Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Sylla

, par

Sylla ou Sulla (Lucius Cornelius Sulla en latin) est un homme d’État romain, né en 138 av. J.-C., mort à Cumes en 78 av. J.-C.

Son origine

Sylla est le cognomen de la gens Cornelia. Sylla était d’une de ces familles patriciennes qui composent les premières maisons de Rome. On dit que Rufinus, un de ses ancêtres, parvint au consulat ; mais qu’il fut moins connu par cette élévation que par la flétrissure qu’il reçut : on trouva chez lui plus de dix livres de vaisselle d’argent ; et cette contravention à la loi le fit chasser du sénat. Ses descendants vécurent depuis dans l’obscurité, et Sylla lui-même fut élevé dans un état de fortune très médiocre.

En 101 av. J.-C., sa maitresse Nicropolis et Clitumna (la 2eme femme de son pere défunt) avec qui Sylla vivait meurent. Elles laissent à Sylla le million de sesterces nécessaire pour entrer au Senat. L’année suivante, il épouse Julilla avec qui il aura 2 enfants : Cornelia Sylla et Lucius Cornelius Sylla le jeuneréférence souhaitée.

Sa vie

Sa carrière commence en -105 en Afrique. En qualité de légat, il mène alors les négociations secrètes qui conduiront son général, Marius à la victoire sur Jugurtha de Numidie.

En particulier, il persuade le roi Bocchus de Maurétanie de trahir Jugurtha qui s’était enfui en Maurétanie pour se mettre à l’abri. C’était une opération délicate, le roi Bocchus pesant les avantages de livrer Jugurtha à Sylla ou Sylla à Jugurtha.

Par la suite, il va affirmer sa position en remportant plusieurs succès lors de la guerre des cimbres, fit prisonnier Copillus (général des Gaulois Tectosages), attira les Marses (nation italique nombreuse et guerrière) dans l’alliance des Romains et pendant la guerre sociale (de -91 à -89). Devenu une figure importante de la politique romaine, il devient le rival de Marius qui soutient le mouvement des populares, Sylla rejoignant le camp de l’aristocratie sénatoriale et conservatrice des optimates. Il affronte Marius et l’oblige à l’exil suite à la Première guerre civile de la République.

Consul en -88 avec Quintus Pompeius Rufus, il mène une campagne victorieuse contre Mithridate VI, roi du Pont, pour le contrôle des cités grecques d’Asie mineure, province romaine depuis -129 (campagne marquée par de nombreuses déprédations). Un conflit a eu lieu entre lui et Marius pour déterminer lequel mènerait la première guerre contre Mithridate, Sylla allant jusqu’à marcher sur Rome avec ses troupes pour empêcher la désignation de Marius soutenu par la plèbe, mais pas par le Sénat.

Après avoir vaincu les armées ennemies en Grèce, il y tombe gravement malade et doit y rester une année pour se faire soigner. Il y perd toutes ses dents, ses cheveux (il doit se faire faire une perruque), et sa peau s’affaisse profondément. Son visage se couvre de croute qui ne font que le démanger, et le seul moyen pour lui de ne pas se gratter est de se saouler (jusqu’à la découverte d’un baume pour son visage pendant qu’il guerroyera en Italie).

De retour en Italie après la paix de Dardanos en -85 et la réorganisation de la province d’Asie, il doit affronter les partisans marianistes qui ont pris le pouvoir pendant son absence. Après la deuxième guerre civile en 81 av. J.-C., qui s’achève par la victoire des syllaniens, il fut nommé dictateur perpétuel. Il prit alors le surnom de Felix (fortuné, chéri des dieux, qu’il expliqua lui-même un jour comme protégé de Vénus[1]), et effectua une purge politique par de nombreuses proscriptions. Il restaura le pouvoir du Sénat romain (79 av. J.-C.), dans l’espoir de sauver la République « aristocratique » et limita le pouvoir des tribuns de la plèbe, vecteurs de l’opposition populiste. Beaucoup de personnes sont obligées de se cacher ou de fuir dont Jules Caesar.

En 81 av. J.C., il fonde la colonie romaine d’Aleria, en Corse. Durant cette même année, son neveu, Sextus Nonius Sufenas, institua les "ludi Victoriæ Sullanæ" afin de commémorer la victoire de son oncle à la porte Colline. En 80 av. J.-C., il transforme Pompéi en colonie romaine, du nom de Colonia Veneria Cornelia Pompeii : les colons romains remplacent alors les habitants chassés de leurs demeures.

Sa mort

À l’issue de ces réformes, il se retire, en -79, de la vie politique, avant de mourir deux ans plus tard. Plutarque s’étend sur les horreurs d’une phthiriase (maladie pédiculaire, c’est-à-dire causée par les poux) dont Sylla aurait souffert dans ses derniers jours et y voit la cause indirecte de sa mort, mais on ne croit plus guère au tableau clinique que les auteurs antiques donnaient de la phthiriase. Les historiens modernes attachent plus d’importance à une circonstance des derniers instants de Sylla mentionnée par Plutarque lui-même, 37, 5, et par Valère Maxime, 9, 3, 8 : un vomissement de sang concomitant à un accès de colère contre le questeur Granius, qui devait au trésor public une somme considérable mais différait de la payer en attendant la mort du dictateur pour en frustrer la république. Sylla avait à peine expiré, que plusieurs citoyens se liguèrent avec le consul Lépide pour empêcher qu’on ne lui fît les obsèques qui convenaient à un homme de son rang. Mais Pompée, utilisant son prestige, les obligea à renoncer à leur projet et fit rendre à Sylla tous les honneurs convenables.

Les statues qui nous restent de lui, nous permettent de juger de l’air de sa figure : ses yeux étaient ardents et rudes. Et la couleur de son visage rendait encore son regard plus terrible, elle était d’un rouge foncé, parsemé de taches blanches. On croit même que c’est de là qu’il a tiré son nom. Un plaisant d’Athènes fit ce vers satirique sur son teint : Sylla n’est qu’une mûre empreinte de farine.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.