.

Les assauts reprennent et durent toute la nuit du 11 au 12. La résistance de la garnison faiblit, de nombreuses armes sont détruites par les tirs japonais. A l’aube, l’adversaire réussit à prendre pied sur le fort Les munitions s’épuisent. Le capitaine Annosse consent alors à rendre le fort. Il sera félicité, ainsi que ses hommes, par le général japonais qui a dirigé l’attaque, puis exécuté avec une cinquantaine de survivants. Ils seront déshabillés, emmenés au bord des tranchées de défense passive, contraints de s’agenouiller et décapités. Les blessés sont achevés à la baïonnette.
Trois rescapés réussiront à sortir du charnier — le soldat Cron et deux tirailleurs, grièvement blessés. Avec l’aide des habitants, ils rejoindront un détachement français : le soldat Cron arrivera en Chine et les tirailleurs regagneront leurs villages.


Pierre Célerier historia magazine 2eme guerre mondiale 1968

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.