Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Sans découverte d’Eldorado

, par

Car les rapports économiques entre la France et ses possessions extérieures sont toujours conformes, en 1934, aux principes de l’ancien Pacte colonial, avec l’assimila­tion douanière, le monopole du pavillon pour la navigation commerciale, le déve­loppement systématique des produits et matières nécessaires à la métropole, avec aussi, pour corollaire, le refus déclaré ou tacite de créer une véritable industrie colo­niale capable, à plus ou moins long terme, de concurrencer un jour l’industrie métro­politaine. Dans son ensemble, le système tend à un étroit protectionnisme, ce qui n’est jamais un facteur de progrès.
Le régime politique enfin est très diver­sifié puisque nous trouvons de vieilles colo­nies assimilées à la métropole ou en voie d’assimilation (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion) et trois départements français formant un gouvernement général (Algérie), à côté de colonies du type ordi­naire, de protectorats (Maroc - Tunisie ­Annam - Cambodge - Laos), de territoires sous mandat (Syrie - Liban - Togo - Came­roun), relevant, tantôt du ministère de l’Intérieur (vieilles colonies - Algérie), tantôt de celui des Affaires étrangères (Maroc -Tunisie - Syrie - Liban), tantôt de celui de la France d’outre-mer, ancien ministère des Colonies.
Une dernière remarque enfin : l’Empire français est beaucoup moins peuplé et moins riche que l’Empire britannique. Le Français, essentiellement terrien, au tempé­rament paysan accusé, s’est médiocrement intéressé aux ressources du sous-sol. Il n’a que peu poussé les prospections minières, se contentant de ce qui était apparent et à haute teneur en minerai, alors que les Belges ont trouvé, par des investigations plus approfondies, un véritable Eldorado au Katanga. De ce fait, l’économie des territoires français d’outre-mer est typique­ment une économie du xix° siècle — lequel finit seulement en 1914 — et non du xxe siècle. Elle relève déjà du passé. Notons aussi que les Français placent peu d’argent dans les opérations de crédit visant à la mise en valeur de leurs territoires extérieurs, alors qu’ils souscrivaient d’enthousiasme, avant 1914, aux emprunts russes ou sud-américains.


Général Georges Spillmann Historia 20e siecle 1970

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.